Forum rpg victorien fantastique

Avatar dessiné - 200*320
NC-18


VOTER

Liens utiles

Rumeurs

Suite à l'épidémie de tuberculose et à l’abus de sorcelleries au cours de cette triste période, les Pénitents, une milice sans pitié qui se veut la main armée de Dieu, parcourent toujours les rues. La Reine a-t-elle perdu la tête ou le contrôle ?

Nos portraits

Boite à trésors

Discord


d e s d e m o n e — ange de nuit
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: A Fascinating story :: Fiches de personnages :: Fiches validées
Othello
avatar
Messages : 28
Penny Black : 126
Date d'inscription : 08/03/2018
Localisation : Aux jardins

Feuille de personnage
Métier/Occupation: Aucune
Relations:
Othello
MessageSujet: d e s d e m o n e — ange de nuit Dim 11 Mar - 9:55


I. Desdemone B. Velten.


• NOM : Backery Velten
• PRÉNOM :Desdemone
• NATIONALITÉ : Anglaise
• ÂGE : 23 ans.
• SEXE : Féminin
• ÉTAT CIVIL : Non-mariée (statut compliqué)
• MÉTIER : Un métier pour une femme de son rang n'est pas envisageable même si être jardinière lui aurait plus.
• SITUATION FINANCIÈRE : Très aisée.
• OCCUPATIONS/PASSIONS : Passionnée par les plantes, notamment pour le langage des fleurs.
• GROUPE :  Littératures
• HISTOIRE D'ORIGINE :Othello/ Le Maure de Venise de William Shakespear personnage de Desdemona


II. LES DESCRIPTIONS.


CARACTÈRE


Méfiante • Généreuse • Craintive • Sage • Méticuleuse • Douce • Mélancolique • Attentionnée • Bienveillante • Perturbée • Observatrice • Curieuse • Aimante • Froide • Cassante • Lascive • Effacée




Desdemone, la fantomatique.
Gracile silhouette faite tout de craie. Banshee sans cri. Caresse de fleur, senteur de bois. Elle est imprégnée de ces plantes qu’elle chéri tant, passionnée par leur langage et le secret de la vie qui les habite. Loin de posséder une présence ancrée, c'est d’avantage l’attention volatile d’un éclat désintéressé ou peint d’une franche curiosité. Une ombre passée quand le soleil trépasse. Tantôt solitaire, tantôt appréciant la compagnie, c’est un visage versatile qui se profile sous la surface clair et limpide de l’eau. Un voile éparse difficile à percer, trop épais pour permettre d’y voir le fond. Mystère inaccessible à la saveur mélancolique ponctué par des gestes sculptés par une éducation de la haute. Une délicatesse d’expression et d’imagination à fleur de peau délivré par une voix de velours. Un souffle fascinant qui se boit au creux de ses lèvres, à la fois insaisissable et gelé.

Quand -enfin le voile levé-  on parvient à passer au travers, nous est alors révélé les bienfaits de sa présence, faite d’or. Derrière cette parure de tristesse, une saveur divine, un éclat incomparé de bonté. Et vous voilà qui pensez gouter votre rédemption, trouver votre salut. C’est cette inhalation brûlante, cette découverte saisissante et une fascination sans limites.  Ce quelque chose de terriblement humain qui fait succomber les coeurs. Une bienveillance sans attente offerte à qui de droit, portée par un regard dénué de jugement de valeur. Une générosité rare en ce monde où le mépris est facile. Pourtant dans ce tableau d’été, une ombre subsiste et demeure seule maitresse d’une lueur terne qui s’est faite reine dans les prunelles de la belle. Une douleur sourde qui dort tapis dans l’ombre de ses sourires doux.

Un trésor qu’elle referme trop précieux pour être souillé par d’autres doigts. Et vous, -victime de vos propres désirs-  vous imaginez la posséder, vous en saisir pour mieux la protéger, la faire votre par tous les moyens, qu’importe la manière du moment qu’elle ne vous quitterait plus. C’est un besoin à brule pourpoint, obsédant à tel point. Si par malheur vous ne pouviez l’obtenir alors vous la détruirez pour que personne ne puisse en jouir. Les âmes malveillantes sont partout, cachées derrière de faux sourires. Vous le saviez bien vous, que les trésors telle qu’elle -lorsqu’ils ne peuvent être obtenus- se font piller sans vergogne.

Desdemone l’angélique.
Elle était ce parfait fruit de noblesse, préservé du monde, ignorante de ses pratiques, et incapable d’y voir sa noirceur. Une réalité précipitée un beau jour d’été. Un souvenir cuisant et douloureux car ce jour là, personne n'était là pour entendre ses cris de détresse. Pour seul souvenir de ce terrible incident, celles de ses silhouettes diaboliques dressées autours d'elle, de ces mains vicieuses avides de posséder son corps. Depuis gangrenée, cette dernière est rongée par la peur et l’angoisse de se voir à nouveau victime. Le sexe fort est à ses yeux source de palpitations soucieuses et d’une panique sans maitrise. Ils ne lui inspirent que méfiance et dégout. Quelle amertume. C’est pourtant le lot de chaque vie, de souffrir. Mais pourquoi devait-ce arriver si tôt ? Aurait-elle désiré pouvoir rester insouciante que le mal l’aurait rattrapée tôt ou tard pour lui montrer sa face la plus immonde et lui susurrer son vice, chanter ses louanges.

De sa naiveté elle a apprit, et de son inconscience elle a grandit.

Aujourd'hui non pas remise, mais en voie de guérison elle tente tant bien que mal de se faire une place dans un univers parfois cruel.




PHYSIQUE




1m72 • Svelte • Cheveux couleur de blé • Lèvres pleines • Peau laiteuse • Jambes effilées •


En comparaison à sa soeur charnelle, Desdemone pourrait se sentir prise à défaut, pourtant cette dernière n’a rien lui a envier. Même si de prime à bord on devine aisément le lien de parenté qui les unis, tout semble les opposer. Tout en étant drastiquement différente elle sait séduire les coeurs et toucher l’âme à sa façon.

Rosalinda à les courbes plantureuses d’une déesse grecque, ode au désir et à l’amour passionnel elle attire tous les regards à elle, capturant l’admiration des uns et s’accaparant l’attention des autres dès le moment où elle entre dans une pièce. Charismatique, il se dégage d’elle une assurance déconcertante, une aisance naturelle. Sa peau halée, son regard mordoré, tout en elle évoque les rayons d’un être solaire au regard duquel on souhaite tous exister.

Desdemone, elle, jouit d’avantage d’une beauté lunaire. Celle qu’on ne voit passer qu’après le soleil, bien loin d’une journée ensoleillée, aux jours pluvieux, à l’ombre d’un arbre devant lequel on passait tous les jours sans jamais avoir remarqué ce qui le rendait si beau.

Une beauté détonnante pourtant, qui le jour remarqué interroge. Pourquoi ne l’avait-on pas aperçue plus tôt ? Et vous voici troublé par cette soudaine révélation, séduit par le mystère dont elle s’entoure comme une énigme.

Si l’on peut avoir le plaisir de croiser sa route, ce n’est pas par la chaleur de son sourire et de ses regards que l’on est captivé, mais par ses orbes d’un bleu d’ardoise, antiques. Comme si elles absorbaient votre âme, et sondaient vos songes les plus intimes. Une expression indéchiffrable, une lueur de méfiance silencieuse cernée par des cils d’une longueur démesurée. Un visage éthéré pourtant envoutant qui délivre ses secrets goûte à goûte. À défaut d'entendre les mots qu’elle délivre on est d’avantage tenté d’imaginer la saveur de ses pétales de corail. La caresse de ses cheveux de blés ternes mais néanmoins fournis, cascade ondulée souvent dressée en une coupe complexe.

Desdemone, délicate poupée de cire, gracile et parfaitement tenue. Silhouette filiforme sans aspérités, petite fée aux courbes échancrées. Peau d’albâtre translucide presque maladive,  visage d’ange damné fendu de sourires tendres. Poids plume qu’un coup de vent trop fort emporterait. C'est un soubresaut de pureté qui subsiste comme un tissus de soie qu’un moindre contact froisserait. Une tour d’ivoire dégagée qui soutient un port de tête hésitant sur des épaules discrètes. Buste de féminité, surplombé d’une poitrine discrète mais non pas inexistante. Vertige d’une taille creusée par ces nombreuses années de corsets, monté sur une paire de hanche chaloupée. Démarche chantante et pattes de velours, longues jambes effilées au galbe insoupçonné. Plus solides qu’elles n’y paraissent.

Ainsi faite est-elle et noyée sous les armatures de ses tenues lourdes, derrière tous ces pans de tissus, souvent bleutés.  Apprêtée mais non pas affriolante, dépossédée de toute envie de charme ou séduction. C'est tantôt une démarche nonchalante lascive, tantôt une allure rigoureuse et tendue que rien ne peut détendre qui disparait vers l'horizon.

Allégorie de vertue, canon de beauté il y pourtant ce quelque chose qui transpire comme une seconde peau souillée.


III. L'HISTOIRE.


Desdemone est née sous le nom des Velten, riche famille de la noblesse connue pour son pouvoir politique de part à son père, illustre représentant du gouvernement. Elle n’aura d’ailleurs jamais vraiment eu l’occasion de connaitre cette figure paternelle stricte, trop occupée à ses devoirs. Un devoir accompli au détriment d’une véritable vie de famille et du rôle de père, empêchant tout rêve d’intimité.

C’est sous la tutelle de sa mère, Constance qui aura prit soin de l’élever qu’elle grandit. Contrairement à Rosalinda, elle fut le centre d’attention de cette dernière qui la couvrit d’amour. Très tôt mère et fille développèrent un lien fort, au détriment de son ainée, non aveugle de cette intimité. On ne sut jamais réellement pourquoi Lady Velten lui porta tant d’aversion. Aujourd’hui encore leurs rapports tiennent d’une incroyable tension, toutefois pour la cadette, voir son ainée ainsi mise à l’écart, et bientôt se voir fruit de haine ne fut pas indolore. Dans sa bienveillance elle tenta à de nombreuses reprises de se rapprocher d’elle dans le but d’attirer son attention. En vain, alors à défaut d'être avec elle ou d’attirer son attention elle se contenta donc de l’observer. Combien de fois avait-elle rêvé de jouer avec elle loin du sérieux de leur éducation stricte, la voir lui adresser un sourire. Elle nourrira l’espoir de pouvoir l’approcher durant toute son enfance sans jamais le réaliser.

C’est dans un coin reculé du manoir que les soeurs se virent séparées l’une de l’autre. Desdemone se révéla être une élève douée et dotée d’une intelligence remarquable. Personne n’eut à se plaindre. Jamais elle ne protesta devant les obligations nécessaire à son éducation, quand bien même ces dernières n’avaient rien d’amusantes. Elle empruntait un chemin bien différent de sa soeur réputée bien plus difficile, suscitant l'admiration de leurs amis. Combien s'extasiaient de ses joues pleines ou de son regard, admiratifs.
"N'est-elle pas angélique, quelle enfante vous avez là elle est si jolie et gentille. Quelle chance vous avez Constance !"

Des mots que Rosalinda ne manquait jamais. Alors à défaut d'être vu de ses parents, elle attirait l'attention à sa façon. Elle suscitait la colère et l’agacement de tous, y compris des domestiques à qui elle faisait vivre un enfer. Elle refusait d’apprendre, ou d'écouter. Tristement la cadette se demanda ce qui pouvait la pousser à être aussi hostile à l’autorité, puis elle comprit que c’était probablement lié à une souffrance. Comment pouvait-on s’épanouir sans l’amour d’une mère que l’on voyait tous les jours nous ignorer ? Le trop peu de contacts qu’elle eut avec Rosa’ se soldèrent souvent par un rejet violent d’une ainée hérissée et agressive, et d’une cadette au regard crédule peint d’incompréhension. Parfois tout en l’observant depuis sa fenêtre elle se demandait ce que cette dernière pouvait bien aimer. Le thé des Indes, ou le un thé noir de Prusse ? Préférait-elle les roses ou les lys ? Sa curiosité ne tarissait jamais d’imagination et elle se plaisait à dresser un portrait d’elle à sa convenance.

De cette vie surprotégée, la lady n’eut guère à se soucier de quoi que ce soit. Chaperonnée par une mère excessivement protectrice, inquiète de ses moindres fait et gestes, il ne lui fut que rarement autorisé de sortir de leur domaine. Autant d’innocence que de solitude qui la poussèrent à se refermer sur elle-même. Elle s’était habituée à ne plus écouter les mots de leurs domestiques, sinon qu’à écouter ses propres pensées. Tout ne devint plus que jeux et rêve. Là dans un buisson, les fées prenaient vie, la nuit, les sorcières s’envolaient. Dès lors que ses dures leçons prenaient fin elle s’évadait dans les vastes jardins de la demeure, enjambant bosquets et s’amusant parmi les plantes, oubliant jusqu’au stricte visage de sa gouvernante et ne gardant en tête que les regards tendre de sa mère elle développa un gout prononcé pour la lecture. Elle disparut de nombreuses fois dans les jardins ou la bibliothèque de la maisonnée, s’esquivant à ses tâches sans que personne ne parvienne à la retrouver.

Dans cette vie de secrets il y eu pourtant des étoiles surgies comme des rayons de soleil pour éclairer sa nuit. Des personnes capable de ranimer ses yeux d’espoir et de vie. Cyr était l’une d’entre elle. Son ami, son tendre ami de toujours, avec qui maintes fois elle partagea des songes d'enfant, à se construire un écrin de bonheur loin des obligations de leur vie. Cyr, son reflet au masculin, son prince charmant. Elle s’était promis qu’un jour ils se marieraient pour partir loin d’ici dans son insouciance d’enfant. Parce que Cyr et elle savaient le fardeau de cette étiquette qu’en tout point toute circonstance il leur fallait respecter. Il leur arriva de nombreuses fois de briser ces conventions, allant jusqu’à fuir les réceptions de leurs parents pour se retrouver dehors, sans protection ni réprimandes. Quelle douce saveur encore aujourd’hui il lui reste de ces souvenirs. Elle aurait souhaité ne pas grandir pour ne jamais quitter cet état d’esprit. Ces éclats de lumière disparus, elle se retrouvait à nouveau plongée dans une nuit aveugle.

Avec l'âge ce vide prit de l'ampleur. Cette vie de luxe ne parvenait à combler le vide creusé par ce train de vie, ce manque d’entourage qui année par année se fraya un chemin jusque son coeur. La maison Velten ne tenait que d’une étiquette à tenir, mais aucune flamme ne venait réchauffer ses murs, elle était glacée. Elle devint à son image, cachée derrière ce soubresaut de droiture, derrière l’éclat de ses yeux anthracites. Elle-même isolée par le manque de liberté, moulée à l’image de cet enfant éduqué, n’eut pas connu ces instants de joie et de répit que les plus pauvres pouvaient partager entre eux, du fait d’une parente trop protectrice et craintive d’un monde extérieur qu’elle même n’eut pas assez côtoyé. C’était dans cette quête qu’elle chercha un peu de réconfort auprès de sa soeur. Ne partageaient-elle après tout pas le même fardeau ?

Quelle ne fut pas sa surprise de la voir céder petit à petit. Lui adresser tantôt quelques mots, tantôt la regarder avec moins d'amertume. Rosalinda s'ouvrait, à contrecoeur mais elle s'ouvrait, comme décidée à abandonner cette rancoeur tenace dont elle ne la tenait plus responsable. Sa joie fut immense et bientôt elle redoubla d'efforts pour lui plaire afin de se frayer une place à ses côtés. Une période qui dura un temps, avant que Rosa' ne sombre à nouveau dans les ténèbres qui ne semblaient jamais la quitter. Chaque soir cette dernière disparaissait pour revenir au matin, indignant leurs parents. Épuisée par les disputes qui déchirait leur famille, tiraillée entre sa soeur et sa mère Desdemone s'éloigna pour retrouver ses jardins où oublier.  

Rosalinda menait une vie de débauche, comme une ultime provocation à leurs parents. Ce devait être sa façon de se battre  contre ce système immuable. Il était illusoire de penser pouvoir changer une société. Encore plus de vouloir s'y frotter. Elle ne ferait que se briser les ailes. Elle avait beau être sulfureuse, c'est la honte qu'elle ramènerait sur leur famille en agissant de la sorte.

Elle se souvint de ce jour sur le perron de porte.
— Rosa' où vas-tu ? Demanda-elle une main posée sur l'encadrement de bois, la mine grave. Cette dernière se retourna pour la dévisager d'un sourire déjà perdu.
— M'amuser, quelle question. Je sais que ce n'est pas toi qui serait capable de ça, ma chère, mais, je veux gouter la liberté que je me suis choisie, peu importe si elle plait ou déplait. Après tout, ce n'est pas comme si mes faits et gestes avaient eu une quelconque importance pour eux jusqu'ici.  
— Pour ramener avec toi la réputation d'une femme de petite vertu ?! C'est pour leur faire honte que tu fais tout cela ? Tu accables nos parents…
Rosalinda vit volte-face pour revenir à son niveau, saisir ses joues de ses paumes, son regard mordoré peint de lueurs sombres dans le sien.
— Oui tu as raison petite soeur. Je veux leur faire payer cette vie de solitude, je veux qu'ils souffrent comme je souffre. Quant à toi, j'aurais cru que tu me comprendrais d'avantage. Tu peux bien les défendre, je ne t'en voudrais pas, après tout tu es la seule qui a jamais été capable de m'aimer sous ce toit.
D'une caresse de ses doigts le long de sa joue elle tira un sourire en coin.
— Ce n'est pas le problème… Tu te mets en position délicate. Si nos parents apprennent tes passes temps tu risques bien pire que la honte. Est-ce ton amant que tu visites ?
— Cela ne regarde que moi. Je n'ai pas besoin que tu me le rappèles.

— Rosa' répéta-elle plus bas, soucieuse tout en lui prenant les poignets. Je m'inquiète. Reste à la maison, je t'en prie.  
Un rire monta dans la gorge de son ainée qui déposa un tendre baiser sur son front sans prendre la peine de répondre, comme elle l'aurait fait à un enfant. Ensuite cette dernière s'écarta pour disparaitre dans la nuit. Desdemone resta plantée là un moment, avant de rentrer à son tour, tourmentée par l'image de Rosalinda qui se perdait dans les méandres de sa noirceur. Incapable de comprendre réellement et pourtant, se doutant bien des raisons qui la poussaient à provoquer de la sorte leurs parents. Mais, à quel prix ? C'était sacrifier son rang, et tout ce qu'elle possédait. Bien qu'elle l'admirait Desdemone se demanda si cela tenait de la pure bêtise.

—————————

Plusieurs mois avaient passé et l'ambiance ne s'améliora guère au manoir. Rosalinda avait finit par obtenir ce qu'elle voulait. Partout on murmurait que la famille Velten menait une vie débauchée, on parlait sur leur dos, mais on baissait la tête sur leur passage. Sa mère en devint malade et son père fou de rage. La cerise sur le gâteau ? Ce fameux jour lorsque Rosalinda entra d'un pas déterminé dans l'office de leur père pour annoncer une nouvelle fracassante. Desdemone avait écouté au coin de porte leur discussion. Et ce fut le choc pour elle tant que pour l'homme.
— Je porte la vie, Père.
Ce dernier sembla la fixer comme s'il ne croyait pas ce qu'elle venait de dire. Il espérait avoir entendu de travers.
— Pardon ?! J'espère que vous plaisantez tout de même ?!
— Vous avez très bien entendu.

Elle n'avait tout de même pas osé ! Il devint rouge pivoine et se leva d'un bon, frappant de sa main son bureau avant de crier.
— C'est assez ! Vous mentez !
— Et ce ventre rond ment-il ?
demanda-elle l'air inquisitrice, la main découvrant un pan de sa robe pour lui prouver ses dires.
L'homme vira au blanc en constatant l'évidence même. Il mit quelques minutes à répondre avant de tout à coup commencer à bouillir.
— Petite sotte, ingrate ! Comment avez-vous osé faire une telle chose, avant le mariage qui plus est ! Je devrais vous envoyer en couvant mais il n'en sera rien… Cela ne vous suffisait pas de vous attirer les foudres des plus nobles, il fallait que vous me fassiez un scandale par dessus le marché ?! Je ne pourrais en tolérer d'avantage ce sous toit. Je ne veux plus jamais voir votre visage, vous faites honte à la famille, après tout ce que nous vous avons donné, vous n'avez jamais cessé de désobéir. Pliez bagages sur le champ et disparaissez hors de notre vue !
Il se retenait de la gifler. Desdemone le voyait à ses doigts tremblant. Pétrifiée elle se recula un peu plus contre le mur. Pour une fois, curieusement l'ainée ne répondit rien alors qu'elle avait toujours eut une verve acérée. Après avoir encaissé ses mots elle se retourna pour quitter les lieux, la tête haute, seulement Desdemone l'attrapa par un bras pour l'attirer dans un coin de couloir à la sortie.
— Rosalinda mais qu'as-tu fait ! Es-tu folle ?
Triste, cette dernière se précipita dans ses bras.
— Ne sois pas triste petite soeur. C'est ce que j'ai choisis et je préfère mile fois partir plutôt que de rester ici une seconde de plus.
L'ainée caressa les cheveux de Desdemone pour la calmer, puis lui prit bientôt les mains en se reculant pour les poser sur son ventre.
— Alors que tu es enceinte. Tu n'aurais jamais du lui dire. Où vas-tu aller ?
Un sourire peint de fatalité recourba ses lèvres pleines et son regard ne put contenir l'émotion de l'instant.
— Tu as vu sa tête ? Il est tellement aveugle qu'il n'avait encore rien remarqué. C'est dire combien il n'a jamais rien su voir. J'ai des contacts qui sauront me faire une place chez eux.
Desdemone se sentit soulagée de ses mots, et bien malgré elle lui rendit son sourire.
— Tu es folle à liée mais je t'aime. Tu prendras soin de toi n'est-ce pas ? Communique moi ton adresse au plus vite. Promets-le moi.
Rosalinda -douce et heureuse comme elle ne l'avait jamais vu- acquiesça.
— Promis.

—————————

Depuis le départ de cette dernière le manoir n'avait jamais semblé aussi calme et vide. Puis il y avait cette tension constante silencieuse comme une sombre ambiance, cette angoisse qui rongeait sans cesse sa mère. Elle ne cessait de lui prendre la main le regard Hagard en murmurant.
— Tu ne deviendras pas comme ta soeur hein Desdemone ?
Bien que cela la peinait elle baissa le regard devant ces cruels paroles, bien forcées d'aller dans son sens pour la calmer.
— Non mère.
Cette dernière pressa vivement sa main, s'y agrippant.
— Jure-le !
La cadette opina en silence en lui prenant sa main…
— Calmez-vous à présent vous vous faites du mal. disait-elle d'un air effacé incapable de contredire ses paroles qui la blessait. Elle ne pouvait guère la contrarier autrement cette dernière irait encore plus mal.

L'état de sa mère c'était terriblement dégradé depuis les rumeurs répandues à leur sujet. Constance devenait terriblement pâle, son teint maladif, comme si elle taisait un lourd secret qui la rongeait. Rosalinda était parvenue à la toucher d'une volonté non niée. Desdemone demeurera à ses côtés le jour où elle s'écroula tout à coup dans le boudoir Est des salons du manoir devant ses invitées. Quelques heures plus tard, le docteur appelé de toute urgence l'examina avant d'afficher une grise mine.
— Son état ne va pas fort mademoiselle, il faudrait que votre mère prenne le repos pour plusieurs jours. Elle est trop inquiète. Il lui faut à tout prix n'avoir aucun choc émotionnel dans les prochains jours.
Desdemone opina silencieusement, perdu dans la contemplation de cette mère endormie. Un être si mystérieux qu'elle semblait être la seule à connaitre et qui pourtant restait si secrète. Elle soupira alors.
— Merci bien pour vos recommandations docteur, je veillerais à ce que ça soit le cas.

Pour se changer les idées et ne pas perdre le moral Desdemone prit l'habitude de se promener plusieurs fois par semaine, sans chaperon. Chose qu'elle n'aurait probablement jamais du faire, encore moins quand avec son minois d'ange. Un beau jour au détour d’un arbre, trois ombres surgirent de nul part pour l'acculer. Et bien qu’elle n’eut pas eu le temps de comprendre ce qui se déroulait, elle pressentit rapidement qu’elle ne pourrait rien pour son propre sort.

Des mains avides se glissèrent sur ses habits pour les arracher un a uns, se pressant contre son corps fait prisonnier du tronc contre lequel il avait été poussé. Elle se souvient de la façon dont son coeur paniqué pulsa contre sa poitrine jusque dans ses tempes, suppliant pour un brin d’oxygène. Dans cette débâcle de gestes maladroits la jeune femme n’eut guère le temps de reconnaitre ces visages penchés par dessus elle, ni même de se voir à moitié dénudée. Puis, il y eu la pression de ces lèvres poisseuses contre son derme, avides de chair. Elles dévalaient les moindres recoins de son corps inviolé. Sa vision se troubla sous une nuée de frissons dégoutés, bientôt se sont ces mains qui agrippèrent ses formes, se refermant sur ses hanches qu'elles molestaient. Tant de gestes brusques qui lui arrachèrent des sanglots à peine contenus. Ces grognements de plaisir éhontés qu'ils lâchaient bientôt couvrirent le bruit de ses plaintes.

Peu importe la façon dont elle supplia, avant même d’avoir pu comprendre ce qui se déroulait, une incroyable douleur perça entre ses jambes au moment où l’un d’entre eux c’était forcé une place entre ses jambes. Si douloureuse qu’un crie perça la barrière de ses lèvres sèches. La douleur qu'elle put ressentir à ce moment là la terrifia. Quand voyant ces corps se succéder un à un, elle put découvrir de la pire façon qu’y soit les « plaisirs » de la chair. Et pendant que son temple le plus intime se faisait souiller, elle sentait en elle quelque chose se briser. Une sensation de profond dégout la gagner.

Elle ne se souvient plus du temps qui passa ni des corps qui se succédèrent bientôt ce ne fut plus rien d’autre qu’un mal être vibrant perdu dans le rythme des hanches qui se frayaient un chemin en elle.  Dans cet enfer sans fin, de ses mains agrippées à ces corps dressés, l’étouffement d’un étau brusque et ravageur. La fièvre d'un mal être nauséeux. Un regard vague perdu sur l’horizon dans l’espoir de se voir mourir. Chaque pulsion de hanche contre la sienne, une honte de plus à essuyer.

Puis le silence de la fin. Quand il n’y eut plus rien. Rien d’autre que le vide pour combler son esprit désabusé. Un vide qui laissa place petit à petit à un éclat de raison. C’est à ce moment là que Desdemone émergea de sa torpeur glaçante pour baisser le visage sur son corps désarticulé, laissé gisant sur le sol. Le sien. Un sien qui ne lui appartenait plus. Elle avait mal, mais elle n’aurait su dire ce qui fut le plus douloureux entre ce sentiment d’avoir été salie, et cette sensation d'avoir été déchirée de l'intérieur. Rassemblant son courage, ou ce qui semblait plutôt un semblant de raison, elle entreprit de rajuster ses habits débraillés, remontant sur son épaule un pan de tissus qui dévoilait encore les restes de sa chair souillée pour tenter de se redonner une quelconque tenue. Cela fait elle emprunta le chemin du retour, le regard hagard. Elle avait encore des feuilles et des morceaux de branches emmêlés à ses cheveux.

Ce qui venait d’arriver ne pouvait être réel. Comment des Hommes pouvaient-ils être si hideux, si laids ? Comment pouvait-on être si cruel ? Qu'allait-elle faire à présent ? Si ses parents apprenaient elle risquait le même sort que Rosalinda. Elle n'en doutait même pas. Si son père apprenait que sa chère fille, la seule qu'il lui restait avait perdu sa vertue, il serait deviendrait vert de rage, sans parler de sa mère ! Elle en mourait. Elle ne pouvait résolument pas rentrer, alors ses pas prirent le chemin opposé pour aller voir sa soeur qui la recueillit sous une expression horrifiée. Depuis ce jour, Desdemone n'est plus tout à fait la même. Il y a quelque chose de brisé. Une partie d'elle envolée, au profit d'un regard terni d'angoisse. Qui l'aurait écouté elle ? Qui pourrait seulement comprendre sans la juger ?

Ses parents ne surent jamais rien de l'incident, et pourtant cela fait déjà quatre ans déjà. Quatre ans qu'elle vit avec ce poids sur les épaules. Quatre ans qu'elle continue de cauchemarder chaque nuit, à sentir la caresse illusoire des mains possessives sorties du néant, de bouches avides et bruyantes. Quatre ans qu'elle tressaille chaque soir, et vit dans la crainte.

Qui a été là pour l'aider elle quand elle en avait besoin ?
Personne. Ni son père, ni sa mère, ni même Cyr. Uniquement sa soeur qui au passage lui avait fait une place au sein de sa grande demeure dont elle s'était faite tenancière.

Une maison close.

 


IV. DERRIÈRE L'ECRAN.

Prénom/Surnom: Requiem/Book
Âge : un livre n'a pas d'âge, que des pages
Autres comptes : aucuns
Comment avez-vous découvert le forum : Chester
Comment trouvez-vous le forum : Chester (really n… )
Avatar du personnage :  Chester Artiste Zephyrhant !


FICHE PAR FALLEN SWALLOW



Revenir en haut Aller en bas
The Cheshire Cat
avatar
Messages : 1058
Penny Black : 961
Date d'inscription : 18/12/2014
Age : 28

Feuille de personnage
Métier/Occupation: Gérant du Chafouin Palace
Relations:
The Cheshire Cat
MessageSujet: Re: d e s d e m o n e — ange de nuit Dim 11 Mar - 11:49

_______________________________________________________
Cliquez et votez, merci :)
                 
Revenir en haut Aller en bas
Hansel
avatar
Messages : 63
Penny Black : 220
Date d'inscription : 12/05/2017
Age : 19

Feuille de personnage
Métier/Occupation: Inspecteur en chef à Scotland Yard
Relations:
Hansel
MessageSujet: Re: d e s d e m o n e — ange de nuit Dim 11 Mar - 15:18
Héhé re-bienvenue du coup ! :P
Vous me donnez vraiment le vertige avec toutes vos belles tournures de phrase :wiii:

Je vais finir par devoir réécrire la fiche de Law pour me mettre à niveau x'DD
En tous cas, bon courage pour la validation o/
Revenir en haut Aller en bas
Baron Samedi
avatar
Messages : 391
Penny Black : 644
Date d'inscription : 18/03/2015

Feuille de personnage
Métier/Occupation: Baron d'Empire
Relations:
Baron Samedi
MessageSujet: Re: d e s d e m o n e — ange de nuit Lun 12 Mar - 4:20
Franchement je ne peux pas m'empêcher de coucher quelques réflexions sur le papier tout de suite, parce que wow. A l'instant où j'écris ces mots je n'en suis qu'au caractère mais Dieu que c'est prometteur. Un amour de petite traumatisée.

Bon là j'ai fini le physique, et c'est impeccable, j'ai bien peu de choses à dire à part qu'on veut la suite. Quelques détails, même si ce n'est pas terminé, quelques tournures de phrase me font un drôle d'effet, par exemple : "Vous admettrez que les trésors lorsqu’on ne peut les obtenir, sont cherchés à être pillés et dépossédés de leurs biens." Les biens des trésors ? Il y a quelques virgules qui marquent des temps de pause à des endroits inhabituels, et une ou deux fautes d'accord dissidentes, mais sinon c'est hyper solide, je n'ai pas souvent vu des tournures de phrase comme les tiennes, je suis curieux d'en lire plus.

Allez allez, on veut savoir ce qui a bien pu transformer cette poupée de porcelaine en chaton apeuré. J'approuve d'ailleurs le choix du gif de notre Chester, c'est parfait.

_______________________________________________________
~ En lui vont pullulantes toutes les vilenies dont Nature l'emplit. ~
Revenir en haut Aller en bas
Othello
avatar
Messages : 28
Penny Black : 126
Date d'inscription : 08/03/2018
Localisation : Aux jardins

Feuille de personnage
Métier/Occupation: Aucune
Relations:
Othello
MessageSujet: Re: d e s d e m o n e — ange de nuit Lun 12 Mar - 13:18
Hey,

Merci pour vos petits mots ça fait chaud au coeur :luv:

Jeremiah : Je confesse être insatisfaite du caractère que j'ai produit, pour l'heure ça n'est pas assez savoureux à mon goût. Je risque probablement de réécrire une bonne partie pour l'adapter au rendu que je recherche. Autant je suis satisfaite du physique, autant le caractère ce n'est pas ça. ( De fait je n'ai pas encore corrigé les liaisons, la grammaire et la syntaxe, etc. )

Et j'ai conscience que mon style est quelque peu curieux ! Pour les fantaisies du texte ça me vient du fait que c'est comme un souffle d'inspiration, du coup parfois j'ai tendance à inventer -dans mon élan- des styles syntaxiques quand je couche tout ça sur le papier. xD

Cela dit je suis soulagée que cela suscite des envies de suite o/
J'espère que ça ne décevra pas.
Revenir en haut Aller en bas
Baron Samedi
avatar
Messages : 391
Penny Black : 644
Date d'inscription : 18/03/2015

Feuille de personnage
Métier/Occupation: Baron d'Empire
Relations:
Baron Samedi
MessageSujet: Re: d e s d e m o n e — ange de nuit Lun 12 Mar - 23:48
Oh bien sûr j'ai conscience que tout cela est susceptible de changer du tout au tout, disons juste que je n'ai pas pu m'empêcher de donner mon avis car justement c'est très intriguant et très enthousiasmant, je suis toujours content de découvrir de nouvelles tournures et autres fantaisies sémantiques. Et puis je suis obligé de faire mon pinailleur, j'ai pas envie que Chester pense que je fais du favoritisme juste parce que tu es son petit muffin préféré.

_______________________________________________________
~ En lui vont pullulantes toutes les vilenies dont Nature l'emplit. ~
Revenir en haut Aller en bas
Othello
avatar
Messages : 28
Penny Black : 126
Date d'inscription : 08/03/2018
Localisation : Aux jardins

Feuille de personnage
Métier/Occupation: Aucune
Relations:
Othello
MessageSujet: Re: d e s d e m o n e — ange de nuit Dim 18 Mar - 18:46
Tu as bien raison d'ailleurs de ne pas te gêner, pas de traitement de faveur ici !
Revenir en haut Aller en bas
Baron Samedi
avatar
Messages : 391
Penny Black : 644
Date d'inscription : 18/03/2015

Feuille de personnage
Métier/Occupation: Baron d'Empire
Relations:
Baron Samedi
MessageSujet: Re: d e s d e m o n e — ange de nuit Mar 20 Mar - 6:04
Il parait que tout cela est terminé ? Eh bien nous allons voir...

Non je déconne, bien sûr que c'est déjà vu. Alors, nous avions évoqué certaines tournures exotiques, je n'ai rien vu de perturbant dans la fiche, peut-être quelques tirets et liaisons absentes mais c'est trois fois rien. Un trauma bien moche, bien violent, épuré de détails pour se concentrer sur le choc et l'horreur de la désacralisation de son propre corps, j'ai hâte de suivre les débuts de cette douce enfant, et on voudrait presque l'encourager et la rassurer, la pauvre créature. Une très belle narration donc.

J'ai déjà dit ce que je pensais du caractère et du physique, pour moi cette fiche est bonne à valider !


Allez, histoire de montrer que je suis un bon modo bien attentif et bien chiant, voici une petite coquille, la seule vraiment visible d'ailleurs : "Devenir la risée des nobles serte,..." Et puis je dois bien l'admettre, j'adore pinailler <3

_______________________________________________________
~ En lui vont pullulantes toutes les vilenies dont Nature l'emplit. ~
Revenir en haut Aller en bas
The Cheshire Cat
avatar
Messages : 1058
Penny Black : 961
Date d'inscription : 18/12/2014
Age : 28

Feuille de personnage
Métier/Occupation: Gérant du Chafouin Palace
Relations:
The Cheshire Cat
MessageSujet: Re: d e s d e m o n e — ange de nuit Ven 23 Mar - 19:44

Bienvenue parmi les nôtres!



Hey hey !

Je suis vraiment content de voir que tu as fini par être inspiré par RoM à force de l'administrer, et que ça a pu t'inspirer. J'espère encore te garder très longtemps à mes nos côtés, d'autant plus avec une si jolie plume !

Amuses-toi bien parmi nous ♥️


Tu peux dès à présent faire tes demandes sur le forum. N'oublie surtout pas d'aller tout de suite réserver ton avatar, afin d'être unique en ton genre. Nous nous occupons d'ajouter automatiquement sur la liste l'origine de ton personnage s'il est réincarnation.
Si tu n'as pas encore de partenaire(s) en vue, tu peux faire une recherche rp et/ou de liens. Ensuite, tu peux créer une fiche de lien pour gérer tous tes nouveaux copains. Puis, si besoin, tu peux demander un logement quand tu seras bien lancé(e). Tu as la possibilité t'inscrire sur la liste des métiers si tu es commerçant(e) ou médecin. Si tu fais parti d'un organisme particulier, comme par exemple Scotland Yard ou le Palais des Fleurs, tu y seras ajouté automatiquement.

Et enfin mais surtout, si tu as des suggestions ou des questions, n'hésite pas à contacter l'administration.

Bien à toi,

Le staff.




_______________________________________________________
Cliquez et votez, merci :)
                 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: d e s d e m o n e — ange de nuit
Revenir en haut Aller en bas
d e s d e m o n e — ange de nuit
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Ange gardien
» Comment contrer un mumak?
» Mon Armée Peaux-Vertes!
» Un oiseau qui chante....
» La nuit du renouveau.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rain of madness :: A Fascinating story :: Fiches de personnages :: Fiches validées-
Sauter vers: