Forum rpg victorien fantastique

Avatar dessiné - 200*320
NC-18 Y-Y-H


VOTER

Liens utiles

Rumeurs

Suite à l'épidémie de tuberculose et à l’abus de sorcelleries au cours de cette triste période, les Pénitents, une milice sans pitié qui se veut la main armée de Dieu, parcourent toujours les rues. La Reine a-t-elle perdu la tête ou le contrôle ?

Nos portraits

Boites à trésors

    
Discord          Chatbox


Mais alors, dit Alice, si le monde n'a absolument aucun sens, qui nous empêche d'en inventer un ? || Merywether Montgomery
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: A Fascinating story :: Fiches de personnages :: Fiches abandonnées
Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Mais alors, dit Alice, si le monde n'a absolument aucun sens, qui nous empêche d'en inventer un ? || Merywether Montgomery Sam 17 Sep - 18:36


   
I. MERYWETHER MONTGOMERY.

   

    • NOM : Montgomery
    • PRÉNOM : Merywether Niven
    • NATIONALITÉ : Anglaise.
    • ÂGE : 25 ans.
    • SEXE : Masculin.
    • ÉTAT CIVIL : Célibataire.
    • MÉTIER : Artiste peintre.
    • SITUATION FINANCIÈRE : Fauché comme les blés ?
    • OCCUPATIONS/PASSIONS :
    • GROUPE : Contes
    • HISTOIRE D'ORIGINE : Alice au pays des merveilles - le lapin blanc.


   
II. LES DESCRIPTIONS.


   
CARACTÈRE


   
Retardataire • Naïf • Asocial  • Peureux • Drogué • Écorché vif


   
White est l’incarnation même de l’innocence. Dans sa tête, tout du moins. Mais qui sommes-nous pour juger les actes d’autrui ? Moi, personne en tout cas. Aussi ne me permettrais-je pas de faire de quelconques commentaires sur ses actes. Naïf, candide, c’est un être d’une douceur touchante. Pourtant, il peut en exaspérer quelques-uns avec son comportement parfois semblable à celui d’un enfant à peine âgé de quelques années. Après tout, pour lui, les enfants naissent dans les choux, rien de physique ou de biologique n’entre en jeu.

Il est passionné par l’art, sous toutes ses formes. La musique, le cinéma, la sculpture, la danse, l’architecture, le théâtre et le dessin. Ce dernier est son véritable dada. Il est peintre depuis bien des années. Sa dextre agile lui permet d’effectuer des tableaux aux détails minuscules et il peut animer ses chefs d’œuvres, momentanément et uniquement lorsqu’il est présent près de sa toile ou de son dessin, au même titre que d’autres changent de couleur selon leurs humeurs…

Malgré ça, notre petit Merywether   souffre de quelques… troubles. D’ordre mental, si l’on peut dire. Tout d’abord, il souffre de paranoïa. Outre un constant sentiment d’être en retard, de manquer de temps, dès qu’il met le pied dehors, il a l’impression d’être suivi, traqué, poursuivit par le Bandersnatch. Ce qui donne souvent lieu à des crises d’angoisse, des courses non justifiées ou des propos qui peuvent sembler incohérents à ceux qui ne font pas partie de ses délires.

Mais en plus de cela… Mery souffre de ce que l’on appelle communément des hallucinations auditives. N’allez pas croire que cela lui est venu ainsi, sans raison, ni quoi que ce soit. Non. Whity est un jeune homme accroc à l’opium. Son cher frère l’y a initié, il y a maintenant quelques années, prétendant qu’il se sentirait mieux, à l’abri de ce fichu Bandersnatch qui le terrifie tant. Et il n’avait pas tort. Les effets sédatifs, le sentiment de plénitude et de protection qui en décousent font que Mery n’a jamais pu cesser d’en consommer. Le problème étant que, comme toute drogue, il vous en faut toujours plus. Et que Mery est bloqué dans ce rouage sans fin. Mais la drogue en surdose finit par attaquer les terminaisons nerveuses, petit à petit. Et, déjà fragile de base, Mery s’est très rapidement mis à entendre des voix. L’une d’elle est récurrente. Il l’appelle Cheshire. Car il pense sincèrement que le chat est dans sa tête. Et il lui arrive d’avoir de longues conversations avec celui-ci, donnant l’impression à qui l’entoure sans être au courant, qu’il parle tout seul…

Tout seul. Mery se considère comme l’être. Car il n’a jamais eu d’amis, car il n’a jamais été à l’aise avec les relations sociales. Il bégaie dès qu’on lui adresse la parole, il s’empourpre, perd ses mots. Bref, c’est la perte totale de ses moyens qui l’emporte. Le seul avec qui il n’a jamais eu ce souci, c’est Le Temps. Son frère jumeau. Mais celui-ci est mort. Mery le sait. Et il est certain que c’est le Chapelier Toqué qui l’a tué. Car il ne souhaitait plus être constamment coincé à une minute avant l’heure du thé. Parce qu’il voulait sortir de cette boucle sans fin. Parce qu’il haïssait ce temps qu’il avait en abondance là où Mery en manquait constamment. La preuve en est : il a manqué de temps pour faire ses adieux à son frère… Cruel frère, par ailleurs, que de lui imposer cela…

Fou ? Oui, il l’est, sur le papier. Mais il est surtout, comme précisé plus haut, fragile mentalement. Et qui sait, peut-être quelqu’un saura lui donner ces sentiments qu’il recherche envers et contre tout : protection, plénitude… amour… ? Et peut-être sortira-t-il de ses travers, dans lesquels il n’a pas conscience d’être empêtré ?


   
PHYSIQUE


   
La beauté se trouve dans l’œil de celui qui regarde. Rien n’est plus vrai que ce dicton. Pourtant, peut-on nier que Merywether dégage un certain charme ?

Une silhouette pâle et élancée, toute en longueur, jaugeant le mètre soixante-huit. Des épaules fines, une taille légèrement marquée, des hanches droites, qui terminent sur de longues et fines jambes. Celles-ci sont couvertes d’un fin duvet blond cuivré et, lorsqu’elles sont en action, donnent à leur propriétaire une démarche souple et gracieuse.

Une peau laiteuse, habillée de tâches de rousseurs sur les joues, le nez, qui a tendance à se plisser, sous le joug d'un tic incontrôlable, et les épaules. Pas de cicatrices, ni piercings, ni tatouages.

Un visage long de forme et fin de traits. Une bouche aux lèvres pleines et colorées, dignes de celles de Blanche-Neige, ressortant avec perfection, avec sa peau claire et s'ourlant régulièrement d'un sourire d'une douceur exquise. Des yeux d’un bleu-vert pâle, surmontés de longs cils blonds vénitiens, même couleur que ses sourcils, ordonnés et bien dessinés, souvent habités par une profonde mélancolie. Des cheveux quelque peu bouclés, lui tombant au-dessus de la nuque en de fines mèches cuivrées qui, lorsqu’il se penche, lui retombent devant le visage.

Mery est un mélange d’élégance, de douceur dans son apparence première. Il se trouve toujours habillé d’élégants costumes, quoi qu'un peu usés, qui mettent en valeur sa silhouette longiligne. Allez savoir pourquoi, il a toujours apprécié ces vêtements. Peut-être parce qu'il a l'impression, ainsi vêtu, d'avoir plus de "valeur" qu'il n'estime en posséder. Et puis, c’est bien plus pratique pour faire bonne impression lorsque l’on cherche une salle pour exposer. Mais lorsqu’il peint, il préfère opter pour une tenue bien plus décontractée pour pouvoir se salir à volonté. Il faut dire qu’avec ses modestes revenus, le pressing tous les jours, il ne pourrait se le permettre.

Voilà, dans les grandes lignes, ce à quoi ressemble physiquement Merywether.


   
III. L'HISTOIRE.


   

Figurez-vous un petit lapin blanc, tremblotant, apeuré par la simple présence d’un corps étranger au sien. Un simplement petit lapin blanc, vêtu d’un gilet bleu et possédant une montre à gousset. Vous l’avez ? Eh bien vous savez alors qui était ce lapin blanc. Un simple petit leporidae innocent, victime du Temps, à la recherche perpétuelle d’une Alice. Pourquoi ? Le savait-il vraiment ? Ou bien n’avait-il pas le choix… ? Lui-même ne saurais vous le dire. Il ne faisait cependant que remplir son rôle. Faire ce pourquoi il existait. Amener Alice au Pays Imaginaire. Et après cela ? Après cela… il pouvait tout simplement vaquer à sa vie de petit lapin innocent, doué de parole et de conscience. Un lapin qui connaissait tous les autres protagonistes de son histoire. Mais qui n’avait pas de réels amis, la faute à sa nature peureuse.

Mais si on lui avait dit un jour qu’il revivrait sous une autre apparence que celle d’un lapin, croyez-moi bien qu’il ne l’aurait jamais cru.

Ce lapin, c’est Merywether. Un animal sans histoire réelle. Un animal peureux, sans cesse en retard. Un lapin dont le seul but est d’être suivi… et qui pourtant, est le déclencheur d’une épopée épique.

___________

Tic. Tac. Tic. Tac.

Je suis en retard.

Tic. Tac.

Terriblement en retard.

Tic.

Toujours. Toujours en retard.

Tac.

Le silence. L’obscurité. Où suis-je ? Je ne reconnais rien… Alice ? Où es-tu ? Pourquoi es-tu en retard, toi aussi ? Alice… je meurs d’impatience de te revoir… J’ai froid. Tellement froid. Oh Alice… Reviens-nous. Reviens moi…[/i]

Le froid. La solitude. L’obscurité. Le silence. Pesant silence. Pesante solitude. Pesantes ténèbres qui m’effrayaient, moi, le pauvre lapin qui court et court, après le temps, toujours, toujours...

Nul endroit où me cacher. Nul trou où me terrer. Vaste plaine sourde à mes appels muets. Vaste ciel sombrumeux. Lourde chape d’encre sur mes épaules. Frêles, frêles épaules de lapereau recroquevillé, apeuré. Fuir. Fuir le Bandersnatch. Fuir le temps qui me fuit. Suivre le temps qui me suit. Ou l’inverse… ? Certitude d’être en retard. En retard, toujours, toujours. Encore… encore.

Bloqué dans la pénombre. Impossible d’ouvrir les yeux. Impossible de me déplacer. Impossible de crier. De pleurer. De hurler… Et quand j’ai "rouvert les yeux"…

Il ne faisait plus noir. Ou tout du moins pas autant que dans ce "rêve" qui m'effrayait tant. Il ne faisait plus froid. Je n’étais plus seul. Et je n’étais plus "moi". Du moins ne l’ai-je compris que bien des années plus tard, lorsque la conscience a fini de se développer. Tout ce dont je me souviens, de cet instant où j’ai ressenti à nouveau les choses, c’est que je peinais à bouger. Et que je n’étais pas seul. Qu’il y avait quelqu’un avec moi. Et que nous… communiquions. Non pas avec des mots. Avec autre chose. Plus… puissant, je crois. Je ne saurais le décrire. Mais il me comprenait… et je le comprenais en retour. Nous étions deux. Et pourtant, nous n’étions qu’un. Nous le savions.

Et puis, j’ai pu rouvrir les yeux. Du bruit. Des cris. Des pleurs. Et de la lumière. Beaucoup de lumière. Après, tout est flou pour moi. Je sais que j’ai vécu. Mais je ne me souviens plus. Seul souvenir, la présence de cet autre moi.

Enfin... je vous raconte cela. Et pourtant, j'ignore parfaitement d'où cela me vient. C'est comme... un sentiment. Quelque chose que je ne pourrais prouver et dont, pourtant, je suis quasiment certain...

Mes premiers vrais souvenirs ne sont que des flashs. Des sentiments. Des images. Des objets. Des odeurs. Des sensations. La chaleur de son corps contre le mien, dans notre lit d’enfants. La douceur de sa voix. La délicatesse de ses mains caressant mon visage. Le son cristallin de son rire. Oui. Il hante la plupart de mes souvenirs d’enfance, d’adolescence. Et des premières années de ma vie. Souvenirs heureux ou non. Parce qu’il était tout pour moi.

Lui, c’est mon frère jumeaux. Christian Montgomery. -Ndt:Le Temps.- Nous sommes venus au monde, ici, en même temps. De la même mère. Christian, mon jumeau. L’autre face de la même pièce. Mon tout. Élevés ensemble, nous ne nous quittions jamais. Nous nous comprenions sans même nous parler. Nous "ressentions" ce que l'autre ressentait. Et nous étions donc le premier à être là pour l'autre lorsqu'il n'allait pas bien.

Il faut tout de même que je précise que nos parents, bien qu'aimants, n'étaient pas forcément très présents pour nous. Notre père était peintre portraitiste et, bien que modeste, son talent était assez reconnu pour que l'on commande ses services dans la haute société. Et mère, elle, était nourrice pour une famille aisée, les Prescotts.

J'ai donc principalement grandi avec mon frère. Nous veillions l'un sur l'autre, sans cesse.  Et nous nous encouragions mutuellement, lorsque nous désirions nous essayer à quelque chose. Voire nous perfectionner. Nous avons tous deux trouver nos voies, dans l’art, à l’image de notre père. Et chacun, nous étions le premier adorateur du travail de l’autre. Lui jouait du violon. Moi, je peignais. Et nous avons évolué ensemble. Jamais, cependant, je ne montrais mon travail à père. Mais c’était déjà bien à peine s’il savait que je faisais la même chose que lui… Mais mère, elle, était également notre adoratrice. Elle nous encourageait toujours. Car même si nous venions de milieux modestes, elle prétendait qu’avec notre don, nous pouvions nous élever. Nous ne l’avons jamais réellement cru. Jusqu’à ce qu’à l’âge de vingt ans, nous nous soyons constitué une petite clientèle aisée, qui nous donnait en échange de notre talent, de quoi faire vivre notre famille. Père a eu du mal à le digérer. Ça a été un coup dur pour sa fierté. Il a fini par nous renvoyer de la demeure, de peur qu’on ne lui fasse trop d’ombre.

Christian et moi avons donc dû partir, nos affaires sous les bras, à la recherche d’un logement. Et nous avons pu en trouver un, pas forcément très grand, mais amplement suffisant. J’enchainais les commandes, Christian me trouvant aisément les clients. Il a toujours été plus à l’aise en société que moi. Le problème, c’est que je n’avais jamais été habitué à un tel rythme de travail. J’ai fini par me retrouver en panne d’inspiration… Pendant des semaines je n’ai rien pu faire d’autre que dormir, dormir, dormir. Manger lorsque Christian me forçait. Mais cela me mettait le moral au plus bas. Et c’est alors qu’il me présenta la solution parfaite. Absinthe. Opium. Mon opium chéri. Cela m’a relancé dans la création. Cela m’a également enfoncé dans l’addiction. Mais je m’en moquais. Je m’en moquais parfaitement. Je pouvais de nouveau peindre. Reprendre mes commandes. Toucher de nouveau de l’argent. Cela m’allait, puisque Christian était à mes côtés.

Sauf que ça n’a pas duré. Christian était de moins en moins présent. Il me laissait de plus en plus seul. Et un jour, il n’est plus du tout rentré. Disparu. Envolé. Je me sentais mal. Comme si… quelque chose avait changé en moi. J’avais… l’impression… d’avoir tout perdu. D’avoir… perdu ma moitié. Et cela ne me l’avait jamais fait. Je n’avais… jamais eu l’impression que ce lien entre lui et moi avait été rompu. Et cela ne me laissait présager que le pire. Je suis sorti pour essayer de le trouver. Mais rien. Personne ne l’avait vu. Personne ne savait où il était. Probablement mort, comme on me l’a dit plus d’une fois. Et j’ai fini par y croire. A cause d’eux. Et à cause de cette voix dans ma tête, que j’ai appelé Cheshire, en référence à ce personnage présent dans ce livre que j’ai dévoré, Alice au pays des merveilles, de Lewis Carroll. Je ne la supportais pas, au début. Mais à force de discussion, je me suis habitué à sa présence. Il est même devenu la seule personne à qui je parle réellement…

Et depuis… depuis, je vis renfermé. Je prends des commandes par courrier, je réponds en prévenant de la journée où j’aurais fini, selon moi, mon ouvrage pour qu’il puisse venir le chercher devant ma porte et me laisser ma contrepartie. Je ne sors que rarement pour m’acheter de quoi me nourrir, mais jamais très longtemps. Je n’aime pas sortir. J’ai peur, dehors, j’angoisse. C’est trop grand, trop plein de gens, d’inconnus. Et de dangers…

Voilà. Vous savez tout de ma triste vie.



   
IV. DERRIÈRE L'ECRAN.

   
Prénom/Surnom:
   Âge : 22 ans. Bientôt 23. ♥
   Autres comptes : Aucun :3
   Comment avez-vous découvert le forum : Partenariat ^^
   Comment trouvez-vous le forum : Très joli, dans le design. Le reste, je ne saurais le dire.
   Avatar du personnage : Maximillian, OC by Demian Sackcloth and Ashes
   

   
   
FICHE PAR FALLEN SWALLOW

   

   
Revenir en haut Aller en bas
Civil modo'
avatar
Messages : 100
Date d'inscription : 27/12/2015
Age : 23
Civil modo'
MessageSujet: Re: Mais alors, dit Alice, si le monde n'a absolument aucun sens, qui nous empêche d'en inventer un ? || Merywether Montgomery Dim 18 Sep - 4:07
Bienvenue petit lapin ♥ J'ai hâte de voir ce que tu vas faire du personnage !
Revenir en haut Aller en bas
The Cheshire Cat
avatar
Messages : 1015
Date d'inscription : 18/12/2014
Age : 28

Feuille de personnage
Métier/Occupation: Gérant du Chafouin Palace
Relations:
The Cheshire Cat
MessageSujet: Re: Mais alors, dit Alice, si le monde n'a absolument aucun sens, qui nous empêche d'en inventer un ? || Merywether Montgomery Dim 18 Sep - 16:00
Bienvenue p'tit lapin ♥

Je suis vraiment curieux de voir ce que tu vas faire du fameux lapin blanc, j'espère qu'on pourra se trouver un lien :)

Courage pour ta fiche !

_______________________________________________________
Cliquez et votez, merci :)
                 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Mais alors, dit Alice, si le monde n'a absolument aucun sens, qui nous empêche d'en inventer un ? || Merywether Montgomery Lun 19 Sep - 11:32
Enchanté, jeune lagomorphe ! Bon courage pour ta fiche :)
Revenir en haut Aller en bas
Civil modo'
avatar
Messages : 100
Date d'inscription : 27/12/2015
Age : 23
Civil modo'
MessageSujet: Re: Mais alors, dit Alice, si le monde n'a absolument aucun sens, qui nous empêche d'en inventer un ? || Merywether Montgomery Dim 2 Oct - 1:01
Hello ~

Comme ça fait deux semaines (damn, comme le temps file), je me demandais si ta fiche était terminée ? As-tu besoin d'un délai supplémentaire ?

Tiens-moi au courant ♥
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Mais alors, dit Alice, si le monde n'a absolument aucun sens, qui nous empêche d'en inventer un ? || Merywether Montgomery Dim 2 Oct - 1:07
Désolée, je n'ai pas été en état de la finir @_@
J'avais commencé à travailler l'histoire, mais ça a été difficile... quand le moral va pas, dur d'écrire @_@
Du coup, pourrais-je avoir un petit délais ?
Je suis en week end jusqu'à jeudi, donc... je devrais trouver le temps, entre la coloration et les rankeds? éè
Désolée encore éè
Revenir en haut Aller en bas
Civil modo'
avatar
Messages : 100
Date d'inscription : 27/12/2015
Age : 23
Civil modo'
MessageSujet: Re: Mais alors, dit Alice, si le monde n'a absolument aucun sens, qui nous empêche d'en inventer un ? || Merywether Montgomery Dim 2 Oct - 1:15
Pas de problème, je te laisse même jusqu'à dimanche si tu veux, c'était juste pour être au courant !

Bon courage en tout cas !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Mais alors, dit Alice, si le monde n'a absolument aucun sens, qui nous empêche d'en inventer un ? || Merywether Montgomery Dim 2 Oct - 1:42
Merci beaucoup !!! *^*
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Mais alors, dit Alice, si le monde n'a absolument aucun sens, qui nous empêche d'en inventer un ? || Merywether Montgomery Lun 3 Oct - 21:17
Bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas
Alice Liddell
avatar
Messages : 35
Date d'inscription : 24/09/2016
Localisation : Dans les petits pots de gâteaux

Feuille de personnage
Métier/Occupation:
Relations:
Alice Liddell
MessageSujet: Re: Mais alors, dit Alice, si le monde n'a absolument aucun sens, qui nous empêche d'en inventer un ? || Merywether Montgomery Mer 5 Oct - 5:42
Bienvenue petit Lapin Blanc !

Je me souviens vaguement t'avoir déjà vu... Quelque part, dans mes songes peut-être ?

Au plaisir de rp avec toi une fois validé ! ♥

_______________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Mais alors, dit Alice, si le monde n'a absolument aucun sens, qui nous empêche d'en inventer un ? || Merywether Montgomery Mer 5 Oct - 8:25
Bonjour et bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas
The Cheshire Cat
avatar
Messages : 1015
Date d'inscription : 18/12/2014
Age : 28

Feuille de personnage
Métier/Occupation: Gérant du Chafouin Palace
Relations:
The Cheshire Cat
MessageSujet: Re: Mais alors, dit Alice, si le monde n'a absolument aucun sens, qui nous empêche d'en inventer un ? || Merywether Montgomery Mar 11 Oct - 18:52

Tu es validé !



Hop, j'apparais !

Désolé pour le petit retard, c'est finalement moi qui m'occupe de ta fiche 8D

Alors comme ça, tu m'entends te murmurer à l'oreille ♥

J'aime beaucoup la folie de ton personnage, il respecte bien l'univers du livre et on sent son côté stressé et de fait, à l'esprit dissipé. Il est cool !
Ceci dit, en te validant, je me dois de préciser deux petites choses. J'en ai conclu que malgré la tournure de tes phrases, il ne sait pas qu'il est le lapin blanc (pas avec certitude du moins) et que ça fait partie de sa folie. Aussi, il dit avoir lu le livre de Lewis Carroll : c'est possible, mais c'est un cas très très rare. Dans RoM, les livres et les contes que nous connaissons sont plus difficiles à trouver et moins populaires, et ce sont d'autres histoires qui remplacent la culture littéraire en général.

Mais je te valide avec plaisir quand même. J'espère que tu t'amuseras parmi nous, et que j'aurai bientôt le temps de te venir te chuchoter de doux mots ~

Amuse-toi bien !



Tu peux maintenant aller rp sur le forum ainsi que sur la chatbox (sans en abuser). N'oublie surtout pas d'aller tout de suite réserver ton avatar, afin d'être unique en ton genre. Nous nous occupons d'ajouter automatiquement sur la liste l'origine de ton personnage s'il est réincarnation.
Si tu n'as pas encore de partenaire(s) en vue, tu peux faire une recherche rp et/ou de liens. Ensuite, tu peux créer une fiche de lien pour gérer tous tes nouveaux copains. Puis, si besoin, tu peux demander un logement quand tu seras bien lancé(e). Tu as la possibilité t'inscrire sur la liste des métiers si tu es commerçant(e) ou médecin. Si tu fais parti d'un organisme particulier, comme par exemple Scotland Yard ou le Palais des Fleurs, tu y seras ajouté automatiquement.
Et enfin mais surtout, si tu as des suggestions ou des questions, n'hésite pas à contacter l'administration.

Amuse-toi bien !

Le staff ~




_______________________________________________________
Cliquez et votez, merci :)
                 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Mais alors, dit Alice, si le monde n'a absolument aucun sens, qui nous empêche d'en inventer un ? || Merywether Montgomery
Revenir en haut Aller en bas
Mais alors, dit Alice, si le monde n'a absolument aucun sens, qui nous empêche d'en inventer un ? || Merywether Montgomery
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [TERMINÉ] « Mais alors, dit Alice, si le monde n'a absolument aucun sens, qui nous empêche d'en inventer un ? » [Minoru & Chloé]
» Thalia Harris : Mais alors, dit Alice, si le monde n'a absolument aucun sens qui nous empêche d'en inventer un ?
» " Si le monde n'a absolument aucun sens, qui nous empêche d'en inventer un? "
» La perfection n'existe pas sur terre. Parfois je me demande d'où je viens
» Même si la vie n'a pas de sens, qu'est-ce qui nous empêche de lui en inventer un ? ~Alice Knighltey~

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rain of madness :: A Fascinating story :: Fiches de personnages :: Fiches abandonnées-
Sauter vers: