Forum rpg victorien fantastique

Avatar dessiné - 200*320
NC-18 Y-Y-H


VOTER

Liens utiles

Rumeurs

Suite à l'épidémie de tuberculose et à l’abus de sorcelleries au cours de cette triste période, les Pénitents, une milice sans pitié qui se veut la main armée de Dieu, parcourent toujours les rues. La Reine a-t-elle perdu la tête ou le contrôle ?

Nos portraits

Boites à trésors

    
Discord          Chatbox


Amory Fearless: « Ah ! si seulement je pouvais frissonner. » [Terminée]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: A Fascinating story :: Fiches de personnages :: Fiches abandonnées
Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Amory Fearless: « Ah ! si seulement je pouvais frissonner. » [Terminée] Sam 29 Aoû - 23:57


I. AMORY FEARLESS.


• NOM :Fearless
• PRÉNOM :Amory
• NATIONALITÉ :Anglais
• ÂGE : 20 ans
• SEXE : Masculin
• ORIENTATION SEXUELLE : Bisexuelle (avec une très légère préférence pour les hommes)
• MÉTIER : Fils d’artisan
• SITUATION FINANCIÈRE : Relativement stable
• OCCUPATIONS/PASSIONS : Chercheur de sensations fortes
 • GROUPE : Conte
• HISTOIRE D'ORIGINE : L'Histoire de celui qui s'en alla apprendre la peur – Conte de Grimm


II. LES DESCRIPTIONS.


CARACTÈRE

Inconscient • Courageux • Volontaire  • Idiot • Maladroit • Violent


   
Cet homme ou plutôt jeune homme, ne connaît pas la peur, enfin, il n'a jamais eu peur de sa vie, pourquoi ? Son père et son frère le disaient trop inconscient, trop idiot, les demoiselles le trouvaient courageux. Lui même se rendait bien compte que quelque chose n'allait pas avec lui, quand certains hurlaient en voyant un homme se faire pendre, lui se demandait juste si en réchauffant ce corps devenu geler il pourrait se réveiller. Bien sûr il n'avait pas le don de réanimer les morts mais personne n'avait essayer...si ? Ce manque de raison lui provoquait souvent des envies d'extrême, aller sur les toits, tenter toutes les nouvelles expériences, Il avait fait l'expérience des premières voitures qui avaient été emmenée en Angleterre pour une exposition, tellement belle expérience que si il n'y avait pas eu de quoi l'amortir il serait mort sur le coup. Mais ce genre de choses étaient les seules qui lui donnaient assez d'adrénaline pour qu'il frissonne enfin ! Il n'était pas très adroit en effet, il avait deux mains gauche comme on dit. Il lui arrivait souvent de raté ce qu'il faisait ou de casser des choses. A part cela, il était violent quand on l'énervait trop mais a peine. Bon d'accord ça lui arrivait de frapper les gens jusqu'à les rendre presque morts, mais ça ce n'était rien. Un séjour a la clinique et c'était vite réparer, des fois moins vite mais c'était un risque…


    PHYSIQUE
   

   
Amory est un jeune homme au cheveux bleu assez court, ses yeux vairons sont dépareillé, l'un aussi bleu que ses cheveux, l'autre doré voir caramel clair en fonction des moments. Il a une peau de porcelaine, aussi claire et douce que celle d'une poupée. Le bleu est donc plutôt grand, un bon mètre quatre vingt, mais comme une poupée, avec ses vêtements il a l'air extrêmement frêle alors qu'il n'en ai rien. Il est un beau et fort jeune homme comme dirait ses voisines indiscrètes, ses longues jambes sont souvent mises en valeurs dans des bottes lui montant jusqu'au genoux, comme tout les gens en cette période, il enfilait constamment des gants, les siens étant d'un jaune doré mettant ses longs doigts fins et délicats en évidence. Le reste de ses vêtements se composaient souvent de bleu ou de noir, restant toujours dans la dernière mode mais sans s'arrêter pour autant de porter ses anciens vêtements. Reparlons un instant de ses cheveux, monsieur avait voulu savoir si le regard des gens lui donnait ces fameux frissons qu'il appréciait tant, malheureusement aucuns regards ne l'affectait et vu qu'il adorait le bleu il avait garder cette teinte de cheveux qu'il refaisait a chaque fois a l'aide d'une amie qui était spécialisée dans les pigments de couleurs.


   
III. L'HISTOIRE.


   
.

I. L'Histoire de celui qui s'en alla apprendre la peur

Par ou commencer cette histoire...Sans doute comme ceci affirma le vieil homme en prenant son ouvrage des frères Grimm...Je vais vous conter l'Histoire d'un père, qui avait deux fils. L'un était intelligent et réfléchit, débrouillards quoique un peu peureux. Son père le tenait en grande estime et comptais faire de lui le futur artisan de la ville. Le second, en revanche était sot, incapable de comprendre et d'apprendre. Quand les gens le voyaient, ils disaient : « Avec lui, son père n'a pas fini d'en voir. » Quand une tache était a faire l'aîné s'en occupait toujours, mais ce dernier étant un peu naïf se refusait a sortir la nuit ou encore a traverser un cimetière, les histoires racontées sur ces lieux là ou ces périodes le faisait trembler de peur, et son frère cadet a côté l'écoutait dire qu'il "en frissonnait", sans comprendre. Celui-ci répétait sans cesse "Ah! Si seulement je pouvais frissonner !" Son père en ayant marre de ses supplique le confia un jour a un bedeau qui promis a son père de le faire frissonner. Le jeune homme fut donc de corvée, il devait aller tout les soirs faire sonner le clocher. Après quelques jours, le bedeau suivit le jeune cadet, couvert d'un draps blanc, il se tint dans les escaliers simplement, le jeune homme fixa cet tache blanche dans l'ombre et il lui ordonna de partir, une fois, deux fois. La troisième fois il menaça le bedeau déguiser qui ne répondait pas de le jeter du haut du clocher si il ne décampait pas. Le bedeau resta silencieux, pensant que le jeune donnait des menaces sans les penser. Il ne fut que plus surpris de se faire jeter du haut du clocher.

Le lendemain, la femme du bedeau ne trouvant plus son mari, elle partit au clocher et en voyant l'homme mort a son pied elle partit chasser le jeune fils d'artisan de chez elle. Quand le père apprit la nouvelle il chassa le fils de la maison, lui donnant cinquante pièces d'argent pour qu'il puisse passer au moins une dernière nuit au chaud avant de devoir se débrouiller seul. Le jeune homme s'en alla alors, chantant inlassablement sa chanson préférée: "Ah! Si seulement je pouvais trembler, si seulement je pouvais frissonner!". Sur son chemin il croisa un homme, qui lui dit que en échange de ses cinquante pièces il saurait le faire frissonner. Le cadet accepta, mais il ne donnerait les pièces que si il avait frissonner, l'homme lui demanda de passer une nuit sous un arbre ou sept corps pendaient, s'entrechoquant avec le vent. Il expliqua que ces sept gens, étaient les maris de la fille du cordier et que cette dernière leur avait donner des leçons de vol, le jeune homme haussa les épaules, se fit un feu puis il s'assit en dessous de cet arbre, fixant les cadavres. Après plusieurs heures l'homme se sentait geler et a force de regarder ces hommes il se demandait si eux là haut, il frissonnaient. Il décida de les décrocher de leur perchoir, il les disposa ensuite soigneusement prêt du feu, mais en voyant que ces amis d'un soir ne se réchauffait pas il en fit passer un dans les flammes, puis le deuxième, et ainsi jusqu'au dernier. Le lendemain quand le vieillard qui lui avait promis le frisson vint chercher ses pièces, il fut surpris de ne plus voir de cadavres pendus, la réponse du jeune homme l'étonna:
"Je les ai réchauffer, ils frissonnaient tous les sept là haut!"

Le jeune homme s'en alla donc chercher la peur. On lui fit part d'une rumeur, le roi offrirait la main de sa fille a qui passerait trois nuits dans le château hanté. Plus intéresser par l'idée d'avoir peur que celle de devenir roi il se présenta au palais et sans détours il demanda a passer trois nuits dans le château voisin. On lui imposa de choisir trois choses inanimées a emmener avec lui dans le château, il demanda du feu, un tour et un banc de ciseleur avec un couteau.
A la tombée de la nuit il alluma son feu et s'occupa donc jusqu'à ce que deux immenses chats noirs s'approchent de lui, lui demandant si ils pouvaient se réchauffer a ses côtés. Il accepta et au moment ou il fit leurs longues griffes il leur proposa de les leur tailler un peu. Il n'hésita pas a les tua avant de se faire lui même tuer. Il jeta les corps par la fenêtre et tout le restant de la nuit, il endura sans même trouver cela effrayant les fantômes des deux chats qui tentaient de le tourmenter.
Il dormit paisiblement et le lendemain la deuxième nuit commença, alors que le jeune homme chantait sa chanson un grand fracas retentit, une moitié d'homme tomba de la cheminée, puis se fut l'autre moitié, loin de s'étonner, le jeune homme l'aida a se rassembler et il fit de même avec les autres qui tombèrent de la cheminée, s'en suivit alors une partie de bowling avec les différentes parties du corps que l'on avait arracher a tel ou tel homme de la cheminée, n'ayant rien pour faire la boule le jeune homme prit un crâne dans les cendres et après l'avoir poncer et poli il jouèrent a leur jeu.
La deuxième nuit se passa ensuite paisiblement. Mais le troisième jour qui apparemment était le pire pour les sains d'esprits arriva. Une fois la nuit tombée sept hommes, les sept pendus qu'il avait brûler entrèrent dans la chambre, avec un cercueil. Dans celui-ci se tenait, les mains sur le cœur, son petit cousin, mort quelques jours plutôt. Prit d'une envie folle il décida de le réanimer. Il le prit d'abord dans ses bras, n'arrivant pas a le sortir de sa torpeur il lui frictionna les bras en l'emmenant près du feu. N'ayant toujours aucunes réactions il utilisa la meilleure méthode qu'il connaissait pour faire prendre des couleurs aux gens, il l'emmena dans son lit, rabattit la couverture sur eux deux et il le serra dans ses bras jusqu’à ce que le mort se réveille. Ce dernier lui sauta a la gorge et tenta de l'étrangler, voulant retourner au pays des morts. Le jeune sans peur attrapa alors son cousin et le remit dans le cercueil avant de dire aux sept pendus de le ramener d'où il venait.
À ce moment précis entra un homme plus grand que tous les autres et qui avait une mine effrayante. Il était vieux et portait une longue barbe blanche. Il lui proposa un marché, si le arçon était plus fort que le Diable il le laisserait partir. Alors il sortirent du château, ils se dirigèrent vers une forge et le Diable, d'un coup de hache puissant enfonça l'enclume dans le sol. Le jeune homme, lui, profita que la barbe du plus vieux soit assez longue, il fendu une enclume et il y coinça la barbe. La seconde d'après la hache fendit l'air et il coupa la tête du diable.
Le lendemain matin on le retrouva dans la chambre du château, le roi lui offrit la main de sa fille. Une fois roi le garçon se lassait toujours alors quand il chanta sa chanson pour la énième fois de la journée, sa nouvelle femme, excédée partit remplir un saut et lui jeta dessus pendant son sommeil. Celui-ci surpris et désormais geler remercia sa femme.

"Ah! Merci! Enfin j'ai pu frissonner grâce a toi!"

...


II. Puis après ce fut l'Histoire de celui qui s'amusait de la peur

Passons maintenant a la partie de l'histoire qui vous intéresse. Le jeune Amory est né dans une famille d'artisan. Sa mère étant morte de la maladie a sa naissance, il ne connu que son frère et son père. Ce dernier avait énormément honte de son petit dernier qui cherchait constamment a s'attirer les foudres des dieux en se mettant dans des situations dangereuses ou en s'engageant dans des relations sans sens ou presque blasphématoires. Son père comme tout bon londonien était croyant, croyant en tout a vrai dire, comme l’aîné de la famille. Amory lui, était la bête noire. Quand on l'emmenait a l'église il demandais pourquoi, quand on lui disait pour Dieu, il répondais qu'il ne se souciait pas d'un homme qu'il n'avait jamais vu. Après de longues années a refuser toute autre autorité que celle de son père il fut convaincu qu'il ne croyait en rien, il n'avait peur de rien plus précisément. Il connaissait toutes sortes de "frissons" comme le disais son frère. Les frissons de gêne, de froid, d’excitation, de plaisir quand cela lui arrivait, mais jamais! Oh grand jamais, il n'avait frissonner de peur, de terreur, d'horreur brute et tellement sauvage qu'elle vous remuait les tripes et vous forçait a fermer les yeux. Le plus jeune cherchais a avoir peur, par tout les moyens possibles. Il avait fait des choses dangereuses, il avait vu toutes sortes de choses soit disant effrayantes en traînant dans les rues sombres de l'ombres, il avait tester toutes les relations dangereuses qui lui aurait valu une punition divine. Il avait été tenter par le péché de la chaire, et pire, la chaire d'un homme en plus. Son premier amant fut son cousin, son frère étant trop peureux pour s'aventurer sur des terrains si glissants. Il avait regretter amèrement cette relation quand son amour mourut.
Il garda quand même son attirance pour les hommes, s'attirant les foudres de son père malgré les nombreuses filles qu'il ramenait de temps a autres. "Je t'assure que les hommes ne sont qu'un passe temps pour moi!" était la phrase qu'il répétait dès que son père l'accusait. Il passait des nuits entières a se faire plaisir aux cotés d'hommes et de femmes différentes, et ses journées il les passaient a faire toute les choses qui lui passaient par la tête. Il avait eu le bonheur de faire des expériences dangereuses dès qu'il le pouvait. A vous d'imaginer ce qu'il aurait pu faire parce que monsieur a une créativité sans limites. A part quelques détails de sa vie précédente comme sa famille et son envie constante d'avoir peur, Amory n'a rien garder de sa vie antérieure. Il n'y avait que ses rêves qui lui posaient problèmes, chaque nuits il revivait les aventures que son précédant lui avait vécu, et a chaque fois il se réveillait en sentant l'eau gelée de la rivière lui tomber dessus comme une cascade. Le plus étonnant c'est que s'en jamais avoir reçu de seau d'eau sur la tête en plein milieu de la nuit il ressentait le même frisson et la même impression de sentir l'eau gelée ruisselé sur son corps a chacun de ses réveils.



   
IV. DERRIÈRE L'ECRAN.

   
Prénom/Surnom: Suyaa
   Âge  : 19 ans
   Autres comptes : Nope
   Comment avez-vous découvert le forum : Via un Top-site
   Comment trouvez-vous le forum : J'adore ! x)
   Avatar du personnage : Modèle « Ashes to Ashes » ou « Hai wa Hai ni » de Kaito Shion
   

   
   
FICHE PAR FALLEN SWALLOW

   
Revenir en haut Aller en bas
The Cheshire Cat
avatar
Messages : 1014
Date d'inscription : 18/12/2014
Age : 28

Feuille de personnage
Métier/Occupation: Gérant du Chafouin Palace
Relations:
The Cheshire Cat
MessageSujet: Re: Amory Fearless: « Ah ! si seulement je pouvais frissonner. » [Terminée] Dim 30 Aoû - 0:10
Bienvenue petit Amory ♥

J'espère que tu te plairas ici, et courage pour le reste de ta fiche !

_______________________________________________________
Cliquez et votez, merci :)
                 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Amory Fearless: « Ah ! si seulement je pouvais frissonner. » [Terminée] Dim 30 Aoû - 21:56
Bienvenue Amory ! J'espère que tu t'amuseras bien parmi nous ~ >w< !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Amory Fearless: « Ah ! si seulement je pouvais frissonner. » [Terminée] Dim 30 Aoû - 22:04
Bienvenue à toi, petit réglisse ♥
Juste un petit conseil pour facilité la lecture: Met les phrases parlées en gras et ou avec de la couleur. C'est plus agréable et ça donne moins la sensation de pavé. Valaaa. (C'est pas moi qui m'occupe de ta fiche, pour info ♥)
Revenir en haut Aller en bas
The Cheshire Cat
avatar
Messages : 1014
Date d'inscription : 18/12/2014
Age : 28

Feuille de personnage
Métier/Occupation: Gérant du Chafouin Palace
Relations:
The Cheshire Cat
MessageSujet: Re: Amory Fearless: « Ah ! si seulement je pouvais frissonner. » [Terminée] Dim 30 Aoû - 23:05
Me voilà ♥ !

Elle est cool l'histoire que tu as choisie. Personnellement je ne connaissais pas ce conte (*inculte*) mais je suis content de le découvrir !

Sauf que je ne peux malheureusement pas te valider maintenant, même si tu as parfaitement compris le principe des réincarnations et ses conséquences.

Le premier point, c'est qu'il y a selon moi beaucoup trop de fautes pour te faire valider. Je pense que c'est une question de relecture et ce sera bouclé :)
Si tu as du mal à voir où elles se trouvent, tu peux m'envoyer un MP et je te les soulignerais.

Ensuite, tu parles de voitures, mais en fait RoM n'en possède pas, car la ville est pour le moment en retard au niveau technologique. Nous l'expliquons dans le topic que je vais te mettre en lien, tout en bas. Quand bien même, je ne sais pas si n'importe qui pouvait essayer les voitures en exposition, ni si elles étaient à l'époque suffisamment rapide pour qu'on ne puisse pas arrêter un chauffard à son volant.

Ce sujet ci : http://rainofmadness.forumpersos.com/t177-la-vie-du-xixeme-siecles

Passons à l'histoire. Je n'ai pas compris cette phrase :

Citation :
Par ou commencer cette histoire...Sans doute comme ceci affirma le vieil homme en prenant son ouvrage des frères Grimm..

Est-ce qu'il y a une action rp qui s'incruste dedans ? Ou une mauvaise tournure de phrase ?

En fait, les descriptions passent bien, mais ton histoire n'est pas très fluide. Tu enchaînes les virgules et ça rend tes phrases un peu lourdes (avec la chaleur, je ne te cache pas que mon cerveau a un peu surchauffé). C'est une façon de faire, et ce que je dis n'est qu'un conseil, mais peut-être devrais-tu mieux structurer ta façon d'écrire. Ce sera plus agréable à lire.
Une astuce que je peux te donner et qui fonctionne plutôt bien (c'est ce que je fais parfois quand j'ai le sentiment de me perdre dans ce que je dis) c'est de lire ton texte à voix haute. Ça te fait t'écouter et ainsi te rendre compte de quand il faut mettre une coupure, de la tournure ect

Pour en finir, parlons de sa bisexualité. Il y a deux points à revoir.

D'abord, dans le topic que j'ai joint ci-dessus, on parle de l'homosexualité vécue dans la société victorienne. Tu y verras qu'en s'exposant ainsi, surtout face à sa famille catholique et modeste, Amory prend des risques. Déjà à notre époque, dans le milieu religieux, il faut parfois faire face aux préjugés et conséquences (bien sûr, ça dépend des cas !) mais en 1885, dans RoM en tout cas, ça ne passait pas aussi facilement qu'un « Je t'assure que les hommes ne sont qu'un passe-temps pour moi! ». Si tu veux garder cette réponse-là, j'aimerais que tu ajoutes autour de quoi le justifier. Par exemple, son père qui l'aime assez pour subir sans jamais le dénoncer, en cachant ça au reste de leur entourage. Ou Amory qui ne le cri pas sur tous les toits, et s'il le fait, les conséquences que ça lui apporte.

Ensuite... et là est ce qui m'a le plus dérangé mon chaton.

Citation :
Son premier amant fut son cousin, son frère étant trop peureux pour s'aventurer sur des terrains si glissants.

C'est extrêmement mal tourné comme phrase si tu n'y apportes rien qui parle d'une attirance à l'inceste juste avant. En lisant ça sans le voir arriver, on y lit quelque chose de presque homophobe car on le comprend de cette façon : « Il est gay, alors il se tape tout ce qui est masculin. C'aurait même pu être son frère mais il ne voulait pas. »
C'est pas une question de peur selon moi, juste d'une déviance différente, qui n'est en rien lié avec l'homosexualité et le fait de pouvoir de fait être attiré par tous les chibres de son entourage.
Si tu veux laisser ça à propos de son frère (ou même son cousin s'il n'est pas éloigné), il faudrait au moins l'expliquer, afin qu'on ne s'y trompe pas. Parce que là ça passe pas du tout comme message è.é
Même si je sais que c'est maladroit et inconscient ♥

J'espère ne pas t'avoir découragé >< ! Si besoin, on est là.

( Ps : je crois qu'une force surnaturelle ne voulait pas que je te laisse ce message xD J'ai eu droit à deux plantages de Chrome et une coupure de courant au moment d'envoyer D8 )

_______________________________________________________
Cliquez et votez, merci :)
                 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Amory Fearless: « Ah ! si seulement je pouvais frissonner. » [Terminée] Lun 31 Aoû - 9:15
Je t'avoue que j'ai déjà été décourager pour moins que ça, mais ça va ! J'ai vraiment envie de m'appliquer sur ce forum alors même si je doit y passer la journée je vais changer ce qui ne vas pas. Merci de m'avoir dit ce qui n'allait pas!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Amory Fearless: « Ah ! si seulement je pouvais frissonner. » [Terminée]
Revenir en haut Aller en bas
Amory Fearless: « Ah ! si seulement je pouvais frissonner. » [Terminée]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» -° Si seulement je pouvais l'oublier °- [PV]
» Je donnerais mon âme en gage si seulement je pouvais remonter le temps !
» « Si tu pouvais seulement savoir à quel point tu me manques et que je suis perdue sans toi... » Aidan & Savannah
» Si seulement on avait su s'aimer. Les fleurs auraient été plus roses et nous peut-être plus heureux... [PV Jack]
» si je pouvais

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rain of madness :: A Fascinating story :: Fiches de personnages :: Fiches abandonnées-
Sauter vers: