Partagez | 
 

 Au Bonheur des Dames [TRAVAUX ACHEVES]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 98
Date d'inscription : 09/04/2016
Age : 20
Localisation : Mon bureau au Bonheur des Dames ou notre maison à Luxury Square

Feuille de personnage
Métier/Occupation: Co-gérante du Bonheur des Dames
Relations: M. Quertan - Mari ; Catherine Quertan - Fille ; Isobel Kernwall - Cliente régulière ; Oscar Cain - Connaissance
avatar
Denise Baudu
Ealasaid Quertan
MessageSujet: Au Bonheur des Dames [TRAVAUX ACHEVES]  Dim 10 Avr - 0:58



I. EALASAID QUERTAN.


• NOM : Quertan née Leyblanc
• PRÉNOM : Ealasaid (Celle qui décide, qui tranche)
• NATIONALITÉ : Écossaise
• ÂGE : quarante-cinq ans -mais ce n’est qu’un détail: elle en paraît dix de moins.
• SEXE : Femme
• ORIENTATION SEXUELLE : Hétérosexuelle
• MÉTIER : Co-gérante du Bonheur des Dames (en français dans le texte)
• SITUATION FINANCIÈRE : Aisée
• OCCUPATIONS/PASSIONS : Par ici les sou sous et la bonne qualité de la marchandise ! Ah oui: le rouge, le rouge est une si belle couleur ; et aussi, c’est pour elle un bonheur de s’occuper de ses neveux et nièces quand ils viennent chaque semaine au magasin.
• GROUPE : Littérature
• HISTOIRE D'ORIGINE : Au Bonheur des Dames (Émile Zola) – Denise Baudu (vendeuse au magasin puis femme d’Octave).


II. LES DESCRIPTIONS.


CARACTÈRE

Forte • Drôle (pour certain(e)s) • Sérieuse • Maladroite • Enthousiaste •


Directrice d’un Grand magasin de sa qualité, elle est enthousiaste pour les nouvelles modes, tout comme son mari qui a ce petit côté féminin qui lui permet de comprendre un peu les femmes et de décoder leur langage. Cette femme semble comme parfaite et un pur modèle pour soi-même alors que d’autre penserons qu’elle n’est qu’une harpie. Ils n’ont pas tout à fait tort ni raison : les deux choses sont vraies mais les personnes ne sont pas les mêmes. Les rumeurs sur les pensées de cette femmes sont légions, elle peut être tantôt une femme d’une amabilité et d’une patience grandiose alors que les autres vous dirons que la femme est plus qu’agaçante car elle vous demande de faire ceci ou cela, de vous réarranger à tout vas… Mais au risque de se voir renvoyer, l’on se tait et puis c’est tout !

Il y a un point sur lequel tout le monde peut se mettre d’accord : elle est belle. Son mari sera le premier à vous le dire et c’est grâce à ça – et parce qu’il est un peu benêt mais réfléchi malgré tout - qu’elle gère le magasin. Cette femme, par sa forme, vous laisse deviner qu’elle n’a jamais eut d’enfant ; la raison est la coquetterie de garder une jolie taille et, étant venue avec ses frères à Londres, elle a la chance d’avoir quelques nièces et neuves qu’elle adore voir ; et ces galopins viennent même la déranger durant les horaires de travail (car c’est toujours un plaisir de les voir et elle est très tournée vers sa famille).

Ce que l’on connaît aussi d’elle encore peu être son sérieux et son fort caractère. Elle s’énervera à tout les coups si, en pleine concentration durant un calcul de compte, vous venez la déranger pour quelques affaires peu urgente selon elle et elle vous enverra vers son mari. A la fin de ses calculs, elle viendra sans doute s’excuser d’avoir été si brusque avec vous et vous donnera quelques pièces qui varierons entre £7 et £20 à peu près. Elle réfléchi beaucoup sur la disposition des étalages de tissus et autres placements pour mettre l’œil de la clientèle aux aguets et que cette dernière soit toujours heureuse de voir la nouveauté et l’ordre régner ici et lui faire acheter un maximum pour lui satisfaire une envie qui aura vite faim à nouveau. Charles Bovary vas en avoir pour son argent si Emma vient au Bonheur des Dames !

L’ordre dans le magasin est fort beau mais celui qui devrais régner dans son bureau a beaucoup à lui envier car les feuilles éparpillées, les plumes non alignées et autres ustensiles font que l’on voudrais bien savoir comment elle fait pour réfléchir dans tout ce désordre.


PHYSIQUE : SI BELLE, SI FRAÎCHE… MAIS PAS SEULEMENT.




Le gène qui permet aux gens de nos sociétés d’avoir une chevelure rousse à toujours été très discret. Les cheveux flamboyants sont très rares et nous sommes toujours surpris la première fois que nous rencontrons une personne dont quelque chose sort de l’ordinaire : c’est ce qui fait la particularité des roux. Malheureusement, comme les blondes idiotes, les roux, eux, ont le malheur suivant : il est dit que les cheveux sentent mauvais. Chose fausse bien entendu et ils n’ont rien à envier au ternes bruns, pour exemple. Aussi, leur chevelure éclatante leur donne un joli sourire et malgré le fait que certains brossages de dents peuvent enlever de la gencive, leurs dents sont toujours blanches comme l’est la perle des huîtres (et c’est bien leur gracieux sourire qui est leur principal trésor).
Certains peuvent s’étonner de as coiffure : le carré blushé. A notre époque, 1885, c’est chose rare voir inexistant alors pourquoi en avoir un ? Comprenez que, quand on travail dans le monde de la mode, on vas toujours essayer d’en lancer une et cette coiffure est un essai qu’elle espère voir fructifier.

La dame est visible durant l'heure du déjeuné et durant ses rares apparitions en public dans le magasin – la rencontrer dans cet endroit, si belle, si fraîche, c’est un privilège !
Nous pourrions parler pendant des heures sur cette femme qui se tient en face de vous.
Cette femme – si belle, si fraîche – n’a pas de visage fixe : tantôt le sourire, tantôt le regard noir (qui aspire respect et surprise la première fois que vous voyez ce visage).

« Dame, quelle est belle ! » ; « Vous conviendrez, ma chère, que son élégance viens de sa coiffure. » ; « Elle choisis ses vêtements avec attention… Mais c’est sans doute l’expérience ! » : voilà ce que l’ont pouvais entendre dans la rue ou dans le magasin. Notre Écossaise à cette couleur rousse typique du pays et elle n’hésite pas à le revendiquer car c’est son esprit fort qui fait son charme et elle ne cache pas sa rousseur sous un mensonge tel que « Je ne suis pas rousse : mes cheveux sont blonds vénitien et j’ai de la famille en Italie ! », non, elle était bien rousse et elle ne vous lâchera pas cette affaire du haut de son un mètre soixante-et-onze. Mesdames, le chapeaux à bords larges est de rigueur quand on la rencontre, sauf dans le bureau où l’on entre le chef nu et dans de bons habits pour vous, messieurs, c'est la moindre des choses. Elle, toujours habillé d’une robe à crinoline rouge accompagnée de son ombrelle et de son chapeaux de la même couleur se fera un plaisir de vous renvoyer ou de peu vous écouter si vos vêtements ne sont pas à votre hauteur.

Oui, notre fille n’est pas facile à vivre certaines fois. Elle est grande (pour une femme), elle est bien faîtes de corps et de visage, elle a de jolies bottes et des yeux de couleur rouille et un sacré sens de l’humour qui pourrait être tantôt drôle mais peu amusant pour beaucoup, un exemple : Un abbé et un athée tombent dans un trou, ressortit du trou, que font-il ensuite ? Je vous laisse chercher ; ou pince-sans-rire ou même méchant. Là, elle vous fais une méchanceté sous couvert de faire une critique constructive pour vous aider à vous améliorer. Elle peut être maladroite mais s’excuse si elle pense que c’est nécessaire et surtout si elle vous porte dans son cœur ne serait-ce qu’un peu. Ses mains douce alors venaient s’enrouler autour de vous ou bien se mettaient sur votre épaule pour vous montrer qu’elle est richement triste et que, sous ses vêtements jolis, elle a un cœur tout de même.

Lorsqu’elle fait fermer le magasin, elle laisse le soin à ses employé(e)s de prendre un article qui ne s’est pas vendu depuis un temps pour vous parer ou pour que les maris parent leurs femmes. Avec un sourire délicat, elle rentre chez elle et se met en robe légère pour se faire un bain de pied et passer un bon moment avec ses domestiques qui lui brossent les cheveux et l’apprécient plus pour ce qu’elle est que pour son argent.


III. L'HISTOIRE.




Octobre 1864 : Denise, une jeune femme de 20 ans, s'installe à Paris avec ses frères dont elle a la charge car ses parents sont morts. Elle envisage de se faire employer par son oncle, Baudu, qui tient un commerce de vêtements mais les affaires sont au plus mal. Les commerçants du quartier sont ruinés : Au Bonheur des Dames dont ils haïssent le patron, M. Octave Mouret. Denise se présente dès le lendemain, pour y être embauchée. En dépit de ses allures de provinciale, Mouret accepte d'engager Denise et lui fournit une chambre au dessus de la boutique.
Mouret, amant de la riche veuve Mme Desforges, profite d'un thé chez sa maitresse pour rencontrer le Baron Hartmann, le directeur du Crédit Immobilier. Il lui présente ses nouveaux projets et Hartmann s'engage à le soutenir si les ventes à venir sont une réussite.                                                                                                                        
Hiver 1864 : grandes ventes des nouveautés d'hivers est un triomphe. C'est ce jour-ci que débute Denise. La nouvelle employée est bien mal accueillie par ses collègues qui ne lui cèdent aucune vente et qui n'hésitent pas à railler ses aspects de paysanne.
Denise continue d'être la victime des inimitiés de quelques uns. Sa seule alliée, Pauline Cugnot, lui conseille de prendre un amant qui sera un atout financier et personnel non négligeable. Elle refuse.                                                                        
Juillet 1865 : Denise redoute l'été et ses vagues de licenciement. En effet, l'été connu pour être une saison morte dans la vente, contraint la direction à effectuer de nombreux renvois. Un jour, elle est surprise en compagnie de son frère par Boudoncle qui imagine qu'elle reçoit son amant. Lui qui n'appréciait guère la jeune femme s'empresse de la licencier. Mouret, bien que furieux du renvoi de son employée – à cause de tout l’amour qu’il lui porte – accepte la décision de son adjoint.
Baudu méprise sa nièce Denise et lui refuse son aide car elle est Au Bonheur des Dames. Sans un sou et sans toit, la jeune femme loue une misérable chambre chez Barras, un marchand de parapluies.
Barras est engagé dans une lutte commerciale avec le propriétaire du grand magasin. En effet Mouret souhaite racheter le petit commerce afin d'agrandir davantage son empire.
Denise est embauchée par Robineau, un ancien collègue de Mouret, résistant lui aussi contre son expansion. Malheureusement, la guerre commerciale qui se joue entre Mouret et Robineau le ruine.                                                                                    
1866-1867 : Denise, réconciliée avec la famille Baudu, constate la misère qui frappe les commerçants. La jeune fille décide alors de revenir au Bonheur des Dames.
[/b]Mars 1867[/b] : Mme Desforges, qui a entendu que Mouret a une maitresse au magasin, est venue. Piquée par la jalousie, elle s'imagine que Denise est sa rivale. Mouret profite de son succès financier pour séduire Denise dont les sentiments sont flou. Depuis qu'elle a été nommée chef de rayon, elle est respectée. Elle reçoit une lettre de Mouret qui l'invite à dîner le soir même. Elle refuse et persiste à refuser les avances de son patron.
Mme Desforges, délaissée par son amant, l’nvité chez elle et sollicite Denise pour retoucher un manteau. Mme Desforges insulte la vendeuse incitant Mouret à prendre parti. En choisissant de consoler Denise, Mouret met un terme à son aventure avec la riche veuve. Mais elle prépare sa vengeance et apporte son soutien à Bouthemont, un ancien employé du Bonheur des Dames, qui ouvre une enseigne concurrente, Aux quatre saisons.
Mouret, influencé par des rumeurs, accuse Denise d'avoir des amants parmi les vendeurs : elle réfute ces accusations et il en profite pour dévoiler son ardeur. La vendeuse qui feint l'indifférence l'éconduit à nouveau. Mouret la nomme première d'un nouveau rayon de confection pour enfant et grâce à elle, le magasin connaît des changements salutaires. Le petit commerce est définitivement ruiné : Baudu dont la femme et la fille sont mortes n'a plus d'avenir.
Février 1869 : la nouvelle façade du magasin enfin achevée est inaugurée et est un triomphe. Denise présente sa démission : elle souhaite se retirer à la campagne. Mouret se décide à lui demander sa main. Malgré ses hésitations, la jeune femme consent enfin à être sienne.


La Magie est quelque chose d’intéressant. Certaines fois, les histoires peuvent devenir des réalités et Elasaid n’a pas échappé à la règle…


Apprenant dès son plus jeune âge à aimer le français, l’anglais, la littérature, l’histoire, les mathématiques, la mode, les chaussures, le savoir-faire paternel, l’amour des histoires maternelles, la jeune fille de vingt ans est née dans une famille originaires de l’Ecosse; et orpheline depuis plusieurs mois car son père a été emporté par la maladie et leur mère trois mois auparavant, elle décide de venir à Londres avec ses frères et de s’installer chez son oncle, M. Baudu Leyblan qui lui avait proposé, un an plus tôt, de l’héberger si besoin. Une fois chez son oncle, elle va se rendre compte des conséquences d’un nouveau grand magasin (Au Bonheur des Dames) sur les petits commerçants voisins : les boutiques ferment les unes après les autres faute de clients et le salaire se fait misérable. Son oncle n’ayant pas de place à lui offrir, elle va devenir commis au Bonheur des dames, au rayon des confections. Elle est, au début, timide, moquée par tous, épuisée par le travail et fût permanence apeurée avec son oncle, de laisser ses frères sans argent. Elle va passer plusieurs nuits blanches, réparant, lavant ses robes jusqu’à cinq heure du matin et les mains en sang pour avoir frotté durant toute la nuit. Alors qu'Ealasaid est au plus bas, elle va rencontrer Laura, une vendeuse du rayon voisin qui va la prendre sous son aile, lui proposant tout d’abord de l’argent puis son amitié.
Grâce à elle, elle va commencer à sortir. C’est en partie grâce à son moral et sa volonté de fer que Ealasaid réussit à tenir au milieu de ses collègues moqueurs. Dès ses débuts au Grand magasin, notre héroïne est intimidée par M. Quertan, le Directeur qui avait dix ans son aîné. Au fur et à mesure, elle va tomber amoureuse de lui, préférant le nier par crainte de ce que pourraient penser les autres mais plus principalement à cause d’une promesse faite à ses frères Gabriel et Paul : celle de toujours se battre pour eux et de ne jamais les laisser tomber.
Un jour, Ealasaid va se faire licencier, étant accusée d’avoir piqué de l’argent à son patron dans les caisses : c’est grâce à cette péripétie que nous pouvons remarquer la ténacité de Ealasaid puisqu’elle va s’interdire de manger pour laisser la soupe et le pain à Paul qui avait sept ans.
Ealasaid est la figure maternelle; elle incarne également la réussite sociale et professionnelle de la pauvre enfant timide, accablée par le malheur. Il est important de noter qu’elle est un véritable soutien pour sa famille car, lorsque Marie agonie, c’est sa cousine qu’elle voulait absolument avoir auprès d’elle. C’est également elle qui va soutenir son oncle après la perte de sa femme Coline et de sa fille. La suite, c’est celle que nous devinons : ne luttant plus contre son fort intérieur et oubliant les « qu’en-dira-t-on », elle épousa son patron et pris rapidement ses marques à la direction de l’entreprise plus florissante que jamais. Il ont tous deux eut, une jeune fille en 1873.

En accompagnement de cette lettre, Le Bonheur des Dames vous donne un billet de réduction de £50 livres sur votre prochain achat. Accourez-donc vite pour en profiter jusqu’au 1 mai 1885 !


IIV. DERRIÈRE L'ECRAN.

Prénom/Surnom: Stéphanie
Âge : 16 ans
Autres comptes : Aucun
Comment avez-vous découvert le forum : tout à fait par hasard
Comment trouvez-vous le forum : très joli, la beauté est rare : ni trop sobre, ni trop chargé, juste ce qu’il faut
Avatar du personnage : Angelina Duless dite Madame Rouge de Black Butler


FICHE PAR FALLEN SWALLOW



Dernière édition par Ealasaid Quertan le Jeu 23 Juin - 23:14, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
The Cheshire Cat
Messages : 1014
Date d'inscription : 18/12/2014
Age : 28

Feuille de personnage
Métier/Occupation: Gérant du Chafouin Palace
Relations:
avatar
The Cheshire Cat
Chester Winks
MessageSujet: Re: Au Bonheur des Dames [TRAVAUX ACHEVES]  Dim 10 Avr - 1:37

Voilà une dame haute en couleur ♥

Bienvenue ! On est là si tu as des questions :)

_______________________________________________________
Cliquez et votez, merci :)
                 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 98
Date d'inscription : 09/04/2016
Age : 20
Localisation : Mon bureau au Bonheur des Dames ou notre maison à Luxury Square

Feuille de personnage
Métier/Occupation: Co-gérante du Bonheur des Dames
Relations: M. Quertan - Mari ; Catherine Quertan - Fille ; Isobel Kernwall - Cliente régulière ; Oscar Cain - Connaissance
avatar
Denise Baudu
Ealasaid Quertan
MessageSujet: Re: Au Bonheur des Dames [TRAVAUX ACHEVES]  Dim 10 Avr - 13:34

Merci à tous ! :mouton: J'espère être à la hauteur de vos attentes.

_______________________________________________________
Red Lady
       
© So-chan sur SOS RPG

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 98
Date d'inscription : 09/04/2016
Age : 20
Localisation : Mon bureau au Bonheur des Dames ou notre maison à Luxury Square

Feuille de personnage
Métier/Occupation: Co-gérante du Bonheur des Dames
Relations: M. Quertan - Mari ; Catherine Quertan - Fille ; Isobel Kernwall - Cliente régulière ; Oscar Cain - Connaissance
avatar
Denise Baudu
Ealasaid Quertan
MessageSujet: Re: Au Bonheur des Dames [TRAVAUX ACHEVES]  Dim 10 Avr - 23:36

Merci Earl darling. ;-) Les marques en gras et le bleu sont mes modifications !

Cher Tsubaki, j'ai hâtes de vous voir au magasin. :Ih:


Dernière édition par Ealasaid Quertan le Lun 11 Avr - 11:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 98
Date d'inscription : 09/04/2016
Age : 20
Localisation : Mon bureau au Bonheur des Dames ou notre maison à Luxury Square

Feuille de personnage
Métier/Occupation: Co-gérante du Bonheur des Dames
Relations: M. Quertan - Mari ; Catherine Quertan - Fille ; Isobel Kernwall - Cliente régulière ; Oscar Cain - Connaissance
avatar
Denise Baudu
Ealasaid Quertan
MessageSujet: Re: Au Bonheur des Dames [TRAVAUX ACHEVES]  Lun 11 Avr - 11:57

Salut ! Modifications apportées comme tu pourra le voir.

_______________________________________________________
Red Lady
       
© So-chan sur SOS RPG

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Au Bonheur des Dames [TRAVAUX ACHEVES]  

Revenir en haut Aller en bas
 

Au Bonheur des Dames [TRAVAUX ACHEVES]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Au Bonheur des Dames [TRAVAUX ACHEVES]
» Au bonheur des ogres.
» ⊱ au bonheur des dames
» SOS Refuge "Aux Bonheur des 4 Pattes"
» La cuisine du bonheur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rain of madness :: A Fascinating Story :: Fiches de personnages :: Fiches validées-