Partagez | 
 

 Ainsi la réflexion fait de nous des lâches

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Ainsi la réflexion fait de nous des lâches  Sam 20 Juin - 22:38



I. NOM ET PRENOM.


• NOM : GAMP
• PRÉNOM : Lazarus Carl
• NATIONALITÉ : Écossais
• ÂGE : 23 ans
• SEXE : Masculin
• ORIENTATION SEXUELLE : Inconnue
• MÉTIER : Acteur et écrivain
• SITUATION FINANCIÈRE : Médiocre
• OCCUPATIONS/PASSIONS : s’interroger sur la mort, écrire des poèmes, noyer ses regrets dans la décadence
• GROUPE :Littérature
• HISTOIRE D'ORIGINE : Hamlet de W. Shakespeare


II. LES DESCRIPTIONS.


CARACTÈRE

Intellectuel • Juste • Charismatique  • Narcissique • Nébuleux • Lâche


Penser, réfléchir, raisonner… Lazarus ne fait que ça. S’il gagne grâce à eux en répartie et en culture, ses multiples lectures et débats intérieurs font de lui un théoricien. Il pense, imagine mais n’agit que rarement. Fasciné par la mort sans jamais oser la rejoindre, il peut être défini comme un être lugubre et sans ambition mais c’est tout le contraire.
La vie ne lui plait pas plus que ça sans pour autant qu’il ne la gaspille. Il s’attache à ressentir tout ce qui est à sa portée, comme si ses sensations pouvaient le rendre assez vivant pour vaincre la Faucheuse. Impatient et curieux, il est même sans gêne. Sans se soumettre aux règles de la bienséance, il s’exprime souvent dans un discours décousu, semblant insensé. Mais là encore, tout n’est qu’une question de paraître puisque son esprit tourne toujours à plein régime au service de ses désirs. Ces pulsions qui le guident, ces appétits qui restent sa préoccupation première.
Il n’est au fond, qu’un érudit servant ses instincts primaires.


PHYSIQUE


Un  grand corps d'un mètre soixante-dix-huit délicat rarement vu dans les quartiers populaires, une chevelure angélique soyeuse et des mains vierges de toute activité laborieuse : Lazarus n’est pas le prolétaire londonien lambda. Pourtant, son style vestimentaire ne laisse pas deviner une origine plus aisée. Si son pantalon simple est généralement à la bonne taille, il n’est pas rare de le voir porter une chemise trop grande sous une veste marron rafistolée ou un gilet négligemment ouvert à cause de ses boutons manquants. Si l’envie lui dit, il pourrait y mettre du sien et nouer sous le col de sa chemise son seul nœud papillon mais l’essentiel de ses vêtements n’est ni original ni de grande valeur.
Néanmoins, son ancien style de vie a eu des répercussions sur son physique. Il est habitué à marcher rapidement pour pouvoir traverser son ancienne demeure de manière efficace. Ses heures à lire ont légèrement courbé le haut de son dos mais son caractère et son éducation le poussent à se tenir bien droit quand il sent les regards sur lui. Ses cheveux ont souvent été écarté de son visage et gardent un certain volume. Quant à ses yeux, reflets de son âme, ils oscillent entre le bleu et le gris au rythme de ses nombreux changements d’humeurs.


III. L'HISTOIRE.



Ô souillures, souillures de la chair ! Si elle pouvait fondre
Et se dissoudre et se perdre en vapeurs !
Ou encore si l’Eternel n’avait pas voulu
Que l’on ne se tue pas soi-même ! Ô Dieu, ô Dieu
Qu’épuisant et vicié, insipide, stérile,
Me semble le cours du monde.
Horreur, il fait horreur !
[...] En être là ! Et seulement
Deux mois après sa mort. Deux mois ? Non, même pas.
Un roi si grand, qui fût à celui-ci
Ce qu’Hypérion est au satyre ; et pour ma mère, si tendre,
Qu’il ne permettait pas que les vents du ciel
passent trop durement sur son visage. Cieux et terres !
Est-ce à moi de m’en souvenir ? Quoi, elle se pendait à lui
Comme si son désir de se rassasier
N’en était que plus vif, et pourtant, en un mois…
Que je n’y pense plus. Faiblesse tu es femme !
[...] et c’est elle, elle-même
- Ô seigneur, une bête sans esprit
Aurait souffert plus longtemps- qui épouse mon oncle,
Le frère de mon père, mais aussi différent de celui-ci
Que je peux l’être d’Hercule. Un simple mois,
Et avant que le sel des larmes menteuses
Eût cessé d’irriter ses yeux rougis,
Elle se remariait. Oh quelle hâte criminelle de courir
Si ardemment aux draps incestueux !
Ce n’est pas bien, et rien de bien n’en peut venir.
Mais brise-toi, mon cœur, car je dois me taire.

Acte I, scène 2

Hamlet, prince du Danemark, assiste impuissant à la mort de son père et au remariage de sa mère avec le frère du défunt. L'apparition du fantôme de ce dernier va le pousser à commettre un crime à la hauteur du meurtrier. Pour éloigner les soupçons, il simule la folie ; allant jusqu'à entraîner son véritable amour, Ophélie, sans sa chute et tuant pas moins de quatre personnages sur son passage. Sans jamais vraiment se prononcer sur la limite entre les réflexions fantasques d'Hamlet et la réalité lugubre de ce double régicide, cette tragédie présente un protagoniste au bord du gouffre mortuaire uniquement retenu par sa lâcheté et son amour-propre.


L’entreprise Kongemord change de Directeur Général !
Le plus gros producteur d’alcool Ecossais a annoncé il y a quelques temps la triste mort de son dirigeant Carl Kongemord et vient de révéler le nom de son successeur.  Claude Kongemord n’est autre que le frère de Feu Carl. Ce titre lui a été remis pour suivre une tradition centenaire chère au groupe d’agriculteur.

Tradition centenaire ? Laissez-moi rire ! Si la tradition l’importait, il n’aurait jamais détruit le savoir-faire productif de Père pour laisser la place à des machines titanesques et fumeuses.

La veuve Géraldine Kongemord se marie !
La fête était somptueuse ! Tout le gratin de Glasgow était présent pour célébrer l'union de Claude et sa compagne. On déplorera l'attitude du fils, Lazarus, taciturne à en faire peur qui nous avait habitué à une impertinence plus naïve et joyeuse. Il n'est plus question de bons mots pour épater la galerie mais d'un visage fermé aux plaisanteries.

Mère, Mère, Mère... Que vais-je faire de vous ? Est-ce donc si facile de se laisser abuser par des propositions si graveleuses ? Ne voyez-vous pas à quel point mon oncle est impliqué dans le meurtre de Père ? Ou avez-vous déjà oublié l'amour qu'il vous portait ?

Cher journal,
Cinq mois déjà que j'ai la certitude de Mon Oncle est le meurtrier de Père. Cinq mois que j'essaye de raisonner Mère sans résultats. Il ne me reste qu'une seule alternative : tuer mon cher 'beau-père'. Mais je ne dois pas me faire remarquer car sinon, je risque la même sanction.

Cher journal,
Je me suis infiltré sans problème dans le nouvel atelier principal de l'entreprise. Je n'ai pas eu besoin de justifier ma présence, tous ces hommes qui chargent les tonneaux dans les bâteaux en partance vers Edimbourg sont là pour les mêmes raisons : l'argent. Les conditions de travail sont misérables mais j'arrive toujours à éviter les tâches trop ingrates. Ma principale activité est de parler avec les ouvriers : comment attirer un grand patron si ce n'est en provoquant une grève général.

L'activité de Kongemord bloquée par ses propres employés
Les ouvriers en révolte depuis une dizaine de jours ont enfin atteint le rendement de l'industrie. Le directeur général, Claude Kongemord, doit se rendre dans la semaine à l'atelier principal pour conclure un accord avec les syndicats naissants.

De ma place, assis sur une poutre du grand hall, je peux contempler l'étendue de mon oeuvre. Avec quelques réflexions 'anodines' et des discours plus élaborés, j'ai réussi à embrigader la majorité des employés dans ma cause. Ils réclament des avantages sans savoir que Mon Oncle ne pourra jamais tenir ses engagements, quel qu’ils soient

Cher journal,
J'ai tué Mon Oncle. Un coup de tisonnier à suffit à le faire tomber de la calèche mais pas à l'achever. J'ai dû m'occuper de ses accompagnateurs avant de finir le travail. En revenant vers son corps presque immobile, j'ai... je n'ai pas pu porter les coups mortels.
Tout ce sang... Sa façon de quitter le corps est étrange. A la fois rapide et trop lente, comme si l’hémorragie n'était qu'un prélude.
Pourtant, je sais bien qu'on meurt d'une hémorragie trop importante mais...
Est-ce qu'il va se décider à mourir ? Et si j’agrandissais sa plaie, ça irait plus vite ?
Et, trop rapidement, il a arrêté de respirer. Je ne sais pas combien de temps je suis resté à son chevet alors qu'il vivait ses dernières minutes ni ce qu'il a ressenti. Mais je sais que jamais je ne me suis senti aussi vivant, aussi puissant.

Cher journal,
Après avoir parcouru la distance jusqu'au manoir familiale à pied, j'ai enfin pu retrouver Mère. En passant par la fenêtre, j'ai pu la trouver sans que personne ne me remarque. Dans sa chambre. Vêtue de la même tenue qu'elle portait aux funérailles de Père. C'était assez ironique pour que je ne puisse m'empêcher de le faire remarquer. Dans ma hâte, j'avais négligé ma tenue et au premier coup d’œil, elle a compris.


Avis de recherche
Lazarus Kongemord, accusé des meurtres de Claude et Géraldine Kongemord, est encore en liberté. La dernière fois qu'il a été vu remonte à six jours, dans l'atelier principal de l'entreprise familiale à 10 kilomètres au Nord de Glasgow. Un employé affirme qu'il s'est lui-même jeté dans le fleuve qui relie l'atelier à Edimbourg mais l'absence de corps nous pousse à rester prudents.

Idiots ! Je suis déjà arrivé à Edimbourg, vous ne pourrez pas m'arrêter. Dans deux jours, j'embarque pour Londres et vous ne me retrouverez pas. Si tout se passe comme prévu, vous retrouverez mes affaires sur les rochers, préalablement déchiquetés par Rosencrantz, votre si précieux informateur.

Cher journal,
Nous arrivons bientôt à Londres. Je n'ai toujours pas identifié ce que j'ai ressenti il y a maintenant un mois de cela et compte bien trouver dans la capitale les activités qui me permettront d'expérimenter à nouveau cet assaut de frissons délectables.




IV. DERRIÈRE L'ECRAN.

Prénom/Surnom: Janis
Âge  : 18 ans
Autres comptes : /
Comment avez-vous découvert le forum : Par un partenaire
Comment trouvez-vous le forum : Magnifique et grisant
Avatar du personnage : un fanart de Draco Malfoy  :wouah:


FICHE PAR FALLEN SWALLOW



Dernière édition par Lazarus C. Gamp le Lun 22 Juin - 14:32, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
The Cheshire Cat
Messages : 1023
Date d'inscription : 18/12/2014
Age : 28

Feuille de personnage
Métier/Occupation: Gérant du Chafouin Palace
Relations:
avatar
The Cheshire Cat
Chester Winks
MessageSujet: Re: Ainsi la réflexion fait de nous des lâches  Dim 21 Juin - 1:09

Bienvenu mystérieux blond ♥ !

Bon courage pour ta fiche (quand tu l'as finie, n'oublie pas d'aller le signaler dans le sujet approprié, dans fiche en cours, comme ça je sais ;3 ), j'espère que tu te plairas parmi nous

_______________________________________________________
Cliquez et votez, merci :)
                 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Ainsi la réflexion fait de nous des lâches  Dim 21 Juin - 5:25

Wow! Déjà j'adore l'avatar et ensuite bienvenue à toi! :mouton:
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Ainsi la réflexion fait de nous des lâches  Dim 21 Juin - 13:34

Merci pour cet accueil ! =D

Ma fiche devrait avoir sa forme définitive avant la fin de la journée (perfectionnisme bonjour !) et je suis absolument certaine de me plaire ici ! :Ih: J'ai hâte !
Revenir en haut Aller en bas
The Cheshire Cat
Messages : 1023
Date d'inscription : 18/12/2014
Age : 28

Feuille de personnage
Métier/Occupation: Gérant du Chafouin Palace
Relations:
avatar
The Cheshire Cat
Chester Winks
MessageSujet: Re: Ainsi la réflexion fait de nous des lâches  Dim 21 Juin - 15:10

J'aime bien ton perso, en fait, j'adore les persos lugubres comme ça *-*
Il y a toute une ambiance autour de lui.

Par contre, pour l'histoire, je vais faire mon emmerdeur :D

Déjà elle ne fait pas 20 lignes, car je ne compte pas le coller du bouquin. Ensuite, quand on connait pas Hamlet (ça arrive), c'est un peu confus de juste l'expliquer avec un poème de ce genre. Mais limite, ça peut passer, comme ensuite l'histoire de Lazarus est similaire ~
Juste, si du coup tu pouvais ajouter des détails sur l'enfance de Lazarus ou sa vie avant le meurtre, ce serait cool, et j'pourrais te valider \o/

Ah oui aussi, quitte à faire mon chieur, j'ai l'intention d'obliger de mettre la taille des personnages pour les prochaines fiches. Ce sera pour ceux qui viendront après toi, mais si tu peux ajouter sa grandeur, ce serait bien également ♥

_______________________________________________________
Cliquez et votez, merci :)
                 


Dernière édition par Chester Winks le Dim 21 Juin - 15:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Ainsi la réflexion fait de nous des lâches  Dim 21 Juin - 16:39

Du coup, j'ai changé la présentation, c'était plus simple je trouve. J'ai eu un peu de mal à décrire l'enfance de Lazarus mais j'ai donné quelques détails.

J'ai aussi changé le déroulement de l'histoire, ahah. Ça s'éloigne un peu d'Hamlet comme ça ;) J'espère que c'est assez clair par contre..

Pour ce qui est de la taille, c'est fait aussi !
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Ainsi la réflexion fait de nous des lâches  Dim 21 Juin - 18:05

Persos! J'adore l'utilisation du journal personnel que tu as fais dans ton histoire. Bravo!
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Ainsi la réflexion fait de nous des lâches  Dim 21 Juin - 18:59

Le journal personnel ou la méthode pour décrire les pensées d'un personnage en obligeant lecteur à rester passif avec style x)
Revenir en haut Aller en bas
The Cheshire Cat
Messages : 1023
Date d'inscription : 18/12/2014
Age : 28

Feuille de personnage
Métier/Occupation: Gérant du Chafouin Palace
Relations:
avatar
The Cheshire Cat
Chester Winks
MessageSujet: Re: Ainsi la réflexion fait de nous des lâches  Dim 21 Juin - 21:00



Tu es validé !



— J'aime bien aussi l'idée des articles et passages de journaux, c'est une bonne idée :) !

Juste, je te valide déjà pour ne pas te faire attendre plus longtemps, mais à propos du mot "voiture", le terme existait déjà à l'époque ? (Je n'ai rien trouvé à ce propos). Hors, j'imagine que tu parles de la calèche ?

Hors mis ce détail, c'est tout bon ♥

Amuse toi bien :) !  —


Tu peux maintenant aller rp sur le forum ainsi que sur la chatbox (sans en abuser). N'oublie pas maintenant d'aller réserver ton avatar, afin d'être unique en ton genre. Nous nous occupons d'ajouter automatiquement sur la liste l'origine de ton personnage s'il est réincarnation.
Si tu n'as pas encore de partenaire(s) en vue, tu peux faire une recherche rp et/ou une demande de liens qui déboucherait éventuellement sur un topic. Ensuite, tu peux créer une fiche pour gérer tout ceci. Si besoin, tu peux demander un logement, et enfin mais surtout, si tu as des suggestions ou d'autres demandes, n'hésite pas à contacter l'administration.

Amuse-toi bien !

Le staff ~



_______________________________________________________
Cliquez et votez, merci :)
                 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Ainsi la réflexion fait de nous des lâches  Dim 21 Juin - 21:56

Pour la voiture, j'imaginais aussi une calèche mais je ne trouvais plus le mot XD Et fiacre me paraissait un peu trop pompeux.
Pour ce qui est de l'invention du moteur à explosion qui fait de la voiture une voiture c'est dans le dernier quart du XIXème donc la toute fin du règne de Victoria. Après pour le terme en lui-même j'en sais strictement rien... De toutes façon, le problème ne se pose pas puisqu'on a "calèche" héhé
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Ainsi la réflexion fait de nous des lâches  

Revenir en haut Aller en bas
 

Ainsi la réflexion fait de nous des lâches

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ainsi la réflexion fait de nous des lâches
» ❝Nous ne choisissons point, le hasard fait pour nous. BRIONAN ♥
» Wade Wilson, où le fait que nous soyons plusieurs dans ma tête !♫
» (+) Le fait que nous ne puissions pas être ensemble ne signifie pas que je ne t’aimerais pas. | Alyssa R. Pieterse
» Gabriel Loisell - La maladie a au moins un avantage, elle nous fait connaitre nos amis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rain of madness :: A Fascinating Story :: Fiches de personnages :: Fiches abandonnées-