Partagez | 
 

 Em... Minerva Green, tout le plaisir est pour moi [Finie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Em... Minerva Green, tout le plaisir est pour moi [Finie]  Lun 2 Mai - 0:36



I. Green Minerva / Howard Emily Isabel.


• NOM : Green (faux nom)/Howard (nom d'épouse)/Nolan (nom de jeune fille)
• PRÉNOM : Minerva (faux prénom)/ Emily Isabel
• NATIONALITÉ : Anglaise
• ÂGE : 28 ans
• SEXE : Femme
• ORIENTATION SEXUELLE : Élevée pour être hétérosexuelle, peut y avoir une ouverture sur une possible bisexualité IRP
• MÉTIER : Femme de chambres dans une auberge
• SITUATION FINANCIÈRE : A un toit et c'est déjà beaucoup.
• OCCUPATIONS/PASSIONS : En tant que femme cultivée, elle aime lire et écrire, ce qu'elle cache. Elle aimerait sans doute devenir écrivain. Elle apprécie la musique, joue de quelques instruments dont la harpe et le clavecin. Elle aime coudre et le crochet. Disons qu'elle se cantonne à son statut de femme, pour le moment.
• GROUPE : Civil
• HISTOIRE D'ORIGINE : Personnage ne sortant pas d'un conte. Par contre c'est un prédéfini dont j'ai changé l'avatar, je demande donc l'autorisation du staff pour utiliser celui que j'ai mis. Merci ^^


II. LES DESCRIPTIONS.


CARACTÈRE

Cultivée • Bouillonnante, débordante d'énergie • Curieuse • Naïve • Angoissée, toujours sur le qui vive • Rêveuse


Minerva, enfin Emily, est une jeune femme réfléchie et cultivée. Elle a appris à lire grâce à son père, et dévore la plupart des romans qu'elle peut trouver. Elle est le genre de personne à se poser des questions sur le monde qui l'entoure, sur le pourquoi et le comment des choses. Elle s'intéresse un peu à tout et son rêve et d'apprendre quelques langues étrangères, dont le français. D'ailleurs, si elle parvient à quitter le pays, ce serait pour la France. Elle admire ce pays de part ses œuvres et de loin. Un jour, peut-être, elle aura cette opportunité. Elle est relativement innocente et naïve, souriante, elle se sociabilise assez rapidement, en général. Mais depuis qu'elle a fui son mari, elle est devenue plus méfiante. Elle fait régulièrement des cauchemars qui la font pleurer au beau milieu de la nuit. Elle sursaute au moindre bruit surprenant. Elle n'était pas angoissée avant, mais le simple fait que son mari puisse la retrouver la met dans un état de nerfs insoutenable. Mais cela ne l'empêche pas de rêver... C'est la seule chose qui la tient, son imagination et ses rêves. Elle écrit, ce qu'elle cache à tout le monde. Mais elle se surprend souvent à rêver de liberté, de courir pieds nus sur le sable mouillé, se rouler dans l'herbe fraîche, monter à cheval comme un homme... Mais elle sait qu'il n'est pas encore venu, le jour où elle pourra faire tout ça, pas vrai ?


PHYSIQUE


C'est un petit bout de femme d'à peine un mètre cinquante, mais dont l'énergie pourrait parfois la faire passer pour une tornade... Ou un ouragan, au choix. Elle n'est pas svelte, à des formes généreuses, pas le genre de femmes qui peut aisément se faire passer pour un homme avec sa poitrine voluptueuse, la courbe de sa taille et la rondeur de ses hanches. Elle n'est pas grosse non plus, c'est juste une femme. Elle est brune, chose qu'elle tient de sa mère, d'après son père, puisqu'il était blond. Elle a de grands yeux verts, entourés par d'épais cils bruns et un front qu'elle juge trop grand d'où le fait qu'elle porte une frange. Elle a la peau très pâle et ne s'expose pas au soleil, parce qu'elle trouve une peau bronzée assez étrange, surtout sur elle... Mais c'est sûrement une question d'éducation. Malgré le fait qu'elle ait vécu sans mère, c'est une jeune femme qui a appris à prendre soin d'elle, grâce, notamment, à sa nourrice. Elle a appris à s'habiller sans extravagance mais avec coquetterie et élégance, de même pour le parfum, qu'elle aime tout de même assez fruité et frais. Elle reste vestimentairement dans les convenances et se bénit, dans sa fuite, d'avoir pu emmener quelques tenues avec elle dans un sac de voyage. Le maquillage ?... Quel indécence ! Jamais elle n'en porterait !


III. L'HISTOIRE.


Je suis née à Londres, en Mars 1857. Je suis la fille unique de John et Elizabeth Nolan. Je n'ai pas connu ma mère, en vérité, elle est décédée quelques minutes après ma naissance. Père m'avait à quel point elle était douce et attentionnée, comme elle aimait lire, danser, chanter. Il me vantait ses mérites dès qu'il le pouvait, sans pour autant me reprocher sa mort. J'ai aimé mon père et je l'aime encore aujourd'hui. Ce n'est pas sa faute si j'en suis là, il ne savait pas... Moi non plus d'ailleurs. Mais passons, nous n'y sommes pas encore, pas vrai.

Mon père tenait à faire de moi une femme respectable et cultivée. Refusant de se marier avec une autre que ma mère, la femme qu'il avait toujours aimée, il voulut m'instruire comme un homme. Ainsi, en plus des cours de maintien, de danse et de musique, je suivis également l'Histoire et la Géographie, l'Algèbre, la Littérature et les Arts. Je m'intéressais plus tard à la science également, grand mystère de la nature, aujourd'hui. J'aime apprendre, j'ai toujours aimé ça. Je regrette encore que mon père m'ait refusée les langues étrangère. Instruite, mais pas trop. Il ne fallait pas que je fasse de l'ombre à mon futur époux. Oui, mon père m'avait également toujours élevée dans cette optique : que je fasse un beau mariage. Je m'y attendais, j'étais préparée depuis mon plus jeune âge. Et je passais mon enfance et mon adolescence à suivre les cours de précepteurs.

Je commençais à sortir pour les soirées, surtout durant la saison mondaine, à l'âge de quinze ans. Mon père me présenta au beau monde. Moi qui n'avait connu que ma famille et les dames allant chez ma tante l'après-midi, cela me changeait fortement. Cependant, je savais qu'il ne cherchait qu'un éventuel futur prétendant. Je ne peux vous dire combien de fois j'ai dansé avec de pseudos hommes intéressés par moi, bien plus vieux, même, parfois. Mais heureusement, mon père n'était pas autoritaire. Et même si je devais me marier dans le milieu aristocrate, il me laisserait choisir mon époux. Et cela ne se fit pas dans l'immédiat. Il a fallu du temps et de sérieuses discussions pour en arriver là.

J'avais dix-neuf années quand je posai les yeux pour la première fois sur John William Howard. Nous avions à peine sept années de différences. Il travaillait dans une banque prestigieuse et était renommé dans toute la ville comme étant l'un des meilleurs. Je le pensais même bien plus âgé avant de le rencontrer. Dois-je dire que ce fut un coup de foudre ? De mon côté, je dois bien avouer qu'il m'attirait, mais mon père m'avait donné un fort goût pour l’exigence et pour le meilleur en matière de relations humaines. Il me fit une cours que je qualifierai de fougueuse et acharnée. Mais à côté de ce côté pressé, car il venait me voir au moins trois fois par semaine, c'était un homme charmant, délicat, plein de raffinement, également très cultivé. Il me charmait de plus en plus à chacune de ses visites. C'était fantastique. Ce fut naturellement que mon père accepta de lui donner ma main deux ans plus tard. Et nous nous mariâmes en Juin 1879. J'avais tout juste vingt-deux ans. Le plus beau jour de ma vie...

… Et aussi le dernier. Pour notre nuit de noce, il ne me toucha pas, respectant mon intimité et mon angoisse de jeune mariée. Mais le lendemain, ce n'était plus le même. Il avait bien caché son jeu. Le midi, il envoya la soupe à la tête de la servante, qui n'avait rien fait. C'était la première fois que je le voyais en colère, et violent. Je dus appeler le médecin pour la pauvre fille ébouillantée, du visage jusqu'aux pieds. Elle faisait peine à voir. Était-ce cela qui attira ses foudres sur moi ? Je l'ignore encore, pour tout dire. En une nuit, il s'était métamorphosé. Je ne reconnaissais plus l'homme que j'aimais.

Ce soir-là, il ne m'embrassa pas en rentrant. Ce fut une gifle qui m'atteignit aussi sûrement qu'une balle de chasseur transperçant une biche. Il me reprocha le médecin. Sur le coup, je crus qu'il entendait mes excuses puisqu'il quitta furieusement la pièce... Il semblait apaisé durant le dîner... Le calme avant la tempête. Alors que je venais juste de me coucher, pas prête encore à partager ma couche, surtout avec la violence dont il avait fait preuve, il déboula dans ma chambre et me hurla d'aller partager le lit conjugal. Je n'étais pas prête, mais il n'en eut que faire, il me força, me traînant derrière lui. Et j'avais beau supplier, il ne m'écoutait pas. Je n'entrerai pas dans les détails, ce n'est guère joyeux, mais je perdis ma virginité tout aussi brutalement. Et depuis, tout alla crescendo.

En plus de la violence physique et morale s'ajoutèrent au fur et à mesure les humiliations sexuelles. J'étais sa chose, son objet. Mon père m'avait appris que l'amour était une chose merveilleuse qui se célébrait par l'union de deux corps, et que le plaisir devait être partagé. Je savais que c'était rare à notre époque, mais mon père pensait ainsi... Et le plaisir, je ne l'ai jamais connu pour ma part. Il se servait de moi pour assouvir ses envies de sexe, et me forçait à faire des choses immondes.

Oui, j'ai honte de le dire, mais je me suis laissée faire pendant un temps. Une femme doit être soumise à son mari. C'était ce qu'on m'avait appris. Mais aimer, c'était pas ça, je le savais. J'avais vu d'autres couples, je savais ce qu'amour pouvait être. Alors je commençais, au bout de quelques mois, à me refuser à lui et à ses pratiques digne de Sodome et Gomorrhe. Alors je luttais, le poussais, le griffais, le mordais... Je refusais tout contact physique, bien qu'il parvienne souvent à me dominer... Mais dans ces moments, j'appelais à l'aide.

Je n'avais rien à perdre, enfin, selon moi. Jusqu'au jour, au bout de quelques temps, où il fit venir ce médecin. Nous étions mariés depuis deux ans. J'avais perdu du poids et ses coups m'avaient fait perdre notre premier enfant quelques mois plus tôt. J'étais pâle, fade, je dormais et mangeais peu. Il refusait même que je vois mon père. Ils eurent une longue conversation dans son bureau avant qu'il ne vienne m’ausculter. Son ton mielleux, comme s'il parlait à un enfant m'alerta immédiatement. Mais je n'avais pas vraiment la force de fuir. Il m'emmena avec lui. J'étais soulagée d'un côté de ne plus être sous le même toit que ce détraqué mental, mais de l'autre, je n'avais aucunement consenti à mon internement. Il m'avait envoyé à l'asile. J'avais envie de hurler au monde que j'étais saine ! Mais non. Je me refusais à mon époux, alors j'étais forcément folle.

Les médecins commencèrent rapidement un traitement par balnéothérapie et par saignée. Par chance, les repas étaient copieux, mais insipides. Je les mangeais quand même, récupérant ainsi quelques forces. Malgré l'internement, je prenais un minimum soin de moi, me baignant chaque jour. Les saignées m'affaiblissaient le plus souvent. Mais les bains avaient toujours un côté relaxant. Ce fut à l'asile que les cauchemars commencèrent. Ils mirent cela sur le compte de ma folie... La folle hystérique, qu'il m'appelait. Je n'en pouvais plus de cette vie, vivre en blouse tout le temps, avoir l'impression que l'on me prenait pour une attardée... Je n'avais même pas l'autorisation d'avoir de livres !  

Je fis en tout huit tentatives d'évasion. Autant vous dire que les sanctions furent pires à chaque fois et que tout était noté sur mon dossier. Je savais ce que voulait mon mari, que je sois sage et docile, ouverte a sa perversité. Je ne lui donnerai jamais ce plaisir. La neuvième fut la bonne. Je profitais de la ronde des gardes pour m'éclipser. Quel bonheur de respirer l'air frais au bout de plus de trois années enfermée ! Et le mieux... C'était le jour de mes vingt huit années. Mon anniversaire.

Je pris le temps de me refaire une beauté une fois partie... Mais pour où ? Je ne pouvais retourner chez mon père, mon mari viendrait m'y chercher. J'eus de la chance, ce matin là. Ma cousine faisait le marché et nous nous reconnûmes immédiatement. Elle était marié à un aubergiste et mère d'un garçon de neuf ans. Surprise de n'avoir eu de nouvelles pendant tant d'années, depuis mon mariage en somme, je lui racontais mon histoire. J'eus la joie de la voir outrée, prête à défendre ma cause auprès de son époux. Il ne fut pas facile à convaincre, mais mon histoire l'a sans doute touché.

Depuis, je loge à leur auberge, en tant que femme de chambre et aide à tout faire. J'ai changé d'identité et maintenant je m'appelle Minerva Green, veuve et aidant à l'auberge pour vivre. Mes cheveux avaient énormément poussé, nous les avions coupé pour que mes grosses boucles brunes tombent au milieu de mon dos. Je repris lentement du poids, et ma cousine cuisinait à merveilles. Elle m'aide a me refaire une vie, a vivre sous cette autre identité. Je mets de l'argent de côté, le peu que je gagne pour quitter l'Angleterre.

Mais la vie reste compliquée. Cela fait environ six mois que j'ai fui. Mais mes nuits sont hantées d'horribles cauchemars. J'ai peur ne serait-ce que de sortir seule. Et s'il me retrouve ?... Pitié... Non...


IIV. DERRIÈRE L'ECRAN.

Prénom/Surnom: Lehiah
Âge : 28 ans
Autres comptes : Aucun
Comment avez-vous découvert le forum : Grâce à une amie non inscrite mais qui l'a trouvé classe !
Comment trouvez-vous le forum : Il est classe  !
Avatar du personnage : Legend of the Cryptid par Anna Steinbauer

FICHE PAR FALLEN SWALLOW



Dernière édition par Minerva Green le Lun 2 Mai - 17:29, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Em... Minerva Green, tout le plaisir est pour moi [Finie]  Lun 2 Mai - 15:06

Alors bienvenue à toi ! J'ai pas encore lu ta fiche mais ton avatar vient de Legend of the Cryptid (je crois) et est dessiné par Anna Steinbauer (ça j'en suis certaine !). En espérant que tu te plaira parmi nous !
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Em... Minerva Green, tout le plaisir est pour moi [Finie]  Lun 2 Mai - 17:31

Voilà, c'est changé ! Tout en corrigeant les quelques fautes que j'ai pu trouver. Merci pour l'accueil en tout cas ♥
Revenir en haut Aller en bas
The Cheshire Cat
Messages : 1013
Date d'inscription : 18/12/2014
Age : 28

Feuille de personnage
Métier/Occupation: Gérant du Chafouin Palace
Relations:
avatar
The Cheshire Cat
Chester Winks
MessageSujet: Re: Em... Minerva Green, tout le plaisir est pour moi [Finie]  Lun 2 Mai - 21:52



Tu es validé !



— Parfait, il n'y a rien à redire ♥

Tu l'as compris je pense, mais comme tu as été à l'essentiel, j'aimerais tout de même préciser ça à propos de son époux : son mari est quelqu'un de très influent, qui en société est irréprochable.
Comme elle est toujours à Londres et que son mariage semble avoir été vécu dans les environs, elle devra du coup faire très attention car il a le bras long (pour la faire interner et convaincre les médecins, il fallait). Et c'est cool parce que ça t'offre plein de possibilités de rp en fait *-*

Je suis content que cette prédéfini soit prise !

Amuses-toi bien :) —


Tu peux maintenant aller rp sur le forum ainsi que sur la chatbox (sans en abuser). N'oublie surtout pas d'aller tout de suite réserver ton avatar, afin d'être unique en ton genre. Nous nous occupons d'ajouter automatiquement sur la liste l'origine de ton personnage s'il est réincarnation.
Si tu n'as pas encore de partenaire(s) en vue, tu peux faire une recherche rp et/ou de liens. Ensuite, tu peux créer une fiche de lien pour gérer tous tes nouveaux copains. Puis, si besoin, tu peux demander un logement quand tu seras bien lancé(e). Tu as la possibilité t'inscrire sur la liste des métiers si tu es commerçant(e) ou médecin. Si tu fais parti d'un organisme particulier, comme par exemple Scotland Yard ou le Palais des Fleurs, tu y seras ajouté automatiquement.
Et enfin mais surtout, si tu as des suggestions ou des questions, n'hésite pas à contacter l'administration.

Amuse-toi bien !

Le staff ~




_______________________________________________________
Cliquez et votez, merci :)
                 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Em... Minerva Green, tout le plaisir est pour moi [Finie]  Lun 2 Mai - 22:00

Ooooow :3 merci ! ♥ Oui j'avais bien saisi le personnage, c'est ce qui la rend attachante je trouve et vraiment intéressante ! J'ai hâte de commencer ! Merci !
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Em... Minerva Green, tout le plaisir est pour moi [Finie]  Mer 4 Mai - 19:59

Ta fiche est magnifique (tout comme ton avatar !)

Je ne sais pas si nos personnages pourront se croiser en RP, mais en tout cas je suis déjà amoureuse de ta Minerva :)

Bienvenue parmi nous donc, j'espère que tu te plairas ici !
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
MessageSujet: Re: Em... Minerva Green, tout le plaisir est pour moi [Finie]  Jeu 5 Mai - 19:44

Merci Wendy ! Si tu veux nous pourrons parler d'une éventuelle rencontre de nos persos, RP parlant =D A voir =D Merci encore ♥
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Em... Minerva Green, tout le plaisir est pour moi [Finie]  

Revenir en haut Aller en bas
 

Em... Minerva Green, tout le plaisir est pour moi [Finie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Bryan Sanford, tout le plaisir est pour nous !
» Il faudrait avoir perdu tout esprit de rigueur pour définir le Romantisme || ft. Roxane
» Matthew W. Dewitt (alias le professeur sans autorité, que tout le monde prenait pour un élève)
» Tout était toujours pour toi... [Pv : Virgil]
» AMETHYSTE ϟ Un jour, il ne restera que nos yeux pour pleurer | Finie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rain of madness :: A Fascinating Story :: Fiches de personnages :: Fiches abandonnées-