Partagez | 
 

 S'épanouir sous les rayons de la lune — 100%

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar Invité
Invité
MessageSujet: S'épanouir sous les rayons de la lune — 100%  Mer 3 Fév - 22:31



I. FLEUR DE LUNE.


• NOM : Totalement oublié et fait partie d'une autre vie.
• PRÉNOM : Fleur de Lune
• NATIONALITÉ : Française
• ÂGE : 24 ans
• SEXE : Féminin
• ORIENTATION SEXUELLE : Selon les envies des client(e)s
• MÉTIER : Fleur
• SITUATION FINANCIÈRE : Endettée (extrême)
• OCCUPATIONS/PASSIONS : Tenir une correspondance - Créer des commérages - La musique
• GROUPE : Civil
• HISTOIRE D'ORIGINE : /


II. LES DESCRIPTIONS.


CARACTÈRE

Jeuniste • Déterminée • Exigeante  • Soumise • Apeurée • Commère • Romantique • Vaniteuse • Inventive • Solitaire




Aime l'amour, mais ne tombe pas amoureuse

Son credo.

Aux mélodies du désir, aux harmonies célestes, ses soupirs enlumineront ses gestes. La courtisane aime l’amour. Désireuse de rendre les hommes qu’elle côtoie heureux et fier comme des paons d’avoir su la conquérir. La fleur répond à leur passion inassouvie, laissant leur moindre demande prendre vie. Favorite à leur cœur, son sourire affable s'adresse à tous, mais ses lèvres se destinent aux bourses les plus lourdes. Beauté, esprit sont ses armes dont le temps émousse le tranchant. Tant que son amour et sa soumission perdurent à jamais.

Flatterie et comparaison, telle une vénus déesse de l’amour, la flattent. Vanité sans failles qui se prend au jeu de monter sur le piédestal, fier de voir son travail récompenser à sa juste valeur. Tentant sans failles de fuir l'ombre du temps et de ses ravages, laissant son esprit se murer dans une peur infernale.

Se dévoilant à la lune et laissant un serpent à la langue acerbe répandre calomnies et autres ignominies. Cet éden, dont elle considère comme sien, ne peut lui être volé par toutes autres fleurs fleuries ou en passe de l'être. Ses graines et bourgeons qui sont sous son ombre la terrorisent jusqu'au plus profond de son être. Et si un jour, on venait à lui voler la lumière lunaire, elle en mourrait de désespoir. Princesse de ce jardin céleste, elle se pavane de sa supériorité et de sa réussite. Mais tenter de la détrôner serait s'attirer des foudres.

Son cœur est offert à des temples érigés par de simples mortels, mais qui sont pourtant de l’ordre du mystique. L’amour et le temps. Elle ne peut point les dominer, mais son âme tente de se les approprier. Faussant les affres de l’amour auprès de certains et appliquant une exigence hors du commun envers son corps. Elle veut combattre le temps et embrasser la passion. Et lorsque l'échec se présente à ses pieds, la fleur se transforme en un monstre de colère.

Tous les moyens sont bons pour parvenir à ses fins et rester ainsi au chaud dans le palais. Les commérages, la calomnient, contre ses pairs. Des mots doux, une forme de fraîcheur et de candeurs accompagnées de sourire affable aux clients. Fleur de Lune cherche chaque jour de nouveaux stratagèmes pour garder l’attention sur elle, des contes, des jeux et ainsi de suite.

Au final, être une fleur de lune, c’est une vie de solitaire, faite de secrets et de faux-semblants.


PHYSIQUE


Ma mie, blanche colombe aux épaules d’albâtre.
Tu es ma lune ronde, délicieuse et brûlante,
La beauté dénudée allongée devant l’âtre,
Caressant sous ses doigts une perle.

Comprenez donc, cruelle et délicieuse enfant,
Que je me meurs d’amour tandis que vous trônez,
Sur les cuisses velues de ces vieux bedonnants,
Qui paient l’acte d’amour que vous me destiniez.


Billet doux d’un admirateur.

Son pied bien chaussé, attaché à une jambe ronde se dévoile au détour d’une danse de salon. Membre que l’on recouvre un bas de soie à petits jours, où, lorsque de rares mains et sous le bon vouloir de la fleur épanouie, puisse y trouver une surprise. Un morceau de taffetas ceinturé à une hauteur aléatoire, comme un gage de cadeau à quelques loups aux bourses pleines.

De ce con tant convoité par des hommes, il s’en retrouve protégé par une toilette en harmonie avec cette taille souple et jeune. Gorge pigeonnante découverte à demi pour y dévoiler un sein rond emprisonné et compresser dans un corset, offrant une vue sur un jardin rempli de promesse, un éden. Taille gracile qui se pavane dans ses atours, glissant comme la courtisane qu’elle est, petits talons claquants et teintants contre le parquet et marqueterie de la maison des fleurs. Cocotte qui s’en pavane dans ses bottillons lui allongeant la taille d’à peine deux à trois petits centimètres, pour s’additionner à son un mètre cinquante.

Ce visage d’un bel ovale un peu pâle s’affichait un air mutin et un sourire affable. Ce nez légèrement retroussé et fin ce profil sur un port altier. Deux amandes cyprines vous observent et vous tannent, cherchant à décrypter le moindre de vos désirs. Petit air angélique, qui semble figer dans le temps et qui ne s’épanouit que totalement à la nuit tombée. Où les cheveux blonds comme les blés nappent une croupe aux muscles ronds.

Fraîcheur juvénile qui se travaille pour paraître naturel et sans artifices. Pommette pleine et ronde et pourtant une certaine fragilité feinte se cachent derrière. Ainsi, la belle fleur de la nuit laisse croire à cette mascarade délicatement rosée. Un derme aussi clair que la nacre à la douceur du velours et aux fragrances fleuries. Cette impression de fraîcheur est pourtant due à des efforts considérables pour garder une telle apparence et surtout elle compte la garder le plus longtemps possible afin de ravir des cœurs.


III. L'HISTOIRE.


La terre calaisienne est sale, comparée à la blancheur des dentelières qui tissent leurs fils ensemble pour former des tableaux bucoliques et d’une extrême finesse. Depuis ses landaus, une multitude de bruits l’assourdissent et la berce. Crépitement de la cheminée qui se fait entendre et qui s’entrelace avec le frottement du fil qui perce le parchemin définissant le réseau de la dentelle.

C’est dans cette saleté où le blanc poupon virginal d’un couple d’artisans vit le jour. Il n’était pas fort aise, au vu des bottillons boueux et des joues rosées qui s'empilent dans la pièce, de s’épanouir sous le soleil de Calais. D’autant plus quand le linge qui emmaillote l’enfant n’est pas de première fraîcheur. Un mauvais présage sonne dans le temps. Vivre une telle vie ne sera jamais totalement glorieux contrairement aux peaux raffinées pour qui le travaille de longue haleine est réservé.

Gazouillis se transformant au fil du temps en mot digne de sens, l’enfant fleurissait dans un monde d’orties. Bien loin d’être une Fleur de Lune l’enfant était au mieux une marguerite dans un champ en friche. S’amusant avec ses pairs, elle vivait une vie simple, quoique bien pauvre, digne d’une famille ouvrière composée d’une grande fratrie. Aidant de temps à autre la matriarche qui terminait des commandes depuis la pièce principale de la maison. Tout en faisant attention à ce que la suie de l’âtre ne souille pas l’ouvrage. C’est sous l’œil attentif du bambin que les gestes restaient ancrés dans sa mémoire.

Un jour alors que le paysage calaisien se déployait sous ses yeux, le lendemain, c’était tout autre chose qui se profilait à l'horizon. Les joues rosies par les zéphyrs et les embruns de la mer, c’était un voyage qu’elle avait entrepris contre son gré. Sans réellement comprendre ces mots d’une langue inconnue ni même la situation. Elle se demandait où étaient père et mère. Où étaient donc tous ses visages qui étaient, d'habitude, si familiers. Tout était différent, mais la crainte ne résidait pas dans son cœur. Elle l’avait l’impression d’être l’héroïne d’un de ces contes qui étaient délivrés par des voix chaleureuses et où le fatum n’avait pas sa place, quand la dernière page était noircie.

Au petit matin sous la brume épaisse du port, la fleur posa le pied sur le pardi londonien. Les hommes sous leur grand chapeau lui faisaient peur. Et c’était la première fois que ses larmes roulaient sur ses joues rondes. Cherchant et implorant sa mère. Il ne lui fallut pas attendre longtemps avant de pouvoir être à l’abri du froid mordant du petit matin. Passant dans une arrière-cour et tenant la main d’un moustachu, elle découvrait sous ses yeux ébahi une maison semblable à celle des contes de fées.

Le regard obnubilé, elle décrivait les femmes qui étaient toutes plus belles les unes que les autres. Une femme avec les cheveux tirés et plaqués contre front  s’approchait de la future graine. Et lui adressa quelque mot et pour finalement appeler Fleur de Lune. Elle n’avait pas compris ce qu’elle lui disait, pourtant, elle lui avait répondu de son patois français quelque chose qui était innocent et candide.

Est-ce vous qui avez commandé des dentelles ?

Des palabres enfantines et dont la fleur a laissé aux oubliettes en grandissant.

Bercée par un accent totalement nouveau, la petite graine, c’était planté dans un éden. Suivant tant bien que mal les mots et les ordres qu’on lui donnait. Elle s'occupait du linge, de repriser les bas de toutes les cocottes présentes, elle commençait à en apprendre un peu plus sur ce monde. Oubliant même les prémices de la France, qui semblait être un rêve lointain. Elle n’était pas malheureuse, bien au contraire. Il lui fallut juste se battre un peu plus durement que les autres pour émerger de la terre rugueuse et britannique.

Pouvoir vivre dans une aussi grande maison, qui ressemblait plus à un palais, pour ses yeux d’enfants, cela devait être un rêve. Elle avait l’impression que seule de bonnes choses arrivaient ici. Légèrement trop curieuse, elle imitait, envieuse, les femmes plus âgées. Alors qu’elle effectuait ses corvées, son oreille traînait outre mesure écoutant ce qu’ils se disaient. Petit ragot de femmes, rumeurs de cocotte. Rien ne lui échappait. Et dans une certaine mesure tout cela lui paraissait être une maison, avec une mère et des sœurs. Même si elle s’amusait à imaginer chacune des personnes semblables à son prénom. Malgré tout, la seule chose qu’elle pourrait reprocher cette maison, c’est l’absence d’un carré d’herbe pour pouvoir y marcher pieds nus.

Lorsque la belle plante émergea assez de terre, elle eut une curiosité débordante. Suivant les cours avec une rigueur sans failles. Elle pensa pourtant à un moment donné « pourquoi faire tout cela ? ». Ses questions et ses inquiétudes trouvèrent rapidement des réponses auprès d’une autre fleur. Une favorite qu'elle aidait pour tout type de tâche. C’est une réelle fascination qu’elle eut face à cette créature étrange. Écrivant des billets doux qu’elle lui dictait, brodant certains motifs sur ses atours et l’écoutant parler. C’est ce jour-là qu’elle voulut embrasser totalement ce mode de vie. Malgré tout, elle cache que cette baisse de régime –de courte durée– était tout simplement qu’elle ne supportait pas que son gosier ne fût pas assez solide pour chanter…

Elle s’attardait à la harpe, puis au piano. S’amusant des mélodies et commençant alors à devenir de plus en plus hautaine envers les autres fleurs. Tout simplement, car elle voulait que son éclosion soit phénoménale et unique. Elle gravait dans sa tête chacune des paroles qui lui était dite par la fleur. S’amusant parfois à tenir des discours originaux avec son mentor pour s’entraîner. Elle suivait consciencieusement les sessions de danse. Et s’aventurait même parfois dans des chemins interdits, écoutant en catimini des conversations plus intimes. Allant même à braver l'interdit. Lumière éteinte elle se dirigeait vers la chambre de la favorite. Observant par le trou de la serrure pour voir et connaître ce qu’elle faisait dans son intimité. Même si au moindre bruit, elle détalait comme un lapin de peur de se faire attraper par Madame Rose.

Entre-temps, son statut a changé, de graine, elle passa à bourgeon, puis ce fut le moment de l’éclosion. Et la jeune fleur vit ses dures années de labeur être récompensées. Malgré tout, elle ne voulait pas s’arrêter en si bon chemin. Comme si elle voulait inscrire son nom dans l’histoire du palais des fleurs. Elle commençait donc à apprendre un nouvel instrument, la flûte traversière. Se portait au courant des dernières modes pour se sublimer, etc.

N’hésitant pas à s’endetter dans des toilettes coquettes. Charmant et jouant à la jeune fille pure et innocente et déclarant aux plus grandes bourses sa candeur et son amour envers eux. Répondant avec justesse à leurs moindres désirs. Malgré tout, elle ne désire pas quitter le palais et encore moins se faire racheter. Car elle joue à l’amour, mais n’aime pas.

Le palais des fleurs et tout pour elle et sa place de première favorite est le plus beau cadeau qu’on lui a fait. Parfois, elle aimerait remercier « Lui » en personne pour lui avoir offert cette vie, ou bien même cet homme moustachu. C’est d’ailleurs pour l’une de ces raisons qu’elle vouvoya tout le monde. De la graine aux clients et qu’elle tient des relations cordiales avec madame rose. Mais en revanche, elle est infâme avec les autres fleurs, et futures fleurs, qu’elles soient graines ou bourgeon. Car elles lui font peur, Fleur de Lune a peur qu’un jour, l'une d'entre elles lui vole cette place durement gagnée. Puisque après tout, elle compte bien rester la première favorite le plus longtemps possible.

Et elle préférait mourir plutôt que devenir domestique ou bien d’être vendu.

Et le travail pour rester à l’état de grâce et long et fastidieux. Se souvenir du moindre désir de ses clients, des petits secrets bien gardés qu’elle note dans un  carnet qu’elle garde dans son cabinet situé sa chambre. Anneaux et autres éléments pour faire du sport, et ainsi garder une taille semblable lorsqu'elle avait lors de son éclosion, sans pour autant durcir ses rondeurs. Produit et toilette pour rester coquette. Correspondance parfois pour certains de ses messieurs. Calomnier les autres concurrentes et concurrents. Petites attentions délicates pour ses amours, princes et rois de son cœur comme elle les qualifie si bien. Gardé à l’œil, ses deux bourgeons, Amarante de Tulipe. Et ainsi de suite.

Rien n’est laissé au hasard, et si quelque chose ne va pas, la belle Fleur de Lune deviendra aussi sombre qu’une nuit sans lune.


IV. DERRIÈRE L'ECRAN.

Prénom/Surnom: Estelle
Âge  : 22 ans
Autres comptes : Aucun
Comment avez-vous découvert le forum : Hildegrade
Comment trouvez-vous le forum : Très sympathique et vivant !
Avatar du personnage : Oc de Moemoe3345


FICHE PAR FALLEN SWALLOW



Dernière édition par Fleur de Lune le Ven 5 Fév - 1:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: S'épanouir sous les rayons de la lune — 100%  Ven 5 Fév - 0:43

Bienvenue \o/

Courage pour ta validation, je suis content de voir Fleur de lune parmi nous !
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: S'épanouir sous les rayons de la lune — 100%  Ven 5 Fév - 1:04


Merci beaucoup ! :3
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 387
Date d'inscription : 04/03/2015

Feuille de personnage
Métier/Occupation:
Relations:
avatar

Le masque de Lui
MessageSujet: Re: S'épanouir sous les rayons de la lune — 100%  Ven 5 Fév - 1:50

Elle est parfait! Magnifique plume. Fleur de Lune te va comme un gant! tu as mon aval. :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: S'épanouir sous les rayons de la lune — 100%  Ven 5 Fév - 4:24

Bienvenue à toi, fleur de mon jardin :)

Très jolie fiche, plume délicate, j'ai beaucoup aimé.
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: S'épanouir sous les rayons de la lune — 100%  Ven 5 Fév - 14:42


Merci vous deux je suis contente qu'elle vous plaise :)
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: S'épanouir sous les rayons de la lune — 100%  Ven 5 Fév - 17:19

Je suis amoureuse de ton style, voilà voilà ♥
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: S'épanouir sous les rayons de la lune — 100%  Sam 6 Fév - 0:31


Hihi ♥ (même j'aurais du mal à le garder *a toujours fait une différence entre les présa & rp*...)
Mais merci du compliment au plaisir de te voir en rp ♥
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: S'épanouir sous les rayons de la lune — 100%  Sam 6 Fév - 12:42



Tu es validé !



— Bonjour et bienvenue belle Fleur !

C'est un plaisir de voir le Palais gagner de si gracieuses demoiselles. Ton écriture est vraiment très agréable et poétique, ça correspond parfaitement au personnage !

Au plaisir de te croiser en rp ;) —


Tu peux maintenant aller rp sur le forum ainsi que sur la chatbox (sans en abuser). N'oublie surtout pas d'aller tout de suite réserver ton avatar, afin d'être unique en ton genre. Nous nous occupons d'ajouter automatiquement sur la liste l'origine de ton personnage s'il est réincarnation.
Si tu n'as pas encore de partenaire(s) en vue, tu peux faire une recherche rp et/ou de liens. Ensuite, tu peux créer une fiche de lien pour gérer tous tes nouveaux copains. Puis, si besoin, tu peux demander un logement quand tu seras bien lancé(e). Tu as la possibilité t'inscrire sur la liste des métiers si tu es commerçant(e) ou médecin. Si tu fais parti d'un organisme particulier, comme par exemple Scotland Yard ou le Palais des Fleurs, tu y seras ajouté automatiquement.
Et enfin mais surtout, si tu as des suggestions ou des questions, n'hésite pas à contacter l'administration.

Amuse-toi bien !

Le staff ~



Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: S'épanouir sous les rayons de la lune — 100%  

Revenir en haut Aller en bas
 

S'épanouir sous les rayons de la lune — 100%

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Sous la clarté de la Lune et la nuit obscure. [Medu-chawn]
» Sous le Clair de Lune~ Feat. Petite Lune
» Déambulation sous le cynique clair de lune...[PV: Ame]
» Acier contre chair, un duel sous le regard de la lune! [Pv Steph et Almace, Présent] [Saskatchewan, Canada]
» Quand une pieuvre s'adresse à un lion, mieux vaut le faire sous le regard de la lune. ♦ Intrigue IdF

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rain of madness :: A Fascinating Story :: Fiches de personnages :: Fiches abandonnées-