Partagez | 
 

 Oscar R. Cain ▬ Je suis la nuit.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Oscar R. Cain ▬ Je suis la nuit.  Mar 29 Sep - 12:26



I. NOM ET PRENOM.


• NOM : Cain
• PRÉNOM : Oscar Reginald
• NATIONALITÉ : Anglais
• ÂGE : Quarante et un ans.
• SEXE : Homme.
• ORIENTATION SEXUELLE : Hétérosexuel et veuf.
• MÉTIER : Détective privé.
• SITUATION FINANCIÈRE : C'est pas la joie.
• OCCUPATIONS/PASSIONS : Enquêter, peindre, grogner, boire du café, faire des potions.
• GROUPE : Légende
• HISTOIRE D'ORIGINE : Caïn & Abel, la Bible/ Le Coran.


II. LES DESCRIPTIONS.


CARACTÈRE

Gauche • ronchon • curieux • expressif • Impliqué • Modeste • Spontané • cupide • Ambicieux



Le flic n’est pas vraiment le genre de mec avec qui on rigole. Il ne plaisante pas, ne fais pas de blagues en public, ne se permet que de rares mots d’esprits. C’est un homme du peuple, un gars qui en a chié pour en arriver là où il en est.  A une époque aussi sombre, il a pensé qu’il serait plus utile comme policier que comme livreur de journaux.

Homme plein de dualité, il est à la fois dirigé par un fort sens du devoir et par un appétit vorace. Il est prêt à être le plus fidèle du monde si la cause est juste, mais bien plus encore si on lui offre quelque chose qui brille en échange. Il faut ce qu’il faut pour transgresser la loi afin de la faire respecter, n’est-il pas ? Oscar c’est ce genre de type.

D’aucuns diront qu’il possède une vision biaisé de la loi, lui préfère penser qu’il a son propre sens de la justice. Convaincu, après moult années de services, que le travail de la police est une véritable perte de temps, il dédaigne excessivement ceux qui en sont à la tête. A ses yeux, ce ne sont que des pourris, des hommes qui ont vendus leur âme au crime organisé et à l’appât du gain. Son devoir est d’un jour faire tomber toutes ces têtes gangrenées par la pègre pour ramener la justice à Londres, afin que la Reine elle-même revienne dans le droit chemin.

Détrompez-vous, Oscar est fidèle à la Reine. Elle est la mère de sa patrie, le visage de l’Angleterre. Il n’y a rien au monde qui puisse lui tenir plus à cœur que de défendre le pays pour elle. Mais il est aussi lucide que possible : Pour lui, interdire la magie revenait à se voiler la face. La magie est puissante, voir dévastatrice entre de mauvaises mains, il ne le nie pas. Mais elle peut aussi être bénéfique et aider beaucoup de monde. Voilà pourquoi, après avoir quitté la police, il a passé des années à étudier la magie afin de l’utiliser dans son métier de détective.

La sorcellerie doit être gardée sous surveillance, ou elle nuira bien plus encore qu’actuellement. C’est le devoir d’Oscar. C’est le devoir de ce justicier.  


PHYSIQUE


Oscar est un homme fort. Ses épaules sont amples, ses muscles sont bien dessinés malgré leur discrétion sous des vêtements amples, sa mâchoire plus carré qu’une brique et son regard vous clou au mur et vous fait parler. La première chose qui frappe, lorsque vous êtes face à Oscar c’est… Et bien s’il essaye de vous appréhender, ce sont ses poings disproportionnés. Mais si vous êtes un client ou un passant, c’est que cet homme a la tête d’un policier. Personne ne pourrait douter qu’il a fait ce travail pendant des années. Il est droit, la poitrine déployée, le menton haut, et son haleine sent le café et le tabac. On est loin du tendre, c’est certain. Même plutôt du côté effrayant du métier. Qui a besoin d’un barreau de chaise pour tabasser les criminels récalcitrants quand on a des bras bien plus efficace, hein ?

Mais Cain n’est pas qu’une armoire en bois brut, c’est aussi un homme attentif. Derrière ses lunettes, son regard semble guetter le moindre détail. C’est un homme réfléchit qui ne cesse de scruter son environnement. Mais réfléchit ne rime pas forcément avec impassible : Oscar est l’homme le plus expressif que l’on puisse rencontrer dans sa vie. La moindre émotion qui le traverse est visible dans sa posture et son visage. Il est littéralement incapable de cacher quoi que ce soit à qui que ce soit. De son nez grossier qui se tords lorsqu’il ressent du dégout, au frémissement de sa moustache lorsqu’il se moque, sans oublier la danse de ses sourcils en toute occasion. Pour ne rien arranger, la couleur rousse de sa pilosité ne cesse d’attirer l’attention. Il n’arrange pas vraiment la chose en portant des vêtements sobres et discrets, essayant de minimiser l’impact de ses cheveux mal soignés avec des chapeaux.

Ce gaillard d’un mètre quatre-vingt-dix et de probablement bien plus d’une centaine de kilos en impose par sa simple présence. Le genre de type qui fait frémir les méchants et rassure la ménagère moyenne. C’était un bon policier. Maintenant, c’est un excellent détective. Ou tout du moins, c’est ce que sa fille ne cesse de lui répéter.


III. L'HISTOIRE.






Fils ainé du premier couple créé par Dieu, Caïn est un homme jaloux de son frère Abel. Un jour qu’ils se réunissent pour offrir des offrandes à leur créateur, celui-ci exprime sa préférence pour les cadeaux offerts par Abel. Remarquant la rage et la colère emplissant le cœur de l’ainé, Dieu lui ordonna de maitriser le péché qui gonflait dans son cœur. L’homme n’écoutant que la violence, il invita son frère lors d’une promenade le soir venu et le tua.  

Dieu, pas miséricordieux pour un sou, annonça à Caïn qu’il était désormais maudit et ne tirerait plus rien de la terre qui avait vu le premier meurtre de l’humanité. Le tueur annonça alors qu’il s’exilerait ailleurs et que, lors de son périple, il serait tué par le premier venu. Dieu apposa donc une marque sur Caïn en lui annonçant que s’il était tué, il serait vengé sept fois.

Par la suite, Caïn fonda une ville ainsi qu’une famille. Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants. Fin ?



Oscar Reginald Cain est un homme qui a vu le jour à Londres. D’une mère femme de chambre et d’un père travaillant dans le bâtiment, on ne peut pas dire qu’il ait grandi dans un environnement riche et varié. Il ne fallut pas attendre son adolescence pour qu’il voit de quoi était capable l’Homme. Meurtre, vol, viol, arnaques… Les bas-fonds ne devraient jamais être vus par un garçon qui ne sait pas encore lire. Il vit de nombreuses fois sa famille se faire rouler dans la boue par les gangs, se faire arnaquer par des personnes peu scrupuleuses, trahir par des hommes comme par des femmes. Mais toujours ils gardèrent la foi en l’humain. Ils ne cessèrent jamais de tendre l’autre joue, de sourire, de rire. Se contentant de peu, se réjouissant de ce qu’ils avaient. Un cœur en or et du charbon dans les poches, voilà tout ce que la famille Cain avait de plus précieux. Mais à mesure que le petit diamant d’Oscar s’ouvrait au monde, son éclat ne cessait de s’amenuiser là ou s’accumulait la suie des péchés de l’Homme. Le dégout qu’il éprouvait pour les hautes castes ne cessa de grandir alors qu’il vieillissait, les jugeant responsables de toute la crasse dans laquelle ils laissaient vivre les pauvres. Les jugeant responsables au premier degré de créer un environnement favorable au développement de la misère humaine et de tout ce qu’il y a de plus vil dans leur cœur.

Et malgré ce dédain, il ne cessa de croire en l’Homme. De croire qu’il pouvait se sortir de cette situation, de cette mélasse ambiante dans laquelle ils pataugent sans jamais réellement essayer d’en sortir. L’armée lui effleura l’esprit, mais il lui sembla que son pays avait besoin de son aide à l’intérieur et non pas en partant en guerre. Alors il essaya de se rendre utile comme il le put : Il s’engagea dans un hospice. A l’époque, sa folle jeunesse, la médecine n’était qu’une blague. Les gens entraient avec la gorge qui grattait et repartaient les pieds devant. A dire vrai, personne n’entrait avec la gorge qui grattait. Personne n’entrait de son plein grès. Pendant cette période, il croisa la route d’un grand nombre de malade rappelés par Dieu, observant les sœurs et les médecins s’évertuer à sauver ceux dont le trépas n’était qu’une question de temps. Mais ce n’est pas ce qui le choqua le plus.

C’est à cette période qu’il fut saisit par le nombre de victime d’attaques, de suicides, de viols. Il fut excessivement dégouté par tout cela. Et avec tout ce qu’il avait pu apprendre au côté des médecins et des sœurs durant toutes ses années, à propos du règne animal comme de la politique, il lui parut soudain évident que l’Homme était le pire ennemi de l’Homme. Son plus grand prédateur.

Il ne tarda pas à quitter les lieux, avec les connaissances nécessaires pour lire et écrire mais aussi comprendre le monde. Ne perdant pas le nord, et surtout pas son besoin de se rendre utile et de ramener de l’argent à ses parents tout à la fois, il devint donc policier.

Policier n’est pas véritablement le travail prisé par les gens qui ne voient que l’argent comme seule motivation. Les policiers sont mal formés, mal payés et souvent tués sans sommations. Mais la soif de justice d’Oscar était bien plus grande que son désir de richesse, tout du moins pour le moment. Il espérait pouvoir gravir les échelons comme on le lui avait promis, ne pas rester un bleu très longtemps et être vite remarqué… Et c’est exactement ce qu’il se produisit.

C’est étrangement grâce à la lecture et à l’Art en général qu’Oscar devint rapidement un policier très prometteur. S’inspirant de livres policier et du travail de nombreux théoriciens pour faire son travail et utilisant la peinture pour expurger son esprit de toutes les atrocités qu’il était amené à voir dans son métier. Il devint un grand peintre, dont le travail était acclamé par les initiés. Mais Oscar resta humble, ne se répandant pas en vantardises et courbettes. Il avait du travail. Il devait assainir la ville coûte que coûte.

Mais, voyez-vous, le monde a ses règles et ses lois. Des lois bien plus immuables que tout Code d’Honneur dressés par des chefs d’état ou des reines. La physique, par exemple, a déjà maintes fois prouvé que tout ce qui monte doit redescendre.

C’était un soir habituel dans la vie d’Oscar et de ses collègues. Un gang discret, qui prenait de l’ampleur, semblait avoir décidé à évincer tous ses rivaux. Plusieurs meurtres de trafiquants notoires avaient été perpétrés dans la ville et Oscar avait été mis sur l’affaire presque immédiatement. Inspecteur depuis peu, il avait réussi à retrouver la trace de l’un des meurtriers et de par le fait, de ce gang si discret qui semblait prêt à étendre ses ramifications sur Londres.

Le rouquin, toute moustaches dehors, entra dans un fracas tonitruant dans l’un des bâtiments surveillé par la police depuis quelques semaines. L’arme au poing, l’autre main levé, il hurla alors de sa voix grave et terriblement profonde : « JASON GRAYSON, JE CHERCHE JASON GRAYSON ! » Insultes, clefs de bras, menottes furent ses seules réponses. Mais l’homme était dans le bâtiment, il le savait. C’est alors qu’il entendit détaler à l’arrière. « Bouclez les. Penny, Bullock avec moi. » et de s’élancer dans les ruelles couvertes par le voile de la nuit tel des héros en pleine action. Tout cela aurait pu être brillant ! La presse était là, prête à faire de la publicité pour les méthodes de l’homme de la situation : La promotion qui en ressortirait annonçait une paye des plus conséquentes.

Ce fut peut-être l’idée de gagner plus qui lui donna des ailes, ou bien l’adrénaline de la course poursuite ? Dieu seul le sait. Mais aucun Dieu ne vint ce soir là. Le tout-puissant devait avoir le dos tourné lorsque Cain se jeta sur le fuyard de tout son poids pour le clouer au sol, ne voyant par le bord du trottoir. Aucun saint ne sembla vouloir tendre la main lorsque Cain réalisa soudain que la nuque du criminel allait rencontrer avec violence l’arrête des dalles de la rue. Il n’y avait que le Diable en personne pour jubiler du bruit assourdissant que fit la colonne vertébral de l’homme lorsqu’elle se fracassa contre le pavé. Puis le silence. Pour Cain, quelques secondes. Pour Grayson, à tout jamais.

L’affaire fut amplement médiatisée : La première bavure policière à connaitre autant de gros titres. Impossible pour la police de ne pas sévir. Oscar était fou de rage. Contre lui-même et contre la police, qui ne semblait pas comprendre qu’il était la clef pour qu’ils soient véritablement efficaces. Avec ses méthodes, ils allaient pouvoir résoudre bien plus d’affaires. Avec ses méthodes, ils allaient révolutionner la justice. Avec ses méthodes, il avait tué la clef qui les mènerait à une traque légendaire. Avec ses méthodes, il fut rétrogradé. Avec ses méthodes, il avait tué un homme ainsi que tous ses rêves d’avenir dans la police.

Quelques années plus tard, voyant que personne n’avait décidé de continuer le travail qu’il avait commencé, Cain décida de quitter son poste en claquant la porte. Quelques mois plus tard, avec ses économies et l’aide de son ancien collègue devenu associé, Cain loua un appartement duplex dans le centre de Londres –comme c’est pratique d’avoir des contacts- et ouvrit un cabinet de détective privé. Cain&Co. Avec le prénom de son associé et son nom de famille, difficile de ne pas céder à un nom pareil. Deux ans déjà et, il faut bien l’avouer, les affaires ne sont pas à leur paroxysme. Mais avec la délinquance et la criminalité en hausse, aucun d’eux ne doute réellement de leur réussite prochaine.


IV. DERRIÈRE L'ECRAN.

Prénom/Surnom: Aby
Âge : 23 ans.
Autres comptes : Alice Liddell
Comment avez-vous découvert le forum : Il y a bien trop longtemps pour que je me souvienne.
Comment trouvez-vous le forum :  Merveilleux ♥
Avatar du personnage : James "Jim" Gordon de Batman.


FICHE PAR FALLEN SWALLOW

Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Oscar R. Cain ▬ Je suis la nuit.  Mar 29 Sep - 19:56

Oscar!!!!

Je suis tellement heureux de voir que tu as repris l'idée! J'ai bien cru que j'allais être seul dans mon entreprise de détective privé!  

En plus il est tellement cool par rapport à Cain!

(pardon, je suis un peu trop heureux )
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Oscar R. Cain ▬ Je suis la nuit.  Mar 29 Sep - 20:30

Je suis contente qu'il te plaise. J'avais peur d'en faire trop avec la justice itou. (Enfin j'avais Gordon en avatar, bon dieu. Je DEVAIS faire des trucs.) Maintenant je vais aller embêter les staffeux.

Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Oscar R. Cain ▬ Je suis la nuit.  Mer 30 Sep - 0:35

Re-bienvenue ! (Si je peux re-souhaiter la bienvenue à quelqu'un qui était là avant moi ? Est-ce une chose qui se fait ? D8)

J'ai beaucoup aimé ta fiche en tout cas *w*/ j'espère que tu t'éclateras bien avec ce perso' !
Revenir en haut Aller en bas
The Cheshire Cat
Messages : 1023
Date d'inscription : 18/12/2014
Age : 28

Feuille de personnage
Métier/Occupation: Gérant du Chafouin Palace
Relations:
avatar
The Cheshire Cat
Chester Winks
MessageSujet: Re: Oscar R. Cain ▬ Je suis la nuit.  Lun 12 Oct - 18:44



Tu es validé !



— Désolé, je voulais vérifier ta mise à jour et ta motivation avant de valider ce personnage, d'où le temps d'attente T_T Mais tu me semble motivé, alors je ne vais pas te freiner plus longtemps ♥
J'aime bien ton personnage, ça change et il inspire une ambiance à lui tout seul. Puis il a une moustache krkrkr. J'aime les moustaches :chock:

Tu ne parles pas plus que ça de sa fille dans l'histoire par contre. On en a vient à deviner qu'il s'est marié, peut-être l'est-il encore ? Je vais pas te demander d'ajouter les détails là-dessus, tu peux toujours le faire dans tes rp. Mais alors, dans l'orientation sexuelle (car je sais pas où d'autre en vérité) peux-tu ajouter divorcé/marié ?

Sinon c'est good !

Faites régner la justice monsieur, on en a bien besoin o/ ! —



Tu peux maintenant aller rp sur le forum ainsi que sur la chatbox (sans en abuser). N'oublie pas maintenant d'aller réserver ton avatar, afin d'être unique en ton genre. Nous nous occupons d'ajouter automatiquement sur la liste l'origine de ton personnage s'il est réincarnation.
Si tu n'as pas encore de partenaire(s) en vue, tu peux faire une recherche rp et/ou une demande de liens qui déboucherait éventuellement sur un topic. Ensuite, tu peux créer une fiche pour gérer tout ceci. Si besoin, tu peux demander un logement, et enfin mais surtout, si tu as des suggestions ou d'autres demandes, n'hésite pas à contacter l'administration.

Amuse-toi bien !

Le staff ~




_______________________________________________________
Cliquez et votez, merci :)
                 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Oscar R. Cain ▬ Je suis la nuit.  Mer 14 Oct - 1:29

J'ai tout bien ajouté. Oscar est veuf depuis quelques années maintenant, je comptais en parler dans un RP à venir avec Cain. C'est prévu pour être dramatiquement drôle. Enfin je tease, je tease, mais c'est pas pour tout de suite huhuhu. Merci pour la validation /o/
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Oscar R. Cain ▬ Je suis la nuit.  

Revenir en haut Aller en bas
 

Oscar R. Cain ▬ Je suis la nuit.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Je suis un papillon de nuit, une grosse mite quoi!
» Pierre qui brille
» le jour fait semblant de se lever. mais c’est la nuit pour toujours. et je suis la seule à le savoir.
» Le chasseur est la proie du prédateur | Nuit d'Orage|
» Je suis Nuage de Nuit.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rain of madness :: A Fascinating Story :: Fiches de personnages :: Fiches abandonnées-