Forum rpg victorien fantastique

Avatar dessiné - 200*320
NC-18 Y-Y-H


VOTER

Liens utiles

Rumeurs

Suite à l'épidémie de tuberculose et à l’abus de sorcelleries au cours de cette triste période, les Pénitents, une milice sans pitié qui se veut la main armée de Dieu, parcourent toujours les rues. La Reine a-t-elle perdu la tête ou le contrôle ?

Nos portraits

Boites à trésors

    
Discord          Chatbox


Peter Pan • Mourir doit sacrément être une belle aventure !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: A Fascinating story :: Fiches de personnages :: Fiches abandonnées
Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Peter Pan • Mourir doit sacrément être une belle aventure ! Sam 29 Aoû - 0:32


I. PAN PETER.


• NOM : Pan.
• PRÉNOM : Peter.
• NATIONALITÉ : Anglais.
• ÂGE : Huit ans si si ! (18 en réalité)
• SEXE : Beurk ! (Homme)
• ORIENTATION SEXUELLE : Eeerrgh ça fait grandir ! (Inconnue)
• MÉTIER : ‘’Éducateur’’ à l’orphelinat.
• SITUATION FINANCIÈRE : Pauvre.
• OCCUPATIONS/PASSIONS : Rire, vivre des aventures extraordinaires, rencontrer des enfants, insulter les adultes, sniffer la « poussière de fée ».
• GROUPE : Conte.
• HISTOIRE D'ORIGINE : Peter Pan de James Matthew Barrie


II. LES DESCRIPTIONS.


CARACTÈRE

Espiègle • Joueur • Hyperactif • Égoïste • Tyran • Égocentrique


Joyeux, innocent et sans cœur, Peter est l’éternel maître du jeu. Il est le jeu lui-même. Il est immuable. Peter est ce genre de personnes complètement déconnecté de la réalité, il est dans le factice et ne parvient pas à quitter son monde imaginaire. Il est incapable d’amour ou de compassion, tout n’est qu’un jeu, dont il est le Tyran. Il est cruel et ne s’en rend pas compte. Perdu dans son éternelle enfance, il se raccroche à ses rares croyances pour se persuader que la vie est telle qu’il l’a imaginée. Sans lui, son monde s’écroule, sans lui, tout se fane. Il est certain d’être la clé du monde des enfants. Grandir est un crime, et s’il surprend l’un de ces sacripants à grandir trop vite, il le fera tuer sans aucune compassion. Et puis il oubliera.

Parce que Peter oublie tout. Inconstant, il fait quelque chose pour l’oublier la semaine d’après. Vous auriez beau le lui redire, il ne se souviendra pas. De même que si vous ne le voyez pas régulièrement, il risque de totalement vous oublier. Parce que se souvenir, ça fait vieillir. Il se force à oublier tout ce qu’il sait à chaque fois, pour renaître et recommencer sa vie. Éternel enfant, joueur, il adore qu’on lui raconte des histoires, des tas d’histoires, de batailles, de conquêtes… Mais ses préférées sont celles qu’une fille racontait, celles qui parlent d’amour et où le Bien triomphe toujours sur le Mal. Curieux pour un être dépourvu de sentiments amoureux.

Mais Peter est un jeune homme qui a soif d’aventure, qui ne peut rester en place une seule seconde, qui aura toujours des idées pour jouer, pour faire jouer. Leader incontestable des enfants, il en fait une armée dans l’orphelinat et les dirige d’une main de fer. Parce que les adultes sont tous de cruels pirates qu’il faut éliminer ! Il faut avoir peur des adultes et les fuir, parce que grandir, c’est devenir mauvais, méchant, c’est une dégénérescence de son soi intérieur. Voilà pourquoi Peter ne veut pas grandir. Confronté à la cruauté du monde des adultes, jamais il ne voudrait devenir ainsi, et se force à fuir cette étape de sa vie. Il vivra enfant pour toujours, niant le fait que son corps est bel et bien celui d’un adulte.


PHYSIQUE


Svelte et musclé • Grands yeux verts clairs • 1m78 • Tâches de rousseurs • Cicatrice en travers du visage • Souriant


Peter mesure 1m78. Ce qui, pour un home et l’époque, est plutôt une bonne taille ! Morphologiquement nous dirons que cet éternel enfant à une ossature solide mais un corps mince, svelte avec une musculature fine. Si vous venez en rêvant de croiser des abdos d’aciers et des pectoraux qui dansent tous seuls… Passez votre chemin ! Peter n’a jamais pris soin de son apparence et n’a jamais fait en sorte d’être beau, attirant, ou fort. Mais ses nombreuses activités plus ou moins sportives l’ont musclé naturellement, lui donnant la force d’un homme adulte tout à fait respectable. Sa démarche est plutôt assurée, il marche toujours la tête haute, persuadé d’être le Roi des Enfants, il lui arrive aussi parfois de sautiller lorsqu’il est particulièrement de bonne humeur. Sa peau, elle, est blanche, légèrement hâlée et bronze très rapidement au soleil, il possède aussi une multitude de tâches de rousseurs, concentrées principalement sur son visage, mais vous aurez tout le loisir d’en découvrir plein d’autre le long de son corps.

Son visage en lui-même est encore enfantin, malgré une mâchoire carrée plutôt imposante à son grand damne, ce qu’il peut cependant apprécier c’est qu’il n’a pas la pilosité développée, à son jeune âge encore Peter n’éprouve pas le besoin de s’épiler, et les poils ne poussent pas sur son corps. Et c’est tant mieux, cela aurait encore été une chose qui le dégouterait particulièrement. Ses yeux sont grands, souvent écarquillés et d’un vert très clair. Si clair qu’il lui est souvent insupportable de rester dans des lieux trop éclairés. Peter préfèrera les ruelles sombres aux grandes allées, étant devenu avec le temps, de plus en plus photosensible. En travers de son visage, partant de son sourcil droit et en travers de l’arête de son nez, vous pouvez admirer deux énormes cicatrices qu’il possède depuis l’enfance et dont il est incapable de cacher l’existence. Pour lui, on ne voit qu’elles, et les enfants n’ont de cesse de lui rappeler qu’elle existe. Rien que pour cela, il aurait envie de les étrangler.

Ses cheveux quand à eux sont courts, ébouriffés, bien souvent, coupés n’importe comment et d’une couleur rousse cuivrée qui s’éclaircit au soleil. Alors être roux et porter des tâches de rousseurs, si ce n’est pas le signe du démon marqué sur sa face, je ne sais pas quoi vous dire d’autre messieurs dames ! Peter s’habille comme il peut, avec les vêtements qu’on lui propose à l’orphelinat, souvent de vieux trucs rapiécés encore et encore et encore. Il ne peut pas se venter comme les riches d’avoir des dizaines de couches de vêtements sur son corps lui tenant chaud l’hiver et le faisant suer l’été, non, il s’habille avec les haillons, les trucs qu’il trouve. La seule chose dont il ne se sépare pas, c’est d’un grand châle féminin autour de son cou, d’une couleur un peu violine. Mais il est lui aussi usé et troué par le temps.

En résumé, Peter n’est pas une personne très extravagante si on ne regarde pas ses yeux ou son visage, il tente souvent de se fondre dans la masse en fuyant les lieux bondés de monde, mais il finit toujours par se faire remarquer…


III. L'HISTOIRE.


Tous les enfants grandissent un jour, tous sauf un. C’est ainsi que commençait la célèbre œuvre de J.M Barrie. Un enfant, qui ne grandit jamais et qui kidnappe les autres enfants pour les mener dans son pays imaginaire. Oui, c’est à cela que se résume Peter Pan, cependant, si Peter les emmenait en volant à l’époque, il n’a malheureusement pas sûr garder cette incroyable capacité lors que sa réincarnation ici…

Ici, Peter Pan est né orphelin, sa mère était apparemment une noble jeune femme d’après les rumeurs, mais elle fut contrainte d’abandonner son enfant car procréé hors mariage et d’après les rumeurs toujours, son père serait déjà marié. C’est ainsi que cet enfant fut déposé par une belle nuit d’été devant les portes de l’orphelinat. Il s’appelait Peter, et ses grands yeux verts émerveillaient tout le personnel de l’orphelinat. Il n’avait que deux jours lorsqu’il était arrivé, autant vous dire que toute sa vie durant, il ne connu rien d’autre que cet endroit austère qui était pourtant à ses yeux, l’emplacement parfait pour le pays imaginaire.

Il y avait à l’époque dans cet orphelinat, un éducateur vieux et méchant. Il était toujours très autoritaire, toujours à veiller sur le temps à rappeler que les enfants devaient manger à telle heure, que le repas durerait tant de temps, qu’après il fallait se laver pendant tant de minutes, puis se coucher à heures fixes pour se réveiller à heures fixes. Encore et toujours la même routine sur le temps qui passe inexorablement sans qu’on ne puisse l’arrêter. Plus ce temps passait, plus ce vieil éducateur devenait méchant et froid envers la jeunesse grandissante, et plus Peter était terrifié par cette grosse horloge qu’il montrait toujours de son crochet au bout d’un bâton qui servait à tenir ses clés, ou sa lanterne.

Bien des fois, Peter avait rêvé de briser cette horloge et ce temps qui se passe, si être adulte était de ressembler à cet homme, alors jamais il ne voudrait devenir adulte, vieux, et puant. C’est dès le plus jeune âge qu’il commençait à annoncer aux autres garçons de son dortoir que grandir, c’était très mauvais, et qu’on finirait comme l’homme au Crochet ! A ces moments là, tous les garçons s’offusquaient et criaient qu’ils ne voulaient pas grandir. Alors Peter sautait debout sur son lit, se faisait une cape avec son draps et brandissait un objet au hasard en guise d’épée en disant et jurant solennellement que jamais eux, les enfants perdus, ne grandiraient ! S’en suivait de grands cris de guerre, d’indiens, et les garçons couraient partout dans la chambre en saccageant les objets… Avant d’être bien vite réprimandés par les nombreux adultes de l’établissement. Quand c’était Crochet qui venait, Peter lançait l’assaut sur lui, et le pauvre homme se prenait alors tout un tas de livres de contes et de peluches à la figure.

C’est d’ailleurs durant l’une de ces batailles que Peter se jeta sur l’homme au crochet dans le but de lui mordre la main avec violence, cependant, l’éducateur eut un geste malheureux pour l’esquiver, le crochet tailladant le visage du beau petit garçon, lui laissant une cicatrice à vie. Depuis ce jour, les Crochets sont les plus grands ennemis de Peter.

Au début, le personnel de l’orphelinat cru que l’enfant était rebelle certes, perturbé comme beaucoup d’orphelins, et qu’il avait un caractère de meneur, mais que cela se calmerait en grandissant… Mais si Peter parvenait à maintenir ses troupes à huit ans, imaginez-le à 14 ans, la voix muant et brandissant toujours son épée factice sur son lit, déclarant la guerre aux adultes alors que lui restait dans le dortoir des plus petits, ignorant complètement ses camarades de départ qui parfois disparaissaient, emportés par les adultes de l’extérieur, ou bien grandissaient et changeaient de dortoir et à partir de ce moment là, Peter refusait tout bonnement de leur adresser la parole. Lui refusait strictement de changer de dortoir. Il serait toujours le leader des garçons perdus et cela n’allait pas changer tout de suite !

« Et c’est alors que la fée est arrivée, secouant ses ailes au dessus de moi pour me faire m’envoler ! »
« N’importe quoi Peter ! Les fées, ça n’existe pas ! »
Peter écarquilla les yeux, et se jeta sur l’enfant de sept ans qui avait osé dire cela, le tenant par le cou en le fixant sombrement.
« Ose répéter cela et tu es un homme mort Dimitri ! C’est en disant cela que les fées meurent, elles n’apparaissent que si nous croyons en elles ! »
Ce n’était qu’un soir comme tant d’autres dans le dortoir. L’enfant, effrayé finissait par donner raison à Peter, et tous les autres enfants criaient et riaient en disant que eux aussi voulaient voler et voir les créatures du Pays Imaginaire.
« Et lorsque je volais, j’ai vu des pirates sur un gros bateau je vous jure ! Ils faisaient des choses afffffffrrreuuuuses ! Mais heureusement, j’ai crié comme un coq et ils ont tous eut peur ! »
Devant tant d’imagination, et de ferveur, chaque enfant écoutant les paroles de Peter était comme fasciné, vouant une adoration sans fin à leur héros.

