Partagez | 
 

 The Duchess ~ Tut tut tut, child ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar Invité
Duquesme D. Dusan
MessageSujet: The Duchess ~ Tut tut tut, child ♥  Dim 22 Mar - 0:42



I. NOM ET PRENOM.


• NOM :  of the Chess
• PRÉNOM : Duquesme Dushime Dusan (fils de la marquise Dorothy et du duc Harlan de la Chesse)    
• SURNOM : Duchess
• ÂGE : 28 ans
• SEXE : masculin
• ORIENTATION SEXUELLE : homosexuel refoulé (il séduit les dames pour entretenir son image lors des soirées mondaines [il ne supporterait pas que son homosexualité soit rendue publique. Ainsi, il se plait à flirter avec les demoiselles.]. Cependant, il n’est ‘réellement’ attiré que par les hommes et ne laisse jamais passer une occasion pour ramener un éphèbe dans son lit.  
• MÉTIER : se charge de l’événementiel pour la famille royale.
• SITUATION FINANCIÈRE : l’un des hommes les plus puissants
• OCCUPATIONS/PASSIONS :  caresser son chat de Cheshire (en amour et tendresse) et s’occuper de lui avec la plus grande affection ; séduire les corps et les esprits ; faire la morale à autrui ; s’enrichir intellectuellement ; entretenir ses amants ; le sadomasochisme ; boire le thé ; fantasmer fiévreusement sur le roi Gaudéric  
• GROUPE : Conte
• HISTOIRE D'ORIGINE : Duchesse - Alice in Wonderland


II. LES DESCRIPTIONS.


CARACTÈRE

Séducteur • Éloquent • Violent • Orgueilleux • Autoritaire • Clairvoyant • Hautain • Distingué • Galant • Beau parleur • Moralisateur • Capricieux mais prend sur lui • Homosexuel refoulé (se livre à ses vices homosexuels dans un certain secret)  




Venez mes mignons que je vous baise la main et vous guide dans ces paragraphes dédiés à mon caractère de Duchesse ~

Jolies fleurs, laissez-moi vous mystifier de mes mots, ne me refusez pas le parfum de votre plaisir. Je veux vous séduire, vous caressez, parcourir votre corps de mes mains chaudes et faire venir votre semence dans la fièvre de la passion. Seulement, je suis un beau parleur. Certes, je vous convoite dans le lit de mon alcôve mais mon véritable délice c'est votre corps tremblant sous le claquement de mon fouet, vos délicats poignets entravés dans la soie de ma cravate ou le métal froid des menottes. Oui, j'ai besoin de vous contrôler, de vous tourmenter. Beautés charnelles, soyez-moi soumises, obéissez-moi. Le savez-vous ? Je suis autoritaire et violent aussi bien dans mon salon que dans mes draps.

Cependant, jolis rouges-gorges, puissiez-vous être discrets … Car même si en tête-à-tête, il n’y a entre nous plus aucun secret, je ne supporterais guère qu’on lève le voile sur ma vie privée. Mon image est sacrée et ma famille m’a endoctriné : « l’homosexualité est un péché », c’est pour cela que je n’affiche point mes préférences comme une fierté. J’ai beau être libre à présent, éperdu et ivre de mes amants : il m’est impossible d’accepter publiquement ma sexualité dans cette société de faux-semblants. C’est pour cela que lors des soirées, je ne prends à mon bras que les douces damoiselles ; parfois, échangeons-nous de chastes baisers sous de tendres caresses, mais tout ceci n’est que théâtre pour servir mon image avec justesse.

Délicatesse, gentillesse, politesse ... Ahh, galanterie, quand tu nous tiens. Même dans mes mots elle a établi son nid. Pour vous mes petits moineaux, j'ai de l'égard et de la prévenance. Je veux vous blottir d'attention, être le gentleman de vos rêves, vous prendre le bras avec respect et vous emmener sur les marches du paradis de la courtoisie. Laissez-vous faire, je suis votre homme.  

Bien sûr, en plus de vous combler grâce à mon anatomie qui jalouse les Dieux, je suis éloquent. Vous convaincre qu'une bonne nuit dans mon lit changera votre vie, vous influencer sur une possibilité qui vous effleurait à peine l'esprit ou bien adoucir mon image à vos yeux suite à quelques malentendus... Rien de plus simple. Emouvoir et persuader par la parole est un art qui respire en moi. Après tout, ça serait tellement dommage de ne pas user de ma supériorité pour abuser de votre faiblesse. Hélas oui, l'orgueil coule en mes veines et il me faut bien du contrôle pour lui apprendre à se cacher et ainsi paraître fabuleux en modestie feinte. Cependant, ma désinvolture impertinente envers autrui, la confiance excessive en moi-même, mon sentiment élevé de dignité ne cessent de cultiver mon amour-propre. Il m'arrive pourtant rarement de converser sur moi-même; l'Orgueil des fleurs de nave consiste à ne parler que de soi ; l'Orgueil des grands est de ne jamais discourir sur sa personne.

Dans ma grande bonté, je ne peux m'empêcher de vous conseiller, vous, petites fleurs égarées. Ma perspicacité, mon don de lucidité, lire en vous ou déchiffrer les pages d'un futur évident dont vous vous refusez volontairement la lecture. Doué clairvoyant que je suis. Bien qu'il m'arrive souvent d'user d'éloquence pour mes propres fins, je peux également être celui qui (dans son 'altruisme sans égal') vous ouvrira les yeux et que vous remercierez plus tard ~ Oh oui, remerciez-moi mes rouges-gorges... Vous étiez si près du gouffre de l'erreur, insouciants, presque fautifs ... Ne vous avais-je déjà pas prévenu de faire plus attention ? Mais où aviez-vous donc l'esprit petites têtes de linotte ! Qu'importe le chemin que vous choisissez, si vous n'y réfléchissez pas, il vous conduira au Château-de-rien-du-tout. Ainsi, votre crâne est gorgé de doutes, le corps presque noyé d'appréhensions ? Venez donc me voir, me parlez, vous confier. Car tout ce que l'on partage fleurit, tout ce que l'on garde pour soi moisit. Il en est aussi bien des maux, des occupations et des plaisirs.

De mon bon esprit mes chers amis,
De ma connaissance, vous serez surpris,
A mes côtés, vos pensée s'épanouissent,
Et vos doutes, lentement s'évanouissent,
Je n'ai qu'une morale, celle pour laquelle je vis,
Lumière dans l'obscurité, mots en or, perle sans prix,
Je la défends ; elle, son message, son essence,
Ma morale est, après tout, un trésor bien immense.


Je crois en mes mots comme le jour aime son astre de feu ; il n'y a pas plus grande passion en moi que de vous instruire et vous caresser de métaphores. Qu'importe si vous pensez ne pas avoir utilité de mes phrases, je persisterai à vous les encrer ; je suis persuadé que mon vaste savoir saura vous éclairer. Aussi, malgré mon orgueil,  j'apprends de vous autant que je vous enseigne. L'ignorance toujours mène à la servitude, alors, je me tâche de me cultiver autant sur mon entourage que sur l'art. Au fond, comment pourrais-je vous faire la morale sans vous connaître un minimum ? Les relations sont telles des couleurs vives dont il faut faire bon usage pour créer la plus harmonieuse des toiles.

Mon doux chéri, pourriez-vous m'apporter un verre de ce vin blanc en l'honneur de cette fiche ? Et puis non, ne buerions-nous pas plutôt pour la beauté de notre Reine ? Ramenez-moi un breuvage de couleur rouge, qu'importe ! Ah, mon mignon, finalement ... *se résigne une nouvelle fois à changer de caprice*. Mais dépêchez-vous voyons !  (Oui, bien au-delà de ce petit exemple, la Duchesse est un être irrégulier, fantaisiste, ses changements sont parfois brusques et imprévisibles mais ses efforts sont remarquables.)




PHYSIQUE

Yeux bleu azur • Musclé • Cheveux aux reflets argentés • Menton pointu • Démarche gracieuse •Tenues d'une grande élégance




Je dégage l'une des mèches argentées de mon visage et la ramène derrière mon oreille gauche ; lorsque mes yeux se posent sur vous, c'est un azur qui vous submerge et vous rafraîchit. Mon regard vous donne envie d'abandonner le vôtre dans la pureté de mon ciel, de vous oublier, de saisir ma main ferme pour découvrir une délicieuse sensation de protection. Mes doigts vous attirent à moi et je vous serre savoureusement contre ce torse que j'entretiens chaque jour pour vous, mes délicieux amants. L'une de mes mains glisse pour relever votre visage comblé, mes cils noirs de jais contrastant avec la voûte bleuie de mes prunelles. Je vous souris de mes lèvres fines qui font frissonner plus d'un lorsque je m'en sers pour goûter votre chair tropicale. De mon mètre quatre-vingt, il m'arrive de ne pas toujours surplomber mes tourtereaux de taille mais c'est alors de mon éthique que je vous dominerai. Allons, promenons-nous un peu que je vous conseille sur vos choix car la morale de tout ça, c'est que ma démarche gracieuse ne connait qu'un seul chemin : celui de mon lit.

Malgré mon maniérisme exagéré de Duchesse, je suis fort, je pourrais presque tous vous porter jusqu'à mon alcôve au creux de mes bras. Je me défais de cette chaîne qui embellit mon foulard, me déshabille d'une de ces tenues bleu nuit qui emplissent ma garde robe. J'aime être propre sur moi, que mes costumes retiennent les regards de leur élégante simplicité. Les vêtements tombent sur le sol et je vous laisse le privilège de découvrir mon corps sculpté et ce tatouage en forme de rose à l'emplacement du cœur dont la tige plonge jusqu'à mon aine. Je vous attache sans délicatesse lorsque vous vous en doutez le moins, et si l'un d'entre vous eut le malheur d'un seul commentaire au sujet de mon menton, je lui bande les mirettes pour la nuit à venir. Sachez que je regarde cette anomalie tous les matins sans pouvoir la remodeler à ma guise, alors mes choux, si vous aussi vous le trouvez trop pointu ... je vous conseille de vous abstenir.


III. L'HISTOIRE.




Un résumé de mon histoire avant ma renaissance
« Every thing's got a moral, if only you can find it. »


Une chaleureuse chaumière avec, comme compagnie, un cochon de fils, un cuisinier, Cheshire et un valet-grenouille. Voilà à quoi se résumait la vie paisible de la Duchesse – en tant que femme –  avant que sa tendre Reine de Cœur ne lui fasse sa plus grande frayeur lorsqu'elle l'invita au croquet et souhaita soudain la déposséder de sa tête. Heureusement, la Reine, versatile, changea d’avis. Enchantée d’avoir encore une tête pour aduler sa souveraine, la Duchesse continua sa vie tranquille, faisant la morale à autrui tout en caressant affectueusement son chat dans sa chaumière.  

Ma renaissance, en tant qu’ « homme »
Je suis né, selon la volonté de notre créateur the Writer, « homme ». Un homme galant et séduisant, parfumé de qualités. Mais comme vous le savez certainement, le passé finit toujours par nous rattraper. Ainsi, malgré être officiellement né Duquesme Dushime Dusan de la Chesse, la contraction de ces 3 prénoms avec mon nom de famille révèle ce que je pense être mon « titre » d’autrefois : Duchesse.  Coïncidence ? Seul the Writer pourrait nous le dire … De ce fait, mes proches, mes amants, mes amis … apprécient la fantaisie de m’appeler ainsi. Mais revenons en au fait mes rouges-gorges, vous n’êtes pas ici pour suivre un cours d’onomastique.

Une éducation stricte qui vous redresse la colonne vertébrale. Un apprentissage rigoureux au côté d’un maître sévère et intransigeant qui, d’un coup de baguette, vous engourdi le bout des doigts à la moindre erreur …  Puis, pour finir la semaine en beauté : une oisiveté presque qu’abusive …  En effet, que serait donc le dimanche sans cet ennui mortel pour venir alourdir vos paupières, alors que vous regardez la pluie tomber et votre pile de livres préférés déjà relus pour la deuxième fois de la journée ?

La compagnie me manquait et les quelques repas en présence de mes paternels n’arrivaient nullement à me combler. Puis, un jours, lorsque mes yeux se régalaient de cette histoire, où un âne et un chien recueillent un pauvre chat sans abris, j’ai soupiré péniblement … A cet instant, inconsciemment, j’étais jaloux de leur étrange complicité, et surtout, de leur chance d’avoir un chat à leurs côtés. Quelle ironie … J’étais jaloux d’une histoire alors que mes parents pouvaient, de leur immense fortune, exaucer le moindre de mes souhaits. Mes chers parents … Ils avaient bien discerné le mal qui me lassait : leur statut de noble modèle les obligeait à me couvrir de cadeaux et à se comporter tel l’archétype des parents modèles. Néanmoins, leur tendresse pincée et leurs tentatives pour me faire sympathiser avec d’autres enfants de la cour restèrent vaines. Ces chérubins m’ennuyaient plus encore que ma contemplation hebdomadaire de la pluie glissant sur la fenêtre.

Et un jour, tout changea.

Une ombre fine se dessinait sur le tapis alors que, timidement, je descendais les escaliers, découvrant petit à petit la silhouette de notre invité. Mon regard dans le sien et ses yeux d’argents dans les miens, une curieuse fusion qui généra en mon être un bonheur sans fin. Je rencontrai, à mes 8 ans, mon âme sœur, mon éternel ami : Cheshire. Et même si à cet instant, je ne devinais pas encore l’ampleur de notre amitié, celle-ci fut immédiate. Mes parents m’avaient offert le plus beau présent : un frère, ou plutôt, un chaton … Lui préparer son lait, peigner sa longue chevelure en massant son cou, le sentir ronronner lorsqu’il se glissait près de moi dans le lit pour filouter un peu de chaleur  : mon compagnon ne pouvait qu’avoir été chat dans une vie antérieure !  Et ainsi, depuis le jour ne notre rencontre, je n’ai jamais cessé de l’aimer inconditionnellement.

Mais je ne lui racontais pas tous mes secrets …

Ainsi, même à cette période difficile, où à mes 14 ans je découvris mon homosexualité… Il m’était impossible de lui en parler. La honte de mon attirance, la pression familiale qui ne me permettait aucun pas de côté, le déshonneur que je pouvais inspirer en m’affirmant … Ces ressentiments suffisaient à taire ma voix même aux oreilles de mon seul et cher ami. Sa liberté contre mes chaînes dorées. Alors qu’il ne me cachait rien, que sa confiance en moi était entière … j’étais incapable de lui rendre la pareille. Incapable d’être enfin moi, même à travers ses yeux, incapable de lui dire que mon cœur s’emballait en compagnie du roi, incapable de lui avouer que tout mon amour pour Red Queen n’était qu’une mise en scène.  

Red Queen, mon ex-femme. Celle que je mariai à mes 18 ans – un mariage arrangé entre les sphères familiales, si cela est encore à préciser – et pour laquelle je ne ressentais, hélas, pas la moindre flamme. Et pourtant, à cette époque, j’étais fier de mon jeu d’acteur sur cette scène théâtrale qui n’était autre que ma vie. Je voulais voir mes parents fiers et heureux, privilégier leur bonheur avant le mien, combler ma femme comme tout homme se doit de le faire, être un modèle sur lequel on pourrait s’inspirer …

Ou plus exactement …
J’ai laissé la honte et la crainte du déshonneur me guider.

Sous les pupilles ‘critiques’ de mon tendre ami et le regard serein de mes proches, je menais tranquillement ma vie. J’étais le mari parfait … jusqu’à ce que le temps ne m’use moi et ma comédie. Les années se sont succédé et de mon « amour  fou » simulé, il ne restait qu’un intérêt fade et fané. Mon amour pour le roi me faisait chaque jour tourner la tête et mon corps, avide et inassouvi, quémandait l’impardonnable péché charnel …

je succombai. De beaux hommes se livraient presque naturellement à moi, me jurant le secret sous la contrainte, et le velours de la nuit camouflait nos plaisirs interdits. La vie avec Cheshire et mon épouse n’était plus un frein à mes débauches. La gorge serrée, je menais une double vie sans oser l’avouer à mon cher ami.

Pour les 21 ans de Cheshire, je lui fis don d’un palace au cœur de Londres. Bien que mon âme sœur se soit vouée à des études de littérature, je savais que Chester offrirait à ce lieu ce qu’aucun autre propriétaire ne pourrait jamais lui apporter : la grandeur et l’originalité. Il avait le panache pour être maître de cet endroit et ce palace regorgeait d’assez de facultés pour faire trémuler l’inspiration de mon cher chat. Ainsi, pour la première fois, je m’affirmai catégoriquement sans écouter les doléances de Red Queen ou de ma famille interloquée : d’une main assurée, je fis glisser vers lui le contrat : un stylo en or posé sur plusieurs feuilles ivoire.

A 25 ans, un bouquet de fleurs entre les mains et Cheshire à mes côtés, la marche funèbre en guise de mots d’adieu, je tournai le dos à mes parents, partis pour l’éternité. Je n’étalerai pas entre ces lignes l’intense tristesse qui m’a rongé, mes longs mois de deuils et cet étrange vide qu’ils laissèrent dans ma vie …
Un vide à combler, qui en quelque sorte, fut le détonateur de ma liberté. Il me fallut de longs mois, le soutien de Cheshire comme pilier à ma santé, avant de me rendre compte, qu’à présent, mes plus lourdes chaînes étaient brisées. La raison pour laquelle j’étais contraint à vivre cette vie : envolée.

A la fin de cette année-là : je divorçai.  

Aujourd’hui, deux ans plus tard, même si ma vie épanouie, la noblesse se plait à me rappeler qui je suis. Encore incapable de me révéler intègre à mon ami, et toujours prisonnier de mon statut social, je séduis ces dames de la haute cour mais la nuit, au Palais des fleurs, je n'ai plus aucun tabou.

Alors, mes rouges-gorges, venez que je vous caresse les ailes.  


IV. DERRIÈRE L'ECRAN.

Prénom/Surnom:
Âge  : + 18
Comment avez-vous découvert le forum : J’ai suivi un matou ~
Comment trouvez-vous le forum : Sublime
Avatar du personnage : Bad Medicine ~Infectious Teacher~ Character: Nagihar


FICHE PAR FALLEN SWALLOW



Dernière édition par The Duchess le Dim 22 Mar - 18:57, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: The Duchess ~ Tut tut tut, child ♥  Dim 22 Mar - 7:19

"Jeune éphèbes". Buhuhuhu.

Pouet à toi en tout cas u_u
(Bordel, j'étais persuadé que t'avais déjà une fiche, je ne suis plus que fatigue avec mon vieux corps.)
Revenir en haut Aller en bas
The Cheshire Cat
Messages : 1013
Date d'inscription : 18/12/2014
Age : 28

Feuille de personnage
Métier/Occupation: Gérant du Chafouin Palace
Relations:
avatar
The Cheshire Cat
Chester Winks
MessageSujet: Re: The Duchess ~ Tut tut tut, child ♥  Dim 22 Mar - 19:02



Tu es validé !



— Oui, il se faisait attendre ce vilain ♥ C'est officiel, ma Duchesse, tu n'es plus clandestin *-* Je suis retombé amoureux de toi en lisant cette fiche, mais ça tu le sais, je suis un chat trop bavard ~ —



Tu peux maintenant aller rp sur le forum ainsi que sur la chatbox (sans en abuser). N'oublie pas maintenant d'aller réserver ton avatar, afin d'être unique en ton genre. Nous nous occupons d'ajouter automatiquement sur la liste l'origine de ton personnage s'il est réincarnation.
Si tu n'as pas encore de partenaire(s) en vue, tu peux faire une recherche rp et/ou une demande de liens qui déboucherait éventuellement sur un topic. Ensuite, tu peux créer une fiche pour gérer tout ceci. Si besoin, tu peux demander un logement, et enfin mais surtout, si tu as des suggestions ou d'autres demandes, n'hésite pas à contacter l'administration.

Amuse-toi bien !

Le staff ~



_______________________________________________________
Cliquez et votez, merci :)
                 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: The Duchess ~ Tut tut tut, child ♥  Dim 22 Mar - 23:20

Bienvenu et félicitation! :) (Comme BBW, je pensais aussi que tu avais déjà une fiche. ><)
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: The Duchess ~ Tut tut tut, child ♥  Lun 23 Mar - 0:31

BBW ♥ Sache que Duchesse n'est pas aveugle aux beaux corps tels que le tien ♥

Esme et BBW > Oui, puisque j'approvisionnais Cheshou en lait frais quotidiennement, j'ai eu droit à un traitement de faveur 8'D

Mon Chaton > Merci de ta patience ♥ Tu es le plus beau matou de Londres ~ Viens ronronner près de moi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: The Duchess ~ Tut tut tut, child ♥  Lun 23 Mar - 0:31

Bienvenu à toi :D
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: The Duchess ~ Tut tut tut, child ♥  Lun 23 Mar - 0:37

Merci cher prêtre ♥
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: The Duchess ~ Tut tut tut, child ♥  Lun 23 Mar - 0:59

Je t'adore déjà Duchess 8D
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: The Duchess ~ Tut tut tut, child ♥  

Revenir en haut Aller en bas
 

The Duchess ~ Tut tut tut, child ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Marie-Anne, duchesse de Bouillon (terminée)
» cérémonie d'octroi de fief de mérite du 11 février 1460

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rain of madness :: A Fascinating Story :: Fiches de personnages :: Fiches abandonnées-