Partagez | 
 

 “Il n'y a que les domestiques qui savent reconnaître les gens distingués.” | Mina Oswald

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Civil modo'
Messages : 94
Date d'inscription : 27/12/2015
Age : 23
avatar
Civil modo'
Mina Oswald
MessageSujet: “Il n'y a que les domestiques qui savent reconnaître les gens distingués.” | Mina Oswald  Dim 27 Déc - 23:30



I. OSWALD MINA


• NOM : Oswald
• PRÉNOM : Wilhelmina, mais elle abrège toujours en Mina.
• NATIONALITÉ : Anglaise
• ÂGE : 19 ans
• SEXE : Féminin
• ORIENTATION SEXUELLE : Bisexuelle, avec malgré tout une certaine tendance homosexuelle qu'elle s'efforce de refouler et de cacher aux yeux du monde.
• MÉTIER : Domestique
• SITUATION FINANCIÈRE : Pauvre, mais elle est logée et nourrie chez ses maîtres.
• OCCUPATIONS / PASSIONS : Se promener au marché pour récupérer ce dont elle a besoin, déchiffrer des livres et en regarder les illustrations, s'occuper de la maison de ses maîtres, dessiner.
• GROUPE : Civils
• HISTOIRE D'ORIGINE : /


II. LES DESCRIPTIONS.


CARACTÈRE

Astucieuse • Cleptomane • Curieuse  • Dépendante • Émotive • Obéissante


Astuce : « Manière habile d'agir, de parvenir à ses fins, de se tirer de difficulté, etc. »
La jeune femme n'est ni vraiment intelligente, ni vraiment cultivée. Elle sait à peine lire, quant à écrire, c'est encore pire. Cependant, sa force réside dans sa compréhension des choses. Si elle parvient à comprendre comment quelque chose fonctionne, il y a de grandes chances qu'elle réussisse par la suite à s'en servir. Son astuce naturelle l'aide aussi à se sortir de situations délicates. Elle sait parfaitement cacher des « preuves » ou, au contraire, les mettre en avant. Elle évite ainsi de se faire disputer lorsqu'elle casse quelque chose, en accusant le chat ou d'autres domestiques. Car la demoiselle est d'une maladresse épouvantable, et si elle nettoie parfaitement bien, il n'est cependant pas question de la laisser mettre la table ou servir les plats, sous peine de les voir valser à travers la pièce en mille éclats brisés.

Cleptomanie : « La cleptomanie, aussi orthographiée kleptomanie, correspond à un trouble par lequel l’individu a une propension pathologique au vol. Il ne peut s’empêcher de dérober des objets qui ne lui appartiennent pas. »
La demoiselle est atteinte de cleptomanie. Autrement dit, elle n'a pas l'intention de voler quoi que ce soit, et se rend compte de tout ça quelques temps après avoir pris les objets. Lorsqu'il s'agit de choses appartenant à ses maîtres ou aux autres personnes de la maison, elle se contente de tout remettre à sa place en espérant que personne ne s'en soit rendu compte. En revanche, lorsqu'elle ne sait pas d'où viennent les choses, elle les range dans un petit coffre qui trouve sa place sous son lit. Ce ne sont que des objets de peu de valeur ou dont l'importance lui échappe. Il peut tout aussi bien s'agir d'un joli ruban posé sur un étal que d'une clé trouvée sur une étagère. Le fait qu'elle soit distraite ne l'aide pas vraiment ; comme elle ne porte pas toute son attention à ce qu'elle fait au moment où elle le fait, ces cas de « vols » qui n'en sont pas vraiment ne sont pas rares.

Curiosité : « Désir, envie de voir, d'apprendre de nouvelles choses. »
Mina a un intérêt profond pour toute sorte de sujets. Si quelque chose attire son attention, elle va l'étudier sous toutes ses coutures, du moins, tant que quelque chose d'autre n'aura pas piqué son intérêt, car sa distraction est aussi plutôt marquée dans ces moments-là. Avide d'en savoir toujours plus sur ce qui l'entoure, elle va d'un point à un autre sans faire attention, lâchant le premier objet de savoir pour le second. Cette pratique fait d'elle une créature au savoir imparfait, voguant entre les rivages de la connaissance et de l'ignorance. Si elle arrive parfois à ressortir des idées qu'elle a pu observer, il n'en reste pas moins qu'elle se montrera ensuite incapable de continuer à soutenir la conversation.

Dépendance : « État d'une personne qui est ou se place sous l'autorité, sous la protection d'une autre par manque d'autonomie. »
Mina est dépendante affective. Autrement dit, elle a besoin de la reconnaissance des autres, sans quoi, elle peut facilement se mettre à déprimer. La simple idée de se retrouver seule la paralyse d'angoisse. Heureusement, elle a une personnalité plutôt sociable, et elle sait se rendre attachante. C'est le genre de jeune femme qui se montre attentionnée, charmante avec les autres, absolument gentille. Elle peut même jouer à flatter les autres si cela lui assure leur présence. A vrai dire, elle n'a pas vraiment besoin d'être aimée, mais seulement d'être considérée. Cela dit, elle préférera toujours qu'on la considère comme une amie, car en général, elle se dirige tout de même vers les personnes qui lui sembleront le plus apte à subvenir à son besoin d'affection et de présence.

Émotivité : « Caractère d'une personne émotive, disposition à être affecté par des événements souvent insignifiants. »
La demoiselle est peut-être un peu trop émotive. En réalité, elle a simplement les nerfs fragiles. Elle peut se mettre à pleurer pour tout et n'importe quoi. Si elle est triste, en colère, déçue … même lorsqu'elle est contente, elle pleure parfois de joie. Ce trait de caractère l'empêche absolument de mentir trop longtemps : parce que, si rejeter la faute sur les autres est facile, si on l'asticote, elle finit par mourir de honte et pleurer. Lorsqu'elle s'énerve également, elle n'arrive uniquement à crier qu'entre deux sanglots. Si elle n'est pas colérique en général, certains sujets la font monter sur ses grands chevaux plus rapidement que d'autres : son poids, pour commencer, et le fait qu'on lui dise qu'elle devrait arrêter les gâteaux (c'est une incorrigible gourmande) ; le fait que malgré le temps qu'elle y passe, elle ne sache toujours pas lire correctement ; et surtout, lorsqu'on lui parle des regards qu'elle lance à sa maîtresse. Elle ne s'en rend pas compte, et elle se demande toujours si les autres domestiques la soupçonne. Cependant, cette idée passe vite, car, toujours, sa distraction l'empêche de se fixer sur un sujet précis.

Obéissance : « Action ou habitude d'obéir, de faire ce qui est commandé. »
Mina n'est pas dotée d'une forte personnalité, aussi fait-elle ce qu'on lui demande sans y penser à deux fois. Néanmoins, n'allez pas la prendre pour plus naïve qu'elle ne l'est : elle n'est pas complètement idiote et si elle est serviable, elle n'ira pas se salir les mains dans des endroits bizarres ou indignes, ni ne commercera des substances qu'elle sait illégales. En revanche, se servir d'elle est assez facile, dès lors que cette étape n'est pas franchie. A cause de sa dépendance principalement, l'envie de faire plaisir aux autres est forte, et elle n'hésitera pas à porter des lettres, chercher quelque chose de rare dans une échoppe à l'autre bout de la ville, ce genre de choses-là. Mais si elle ne veut pas faire quelque chose, alors elle se montrera extrêmement bornée, et rien que vous ne puissiez dire n'arrivera à la faire changer d'avis, car une fois qu'elle est sur ses positions, elle y reste, quand bien même on lui prouve par A+B que c'est stupide.

Art : « Expression par des créations humaines d'un idéal esthétique. »
Mina a des doigts de fée. Malgré une certaine tendance à l'agitation, il arrive parfois qu'elle reste suffisamment concentrée pour parvenir à faire quelque chose avec un crayon. Son imagination sans borne la pousse à re-créer sur le papier ce qu'elle vient d'imaginer. En général, elle dessine sur du papier journal qui a été jeté, et elle garde ses dessins précieusement sous son matelas. Ses esquisses sont simples, belles à regarder, mais elle ne veut pas les montrer, de peur qu'on en dise du mal. Elle sait, cela dit, que sa façon d'observer et de retenir les éléments du monde qui l'entoure l'aide à faire de bons croquis.


PHYSIQUE


Une peau douce, à la limite parfaite entre le pâle et le hâlé. Beige, sans aucun doute, sans qu'on ne puisse ajouter de précision réelle. Les effets de lumière jouent sur son épiderme, sachant qu'elle-même n'est que ça ; effet de lumière. Agitée, elle ne sait pas rester en place et tout change au fur et à mesure de ses mouvements. Ses chignons faits à la va-vite se détachent, se délient, laissant tomber sur ses épaules une cascade de cheveux bruns ondulés, peu coiffés, ébouriffés. Ses mèches sont rebelles, de longueur inégale, mais Mina se soucie bien peu de cela. Elle ne fait d'efforts que lorsqu'on lui indique que des invités seront présents à la maison. Autrement, ses maîtres la laissent vagabonder à l'intérieur comme elle le désire : du moment que le travail est accompli, ils n'en demandent pas davantage. Elle est cependant toujours habillée correctement, voire élégamment. Si Mademoiselle n'a que faire de sa coiffure, il n'en va pas de même pour sa tenue ; elle est toujours choisie avec soin, de manière à la mettre en valeur. Très légèrement ronde, elle creuse sa taille avec des corsets fins, faisant ainsi ressortir les rondeurs qu'elle apprécie, tentant en vain de camoufler les autres. Les froufrous, les dentelles, le tissu, les voilages, rien n'a de secret pour elle, et lorsqu'elle a du temps libre, elle confectionne elle-même ses robes. Elle n'aime pas les couleurs vives, cependant, et se trouve souvent vêtue de tons beiges à marrons, de blanc cassé et de bleu sombre.
S'il y a des rondeurs qu'elle voudrait effacer, ce sont celles qui se situent au niveau de son visage. Mina trouve son visage trop poupon, comme si son adolescence n'avait pas daigné lui retirer les dernières rondeurs de l'enfance. Ses joues sont bombées, et elle se compare souvent aux rongeurs qui y rangent tout ce qu'ils peuvent. Mais malgré cela, elle garde un beau visage. Elle a de magnifiques yeux en amande aux iris d'un brun ambré, fournis d'une rangée de longs cils. Ses longs sourcils, légèrement épais, surplombe lesdits yeux. Son nez est droit, ni trop épais ni trop fin. Ses lèvres en revanche sont épaisses et pleines ; elles ne dévoilent que rarement, sur un grand sourire, des dents relativement droites. Relativement, car ses canines sont légèrement trop longues et d'autres dents semblent trop petites. Ce qui est la raison principale pour laquelle elle met sa main devant sa bouche lorsqu'elle ne peut se retenir de rire.
Pour finir, il est à noter que Mina est une jeune femme de petite taille, atteignant assez difficilement le mètre cinquante-trois. Cependant, elle est bien proportionnée. Ses bras semblent longs, ses mains sont fines et ses ongles toujours longs et impeccables, malgré le temps passer à nettoyer le sol et à laver toutes sortes de choses dans le manoir. Son cou est fin et allongé, ce qui malgré une tendance assez naturelle à voûter les épaules, lui donne un certain port de tête. On remarquera que ses épaules ne sont pas tout à fait droites, ce qui est dû à une très légère déformation de sa colonne vertébrale. Ceci agit aussi sur ses genoux, qui sont légèrement rentrés vers l'intérieur, ce qui lui donne parfois une démarche un peu hésitante.


III. L'HISTOIRE.


Prologue – Petite Enfance

Une grand-mère qui vécut considérablement longtemps, malgré une façon constante de sembler aux portes de la mort et une mère absente ; voilà la famille avec laquelle Mina vécut les premières années de sa vie. Sa grand-mère, lorsqu'elle n'était pas souffrante, était une femme pleine de vigueur, mais aussi une commère de haut vol. Dès que Mina fut en âge de comprendre quelque chose, la vieille femme lui raconta que son père était un homme noble, qui avait su « embobiner » sa mère. Que la faiblesse de cette jeune femme avait été la seule raison de sa présence en ce monde. Et, à vrai dire, Mina s'en contentait bien. Avait-elle vraiment besoin d'un père, quand elle avait auprès d'elle des présences aussi réconfortantes que celles de sa grand-mère et de sa mère, les rares fois où cette dernière se présentait au taudis qu'elles habitaient ? Non, elle n'en avait pas l'impression. La petite ne sortait que rarement de la maison, pour aller au marché avec sa grand-mère lorsque le besoin s'en faisait sentir. Déjà, de manière floue, elle sentait qu'elle était presque invisible, au milieu de ces femmes aux tenues élégantes et de ces hommes qui parlaient fort, expirant à leurs visages sales des fumées nauséabondes. C'était donc ça, la pauvreté – un manque absolu de considération envers eux ?

Cette sensation vague qui l'avait marquée, du haut de ses cinq ans, la fit changer subtilement d'attitude. Si auparavant, elle n'accordait pas d'importance à ce à quoi elle ressemblait, le fait de voir toutes ces belles femmes, tout ces hommes bien vêtus, lui avait donné le sens des apparences. Elle demandait à une grand-mère de plus en plus souvent malade de lui faire des robes, de la coiffer, de lui trouver des bijoux. Elle devenait capricieuse, incapable de se satisfaire de ce que la vie lui donnait. Elle devint intenable, sauvage. Et on décida qu'il était temps de lui mettre du plomb dans la cervelle.


Chapitre Premier – Entre Enfance et Adolescence

Sept ans, âge de raison, dit-on. Il était temps pour Mina d'apprendre que dans sa condition, faire des caprices ne servait à rien. Aussi entreprit-on de lui enseigner la dure réalité de la vie. Si elle voulait quelque chose, alors elle devait faire autre chose en retour. Elle commença alors à mettre la main à la pâte afin d'aider sa grand-mère qui commençait à délirer et ne plus vraiment savoir comment s'occuper d'elle-même. Sa mère passait de temps en temps, et lui apprenait à faire à manger, principalement, puis lui demandait de ranger et de nettoyer la vaisselle et la maison, tandis qu'elle s'occupait de la grand-mère de son côté.

Finalement, la grand-mère finit par trépasser durant la huitième année de la petite fille. Elle pleura beaucoup, mais sa mère séchait ses larmes. Comme elle avait passé plus de temps avec elles, par nécessité, elle avait renoué un contact véritablement maternel avec sa fille, même si elle tentait de lui enseigner la distance. Mais c'était déjà trop tard ; Mina s'accrochait à sa mère comme un naufragé s'agrippe à un bout de bois flottant.

Ainsi commença-t-elle à la suivre lorsqu'elle se rendait au travail ; de toute façon, elles allaient sûrement devoir emménager sur place. Les maîtres, avait dit sa mère, lui avaient proposé, et c'était une bonne chose. Ainsi, Mina serait prêt d'elle, et n'aurait pas à rester seule, étant donné que d'autres domestiques vivaient sur place, dans les dépendances du manoir, avec des enfants également. Cependant, Mina grandissait, et bientôt, elle serait capable de l'aider, capable de travailler. La mère de Lana était la femme de chambre de la maîtresse de maison, ce qui était un poste relativement élevé dans la hiérarchie des domestiques. Alors qu'elle demandait à sa maîtresse si elle manquait de domestiques, afin de savoir où placer la petite, elle répondit simplement que sa fille revenait elle aussi au manoir. Une jeune personne, à peine plus âgée que Mina. « Elles pourraient s'entendre. Votre fille est bien trop jeune pour s'occuper de la mienne, mais elles pourraient peut-être passer du temps ensemble. ». Mina allait sûrement se retrouver à la cuisine ; après tout, elle savait éplucher des pommes de terre et faire la vaisselle, c'était bien tout ce qui comptait.

Mais « passer du temps ensemble ». La maîtresse sous-entendait-elle que sa fille aurait besoin de compagnie ?


Chapitre Second – Adolescence

« Tu l’appelleras « Miss Hastings». Tente de rester tranquille quand elle te parlera, évite de gesticuler comme tu le fais d'habitude. Regarde-la, et essaye de te concentrer sur ce qu'elle te dit, ne laisse pas ton esprit vagabonder, d'accord ? Tu ne dois pas lui adresser la parole la première, attends qu'elle te réponde. Et essaye, s'il te plaît, de ne rien casser. Je dois déjà payer des assiettes, j'aimerais tout autant ne pas avoir autre chose de déduit sur mes gages.
- J'ai arrêté de vous écouter après « Regarde-la », Mère. Pouvez-vous reprendre ? »

La mère de Mina poussa un long soupir. Elle avait beau avoir quinze ans, elle était incapable de se concentrer plus de dix secondes. Finalement, la jeune fille de la maison était repartie peu de temps après son arrivée, et Mina n'avait pas pu vraiment nouer de liens avec elle. Mais elle revenait apparemment pour de bon cette fois, et Lady Hastings tenait maintenant à ce que Mina s'occupe de sa fille. Ce serait sûrement quelque chose de difficile pour elle ; elle était désormais habituée à cuisiner, et s'occuper d'une jeune Lady différait beaucoup. Mais madame Oswald savait que sa fille serait à la hauteur. Seulement, il fallait tout de même lui ré-enseigner quelques petites choses, qu'elle semblait avoir oubliées en côtoyant exclusivement les autres domestiques.

Les premiers temps se passèrent bien, Mina étant très douée pour coiffer sa jeune maîtresse, ainsi que lui faire la discussion. Et effectivement, elles s'entendaient très bien. Miss Hastings, Lana, de son prénom, était une merveilleuse jeune femme de dix-huit ans, qui devait bientôt se marier. En attendant d'aller vivre avec son futur époux, elle restait chez elle. Une complicité très forte s'installa entre les deux jeunes femmes. Constatant l'inculture effarante de sa jeune camériste, la jeune Lady prit soin elle-même de lui donner une certaine éducation. Aussi lui apprit-elle à lire et à compter. L'écriture se révéla catastrophique, mais Lana décida que ce ne serait pas utile après quelques échecs lamentables.

Mais il se révéla bien vite que quelque chose clochait. Au début, personne ne voyait rien, et Mina elle-même était si affairée avec les cheveux de Miss Hastings qu'elle ne se rendait pas compte que ses mains fourraient toutes sortes de choses dans les poches de son tablier. Elle ne s'en rendit compte que le soir-même, en le retirant et en voyant une broche tomber d'une poche. Horrifiée, elle la rangea bien vite, se promettant de la remettre à sa place le lendemain. Puis elle vérifia le contenu entier de ses poches, pour y trouver des rubans, des épingles à cheveux, toutes sortes de choses qu'elle utilisait à longueur de journée. Le lendemain de cette découverte, elle prit soin de tout remettre à sa place, évidemment. Mais cela n'échappa pas au regard de la jeune Lady, qui attrapa son poignet et la força à ouvrir la main, pour y récupérer un ruban. Elle fronça les sourcils, mais ne dit rien. Mina continua à la coiffer, l'aida à s'habiller, le tout dans un silence extrêmement pesant. Puis, alors qu'elle allait partir, Lana la retint.

« Avais-tu pris ce ruban ? Pourquoi me l'as-tu ramené ?
- Je ne … ce n'était pas intentionnel, je ne sais pas comment il s'est retrouvé dans ma poche, alors je l'ai rapporté. Je suis vraiment confuse, Miss. »

Elles parlèrent longtemps de cet incident. La jeune Lady déclara vouloir la garder auprès d'elle, et que de toute façon elle devrait venir dans sa nouvelle maison. Mina tenait cela pour acquis depuis longtemps, étant donné qu'elle était sa femme de chambre, elle ne pouvait partir sans elle. Mais il se trouvait maintenant qu'elle voulait la garder sous son regard, la surveiller.

Parallèlement à la vie qui s'écoulait et aux liens qui se formaient entre les deux jeunes femmes, Mina se rendait compte qu'elle changeait. D'une petite fille capricieuse et filiforme, elle devenait une jeune femme obéissante et gagnait des rondeurs d'un peu partout, ce qui ne l'enchantait guère, bien qu'elle ne fasse rien contre ça. Ce qui l'attristait le plus cependant était la coupure marquée entre sa mère et elle ; depuis un temps, elles ne se voyaient plus beaucoup, se contentant de se dire bonsoir en se croisant lorsque leurs services se terminaient. En réalité, la mère de Mina savait que cette dernière allait bientôt partir, et elles mettait volontairement de la distance entre elles pour qu'aucune d'elle ne soit trop triste lors des séparations, d'autant plus qu'elles allaient être séparées par de très longues lieues. Mais cela ne faisait qu'angoisser Mina ; et son corps réagissait, la faisant voler de menus objets à tout bout de champ, qu'elle rendait ou gardait, honteusement, dans un coffre prévu à cet effet.


Chapitre Trois – L'Âge Adulte, l'Arrivée à Londres.

« Mina, ma chère Mina, tu vas enfin rencontrer Edmund ! Tu verras, c'est un homme vraiment adorable. Je suis bien contente qu'il soit mon futur époux. Mes parents auraient pu me marier à quelqu'un d'affreux, tu sais. Mais lui ! Et puis, nous allons vivre à Londres, Mina, est-ce que tu te rends compte ? Nous quittons les champs et le silence campagnard, et nous allons rejoindre Londres et ses soirées mondaines, et ce sera merveilleux ! »

Mina avait simplement souri, sans rien ajouter. Son cœur était juste en train de se briser en mille petits morceaux. Elle oubliait, chaque fois qu'elle passait du temps avec sa maîtresse, qu'elle était déjà destinée à quelqu'un. Elle oubliait, chaque fois qu'elle la voyait, qu'il fallait qu'elle se résigne. Si elle était devenue une de ses plus proches amies, si ce n'était la plus proche, rien de plus n'arriverait. Et à cet instant, avec toute cette joie qui la faisait rayonner, Mina ne voyait pourtant que Lana, comme si sa beauté éclipsait tout le paysage. La calèche se souleva soudainement, et elle dût tenir son chapeau pour éviter qu'il ne s'envole. Elles n'était certes que deux dans la cabine, mais tout de même.

« Et puis tu pourras enfin lâcher tes cheveux sans te faire réprimander par Mère. Ne t'inquiète pas, il sera d'accord. Nous ne sommes pas encore mariés qu'il m'accorde déjà tout ce que je lui demande. Après tout, un gentleman ne peut rien refuser à une lady, n'est-ce pas ? »

Elle avait poussé un soupir heureux et Mina s'était contenté de regarder le paysage qui défilait derrière la fenêtre. Du haut de ses dix-sept ans, la voilà qui devenait déjà une adulte, censément capable de s'occuper d'elle-même. Mais elle angoissait beaucoup. L'affection que lui portait sa maîtresse la rassurait, certes, mais elle avait peur de rencontrer les autres domestiques. Elle avait peur de ne pas s'intégrer auprès d'eux. Elle avait peur de la société du monde de Londres. Elle savait que Lana ne la laisserait pas s'éloigner d'elle, au moins pendant les premiers temps. Mina se rassurait en se disant qu'elles découvriraient au moins la ville ensemble. Si elle n'était finalement qu'une domestique, elle passait pourtant assez bien en tant que « dame ». Du moins, ainsi était-ce dans leur campagne. Mais Londres, où les titres étaient si importants ? Comment allait-elle faire, qu'allait-elle devenir ? Devrait-elle se séparer, à regret, de sa jeune maîtresse ? Et Lana, qu'allait-elle devenir sans Mina, sans sa confidente ?

Finalement, ses craintes se révélèrent plutôt infondées. Lana, après un mariage magnifique, avait décidé d'organiser de nombreuses réceptions. Et si Mina se contentait de jouer les serveuses, il n'en restait pas moins qu'elle pouvait rester près de sa maîtresse, même si celle-ci ne la regardait pas durant les réceptions, trop occupée avec ses invités. Et Mina se sentait de plus en plus seule, même si les domestiques sur place l'avait assez vite intégrée parmi eux. Enfin, elle dut reconnaître que l'époux de sa jeune maîtresse semblait vraiment très bien. Elle se résignait à la lui laisser, finalement. Mais elle attendait les matins avec impatience, afin de tout connaître de ses soirées de la veille.

Et comme elle l'avait espéré, Lana et elle découvraient Londres ensemble, accompagnées – forcément – d'un domestique masculin, qui portait les paquets de la Lady. Parfois, Lana disait qu'elle marierait Mina à un grand bourgeois, et leurs enfants ensemble, ce à quoi Mina répondait que ce serait impossible. Elle était de trop basse extraction, et avait un statut totalement bâtard – elle en était bien consciente – tandis que les enfants de la Lady seraient des nobles. Elle n'était peut-être pas de grande noblesse, mais toujours était-il qu'elle possédait un titre. Alors elles se contentaient de soupirer de concert, et d'imaginer des stratagèmes où Mina se ferait passer pour une princesse étrangère, tragiquement déchue de son titre. Mais ce n'était que des histoires.

Les deux années à Londres passèrent à une vitesse folle. Mina en connaissait tout les recoins. Elle avait pris l'habitude de sortir de la demeure, notamment accompagnée par les jeunes valets de la maison, pour aller au marché, ou faire des achats pour sa maîtresse, qui souvent se transformaient en balades amicales entre jeunes gens. Ils étaient tous très beaux, et pouvaient assez aisément passer pour de jeunes bourgeois alors qu'ils n'étaient finalement que des domestiques avec de belles tenues et de bonnes manières.

Au final, Mina vit un peu sa vie comme elle l'entend, en se faisant involontairement passer pour ce qu'elle n'est pas, espérant que ça ne lui joue pas de tours. Elle reste cependant une domestique obéissante et soigneuse, et serait prête à tout pour ses maîtres. Mais qui sait ce que Londres peut bien lui réserver ?


IV. DERRIÈRE L'ECRAN.

Prénom / Surnom : Je traîne ma carcasse sur Internet sous le doux pseudo de Sika.
Âge : 21 ans
Autres comptes : Pas encore, mais ça viendra (votre forum me donne beaucoup d'idées ahah)
Comment avez-vous découvert le forum : Sûrement par un top-site, mais comme j'ai le forum dans mon viseur depuis un moment, ça pourrait aussi bien être par un partenariat ^^'
Comment trouvez-vous le forum : Beau, intéressant, chouette quoi (et votre playlist est au top)
Avatar du personnage : OC de Cris Ortega


FICHE PAR FALLEN SWALLOW



Dernière édition par Mina Oswald le Mar 29 Déc - 4:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
The Cheshire Cat
Messages : 1023
Date d'inscription : 18/12/2014
Age : 28

Feuille de personnage
Métier/Occupation: Gérant du Chafouin Palace
Relations:
avatar
The Cheshire Cat
Chester Winks
MessageSujet: Re: “Il n'y a que les domestiques qui savent reconnaître les gens distingués.” | Mina Oswald  Dim 27 Déc - 23:34

Bienvenue :) !

On s'attendait à une Mina de Dracula, mais je suis content quand les gens sont autant inspiré par l'époque et le contexte, pour faire un civil, que l'idée de réincarnation *-*

Bon courage pour la suite de ta fiche ! On est là si jamais o//

_______________________________________________________
Cliquez et votez, merci :)
                 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: “Il n'y a que les domestiques qui savent reconnaître les gens distingués.” | Mina Oswald  Dim 27 Déc - 23:37

Bienvenue ! J'espère que tu te plairas parmi nous :)

Bon courage pour ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas
Civil modo'
Messages : 94
Date d'inscription : 27/12/2015
Age : 23
avatar
Civil modo'
Mina Oswald
MessageSujet: Re: “Il n'y a que les domestiques qui savent reconnaître les gens distingués.” | Mina Oswald  Lun 28 Déc - 0:01

Chester > Ahah, c'était un peu l'idée de base, d'autant plus que les vampires m'ont toujours fascinée, mais finalement, une autre idée m'est venue et j'avais un peu la flemme de changer son nom *tousse* ; mais on trouve encore une trace de cette idée dans la description physique (je m'en suis rendue compte en relisant avant de poster). Et merci pour la bienvenue o/

Wendy > Merci o/ Je l'espère également ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: “Il n'y a que les domestiques qui savent reconnaître les gens distingués.” | Mina Oswald  Lun 28 Déc - 0:52

Bienvenue Mina, amuse-toi bien parmi nous et bonne chance pour la suite de ta fiche ! :music:
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: “Il n'y a que les domestiques qui savent reconnaître les gens distingués.” | Mina Oswald  Mar 29 Déc - 17:07

il faut absolument qu'on fasse un rp ensemble. Together... *^*
( en gros t'es magnifaïque)
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: “Il n'y a que les domestiques qui savent reconnaître les gens distingués.” | Mina Oswald  Mar 29 Déc - 22:07



   
Tu es validé !

   


   
— Félicitations pour ta validation. Ta petite Mina est toute touchante et j’ai à plusieurs moments eu envie de la prendre dans mes bras (demande à canard, il a été témoin). Donc bienvenue parmi nous.

J’ajoute cependant quelques pitites choses : Pense à ne pas sortir débraillée si tu veux passer pour une femme de la classe moyenne/un peu au-dessus (avec ses vêtements bon marchés, je doute qu’elle passe pour une noble auprès d’autres que les gens des bas-fonds/un peu pauvres). Après, si l’amitié entre sa maitresse et elle est suffisante, tu peux aussi dire qu’elle lui offre des robes sobres mais plus couteuse que ce qu’elle pourrait s’offrir pour sortir. Ce sont des choses qui se font.

Pour finir, je ne sais pas trop si le nail art est célèbre à Londres au XIXème siècles… Mais ça me fait rire et ça a bien fait rigoler les copains du staff. Du coup, on garde. C’est une bonne idée et j’adore imaginer Mina se balader avec des pitites étoiles sur les ongles même si t’as l’air de juste dire qu’elle les entretiens pour éviter qu’ils ressemblent à rien.

Amour & Dissolvants ♥



   

   Tu peux maintenant aller rp sur le forum ainsi que sur la chatbox (sans en abuser). N'oublie surtout pas d'aller tout de suite réserver ton avatar, afin d'être unique en ton genre. Nous nous occupons d'ajouter automatiquement sur la liste l'origine de ton personnage s'il est réincarnation.
   Si tu n'as pas encore de partenaire(s) en vue, tu peux faire une recherche rp et/ou de liens. Ensuite, tu peux créer une fiche de lien pour gérer tous tes nouveaux copains. Puis, si besoin, tu peux demander un logement quand tu seras bien lancé(e), et enfin mais surtout, si tu as des suggestions ou des questions, n'hésite pas à contacter l'administration.

   Amuse-toi bien !

   Le staff ~

   


   
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: “Il n'y a que les domestiques qui savent reconnaître les gens distingués.” | Mina Oswald  Mer 30 Déc - 0:00

 ... Je ne pouvais pas m'arrêter de lire !
Bienvenue parmi nous !
J'espère qu'on aura l'occasion de RP, toi et moi !
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: “Il n'y a que les domestiques qui savent reconnaître les gens distingués.” | Mina Oswald  Mer 30 Déc - 2:13

Bienvenue Mina ! :danse:

J'ai adoré ta fiche ! J'espère que tu te plairas ici ~ ♥
Revenir en haut Aller en bas
Civil modo'
Messages : 94
Date d'inscription : 27/12/2015
Age : 23
avatar
Civil modo'
Mina Oswald
MessageSujet: Re: “Il n'y a que les domestiques qui savent reconnaître les gens distingués.” | Mina Oswald  Mer 30 Déc - 2:17

Oh, merci à tous, vous êtes adorables ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: “Il n'y a que les domestiques qui savent reconnaître les gens distingués.” | Mina Oswald  

Revenir en haut Aller en bas
 

“Il n'y a que les domestiques qui savent reconnaître les gens distingués.” | Mina Oswald

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» “Il n'y a que les domestiques qui savent reconnaître les gens distingués.” | Mina Oswald
» Des domestiques bien intéressants...
» Loi pour la protection des travailleuses/eurs domestiques.
» Cours de Soins Aux Créatures Magiques n°8 : Les animaux domestiques
» 27/01/2016 LES CONDITIONS DE VENTES ANIMAUX DOMESTIQUES

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rain of madness :: A Fascinating Story :: Fiches de personnages :: Fiches validées-