Depuis sa plus tendre enfance, le sommeil de Peter est perturbé par des rêves d’une petite fille lui contant de merveilleuses histoires, cette petite fille oh qu’elle est jolie ! Elle a des ces regards qu’on donnerait aux mamans, de ces joues sucrées qu’on a envie d’embrasser et de ces bras qui ne sont bon qu’à enlacer et offrir de l’amour. Ah l’amour. L’enfant qu’est Peter ne connait pas cela, pourtant plus il grandit et plus cette fille envahit son sommeil, grandissant elle aussi, chantonnant des histoires d’amour et de guerre. Dans un monde où le Crochet est l’ennemi et où toutes les créatures magiques existent et cohabitent en harmonie. Un monde ou Peter est le roi, en Tyran adoré, il gouverne son peuple, des enfants. Mais cette jolie jeune fille réapparait toujours, souriante. Une vraie mère pour ces enfants perdus.

Cependant, il avait beau rêver d’une mère comme tout jeune garçon d’orphelinat, cela n’empêcha pas Peter de grandir et de mûrir. Et à ses quatorze ans, alors qu’il fut en âge d’aller travailler de façon plus ou moins légale pour rapporter de l’argent à l’orphelinat, ce dernier fut bien obligé de goûter à la vie d’adulte. Même si, à nouveau, pour lui cela n’était qu’une aventure de plus à conter aux enfants le soir. Car lui, s’il était le roi des enfants, il pouvait se permettre de sortir pour leur ramener de merveilleuses histoires… Il se mit alors à travailler pour une boulangerie non loin du marché noir, oh ce n’était pas bien compliqué, il devait simplement mettre et sortir du four les pâtisseries diverses, et nettoyer après le passage du boulanger.

Chaque soir et chaque matin il passait par le marché noir afin de faire le trajet vers la boulangerie ou vers l’orphelinat, sur le chemin il vivait de folles choses ! Parfois, il rencontrait d’autres enfants et riait follement avec eux, ce qui souvent, le mettait en retard et lui valait une retenue sur salaire. Ce n’était pas très joyeux de travailler là bas, mais il le faisait juste parce qu’il pouvait en chemin découvrir un monde merveilleux. Bientôt, plus aucune ruelle n’avait de secret pour lui, et chaque matin, et chaque soir, une femme tenant une petite échoppe et vendant divers produits de la forêt enchantée l’appelait en lui demandant s’il voulait quelque chose. Au début, Peter lui tirait la langue et s’en allait en fuyant. Alors elle riait, secouant le collier de clochettes qu’elle portait autour du cou et cela faisait un bruit très amusant. Alors Peter riait aussi en s’en allant.

Mais un jour, la curiosité fut plus grande.
« Hé mon petit ! Ça te dit de goûter aux productions de la forêt enchantée ?! »
« La forêt enchantée ? Là où vivent les trolls et les fées ? »
La jeune femme le regardait avec étonnement, mais se doutant qu’elle avait affaire à un simplet, se contentait d’hocher la tête vigoureusement.
« Bien évidemment gros nigaud ! D’ailleurs, les fées m’ont ramené quelque chose, cette poudre magique, qui permet à tout être qui en prend et qui y croit, de s’envoler vers un monde meilleur ! »
« Le pays imaginaire ?! » S’écria alors Peter, n’en croyant pas ses yeux.
Immédiatement, il dépensa tout son argent récolté dans la semaine pour autant de poudre que possédait cette jeune femme malhonnête. Vous vous doutez bien évidemment que cette poudre ne vient pas vraiment des fées, mais bel et bien de la forêt enchantée et à de réelles vertus euphorisantes… D’où l’impression de voler… Ou de planer plutôt.

C’est donc à partir de ses 14 ans que le jeune garçon commença à consommer ce doux rêve qui l’enfonçait un peu plus dans cette folie. Chaque semaine, son argent partait là dedans, et plus il grandissait, plus il en réclamait. Il était certain que cette poudre était la solution pour fuir le monde des adultes. Que si son corps changeait, il restait tout de même un enfant. Il en était persuadé. Parfois il s’envolait tellement fort qu’il tombait inconscient et les rêves divers et variés et surtout colorés l’envahissaient de nouveau, le plongeant dans ce monde dont il ne sortait plus. Pour lui, chaque recoin de la ville était plein de choses merveilleuses. Ses yeux constamment dilatés, il supportait de moins en moins la lumière du jour.

Un soir d’hiver, alors qu’il rentrait de la boulangerie, il devait alors avoir atteint les 16 ans, il croisa au détour d’une ruelle déserte, un jeune homme qui lui disait vraiment quelque chose. Il resta quelques instants à le fixer, avant que ce dernier ne le reconnaisse à son tour. Le jeune homme, blond aux yeux foncés s’approcha de Peter et le salua chaleureusement. Il s’agissait en vérité de Dimitri, qui avait été adopté à ses dix ans par une gentille petite famille. Peter ne l’avait plus vu depuis. Et quand il se présenta, d’abord il ne su absolument pas de qui il s’agissait, avant de se souvenir, petit à petit, de l’enfant qui ne croyait pas aux fées. Son sang ne fit qu’un tour.
« Tu as grandit… C’est… affreux. » Murmura-t-il d’une voix sourde en appuyant son pied contre un morceau de dalle branlante au sol.
« Toi aussi tu as grandit Peter, enfin… » Répondit-il sans comprendre.
« Non… Non je ne grandis pas, je ne grandirais jamais… Et je ne t’autorise pas à grandir, on ne peut grandir dans le monde imaginaire ! » Il se pencha, ramassant le morceau de dalle.
Le jeune homme se mit à reculer lentement, trouvant son ancien ami plutôt effrayant. Ce dernier le suivait, s’approchant de lui au fur et à mesure qu’il reculait. Dimitri fut plaqué contre le mur de la ruelle, Peter approcha son visage du sien et vint murmurer à son oreille dans un souffle morbide.
« Je te bannis de notre monde… Dimitri, pour avoir commis le crime de grandir… »
La dalle fut levée, une main posée sur le coup du beau Dimitri qui, pétrifié par la peur n’osa pas bouger. Quand il voulu crier, la main de Peter le maintenait déjà bien trop fermement, et Dimitri était bien plus frêle, si bien que lorsque la dalle s’écrasa à plusieurs reprises sur le crâne de l’adolescent, ce dernier succomba rapidement.

Abandonnant le tout dans cette ruelle, l’Enfant Roi s’en alla tranquillement et rentra à l’orphelinat, terriblement fier de ce qu’il avait fait. Cependant, il savait qu’il ne pourrait révéler ce secret aux adultes, alors quand une des éducatrices lui demanda pourquoi il avait autant de sang sur lui en rentrant, il expliqua qu’il avait dû tuer un cochon car le boulanger voulait essayer de faire du pain de viande. On le cru, il fila se laver et refaire la discipline dans son dortoir. Si le personnel de l’établissement pouvait bien reconnaitre quelque chose, c’était que lorsque Peter disait quelque chose, la plupart des enfants écoutaient, et du coup, il suffisait de savoir prendre Peter par les bons bouts et le manipuler à son propre jeu afin que tout l’orphelinat suive.

Avec le temps, tout le monde savait que Peter ne serait jamais adopté, et encore moins aidé, il ne s’arrangerait jamais et tous ses vices resterons et s’aggraveront avec l’âge. C’est pourquoi, décidant de le garder à l’œil le personnel de l’établissement le nommèrent éducateur pour les petits. Lui voyait cela comme un réel titre de noblesse. On le voyait enfin comme le vrai Roi des Enfants qu’il était. Et pourtant, il continuait sa petite vie, même s’il n’y était plus obligé, il allait à la boulangerie, y travaillait, puis achetait sa drogue sur le retour. C’était une douce routine qui le maintenait calme entre deux crises. Il avait besoin de sa drogue constamment afin de continuer à vivre et voler dans le monde imaginaire, il avait besoin de l’adoration des enfants pour se persuader qu’il en était toujours un. Pourtant… Dans ses rêves, il la voyait toujours, cette jolie mère qui lui tendait les bras avec tendresse pour lui conter ses histoires.


IV. DERRIÈRE L'ECRAN.

Prénom/Surnom: Clyde.
Âge : 21 ans.
Autres comptes : Nope.
Comment avez-vous découvert le forum : Par partenariat. ;D
Comment trouvez-vous le forum : Verrrrrry gooood.
Avatar du personnage : Lysander Grim par Apriorii.


FICHE PAR FALLEN SWALLOW


Revenir en haut Aller en bas
The Cheshire Cat
avatar
Messages : 1015
Date d'inscription : 18/12/2014
Age : 28

Feuille de personnage
Métier/Occupation: Gérant du Chafouin Palace
Relations:
The Cheshire Cat
MessageSujet: Re: Peter Pan • Mourir doit sacrément être une belle aventure ! Sam 29 Aoû - 0:46
Content de te compter parmi nous ♥

Bon courage pour ta fiche !

_______________________________________________________
Cliquez et votez, merci :)
                 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Peter Pan • Mourir doit sacrément être une belle aventure ! Sam 29 Aoû - 2:18
J'ai. Très. Hâte. De. Voir.
Vraiment.
Bienvenue à toi, petit framboisier ♥
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Peter Pan • Mourir doit sacrément être une belle aventure ! Sam 29 Aoû - 13:44
Bienvenue !

Super début de fiche >w< bonne chance pour la suite !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Peter Pan • Mourir doit sacrément être une belle aventure ! Sam 29 Aoû - 15:36
Bienvenue ! Hâte de voir la suite de ta fiche ! A bientôt :D
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Peter Pan • Mourir doit sacrément être une belle aventure ! Sam 29 Aoû - 20:13
"Grandir est un crime, et s’il surprend l’un de ces sacripants à grandir trop vite, il le fera tuer sans aucune compassion." Voilà de quoi glacer le sang des petits et des grands...

Une fiche très prometteuse et il me tarde de découvrir la suite, surtout quand je vois que le hasard nous a réuni en moins d'une journée !

Bonne continuation :bong:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Peter Pan • Mourir doit sacrément être une belle aventure ! Lun 31 Aoû - 23:54
Bonsoir et merci à tous pour cet accueil !

Chester ♠ Tu as su me motiver pour me faire venir. 8D

Alice ♠ Oh gente dame Alice, j'espère convenir à vos attentes !

Julius & Wolf ♠ Merci beaucoup les gars !

Wendy ♠ Ma douce Wendy, te voir déjà ici est une énorme surprise et me ravi. J'espère que ma fiche te plaira.

Et ma fiche est terminée !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Peter Pan • Mourir doit sacrément être une belle aventure ! Mar 1 Sep - 1:17


   
Tu es validé !

   

Rien à ajouter, ta fiche est géniale et j'adore Peter. Il est comme je l'imaginais après avoir lu le livre. C'est génial. Je te souhaite bien du courage dans tes futurs RP et je me demande comment tu pourras avoir de bonnes relations avec les gens d'ici hahaha. M'enfin bon, j'ai hâte de voir. Surprend moi ♥



   Tu peux maintenant aller rp sur le forum ainsi que sur la chatbox (sans en abuser). N'oublie pas maintenant d'aller réserver ton avatar, afin d'être unique en ton genre. Nous nous occupons d'ajouter automatiquement sur la liste l'origine de ton personnage s'il est réincarnation.
   Si tu n'as pas encore de partenaire(s) en vue, tu peux faire une recherche rp et/ou une demande de liens qui déboucherait éventuellement sur un topic. Ensuite, tu peux créer une fiche pour gérer tout ceci. Si besoin, tu peux demander un logement, et enfin mais surtout, si tu as des suggestions ou d'autres demandes, n'hésite pas à contacter l'administration.

   Amuse-toi bien !

   Le staff ~

   


   
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Peter Pan • Mourir doit sacrément être une belle aventure ! Lun 7 Sep - 18:28
Wow, superbe fiche !
J'espère que tu te plairas parmi nous =)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Peter Pan • Mourir doit sacrément être une belle aventure !
Revenir en haut Aller en bas
Peter Pan • Mourir doit sacrément être une belle aventure !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Peter Pan • Mourir doit sacrément être une belle aventure !
» Peter Pan - Vivre ; ça doit être une sacrément belle aventure !
» HELP IL DOIT MOURIR DEMAIN YORK 14 ANS 1/2 FOURRIERE
» Dans une révolution, on doit triompher ou mourir.
» La «frontière» est-elle carrément fermée entre Haïtiens et Dominicains même au Q

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rain of madness :: A Fascinating story :: Fiches de personnages :: Fiches abandonnées-
Sauter vers: